Partagez|

«
Grande Réception et ouverture du Projet Mara (Invités) (terminé)
»

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

Leader des Pacificateurs ; Humaine

······ and that's who i am ······
« Mara Jade »
Leader des Pacificateurs ; Humaine

Nombre de messages : 12149
Localisation : Asaria et ses plaines.
Age du personnage : 30 ans
Côté coeur : A tout jamais Lui
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Maniement des armes blanches et à feu,combattante redoutable
Appartenance: Humaine Pacificatrice
Activité: Indépendante et Libre


MessageSujet: Re: Grande Réception et ouverture du Projet Mara (Invités) (terminé) Jeu 15 Juil - 1:52:16

« L'espoir est comme le ciel des nuits : il n'est pas coin si sombre où l'œil qui s'obstine ne finisse par découvrir une étoile. » (citation d’un auteur d’un monde oublié)


    L’horreur de ma vie, mon pire cauchemar se dressait à quelque mètres de moi. Comme un animal, je venais d’être jetée en pâtures à ces Asariens et à la folie de cet homme nommé Kylian E. Wright. Le coup porté à ma tempe et les flashs de lumière avaient affaibli ma vision. Je ne distinguais que des formes floutées, le rire de cet Ancien mais aussi la voix d’un homme en lequel je venais de remettre ma vie entre ses mains. Jouez le jeu pour nous sortir tous les deux de cette impasse ne me ferait pas peur. J’étais devenue une simple humaine qu’il releva de sa force, tentant de me débattre pour qu’il me repose à terre. Mais j’avais encore une dernière carte à abattre. Je devais faire vite si je voulais tenter de déclencher sa réaction celui d’un mâle puissant qui se verrait électrocuté par une chienne d’humaine. Je connaissais l’instabilité du pouvoir électrique de Gaïus, et dans un geste rapide, la mini-puce se colla sur la peau de sa main, lui envoyant une décharge pour me lâcher. Je ne lui permis aucun mouvement et mon poing rencontra sa mâchoire. Ils ne découvriraient pas mon médaillon, je l’avais arraché lors de ma cavale, personnes ne se douteraient du lien qui nous unissait. N’allez surtout pas croire qu’il est si facile de frapper l’homme que l’on aime…

    Une nouvelle fois la voix de Kylian se fit entendre, des gardes entrèrent de nouveau dans cette salle. Je n’y voyais toujours rien bien, qu’une palette de couleurs qui oscillaient devant moi. Un coup et je tombais à genoux me recroquevillant pour protéger mon bébé. Les coups pleuvaient par ses gardes mais mon enfant ne serait pas atteint par leur sadisme. Je crachais du sang, à bout de force, je ne résisterai pas bien longtemps ainsi.. Je ne pouvais plus bouger, incapable de résister, me sentant porter, hisser, trainer vers une autre pièce. Petit à petit, je distinguais le visage horrible de Kylian et celui de Gaïus. Tous ces lustres de la salle m’empêchaient par contre de voir les visages des autres invités, je ne pouvais, encore que percevoir des voix et les explications de Kylian.

    Les grands battants s’ouvrirent de nouveau, et j’allais être sortie de cette salle, quand les gardes firent demi-tour, sans vraiment savoir pourquoi. Je pouvais entendre la voix de Gaïus, ses mots, ses paroles, le sens qu’il voulait donner à ses propos pour commencer à instaurer un certain doute. Ecartelée par les deux gardes je restais droite, face à lui lorsqu’il posa son index entre mes seins. Ce n’était pas le moment de faire une erreur. Ce n’était surtout pas le moment de faire un faux pas. J’espérai que celle qui était dissimulée quelque part dans cette salle reste encore en retrait et n’intervienne qu’au dernier moment. Ma vue se faisait de plus en plus claire et je voyais Gaïus attirer Kylian par cette folie qui l’avait jadis consumé de part les images de mon viol. Silencieuse, je leur faisais face surtout lui, mon bourreau…Je me forçais à ne pas plonger mes yeux dans ceux de Gaïus, il ne fallait pas…

    Geste violent, et il m’attrapa par la nuque me forçant à les suivre tous les deux. Notre seule et unique solution s’offrait à nous : sortir de cette salle avec le maitre des lieux. Je ne parierai pas cher sur la vie de Kylian une fois à l’extérieur. Le petit détail était que les portes s’ouvraient par commande vocale de Kylian et je ne pouvais rien faire. Alors que je tentais de faire comprendre à Gaïus qu’il mettait impossible d’ouvrir ces fichues portes, je sentis mon corps s’élevait dans les airs, à vive allure, pour aller cogner brutalement le mur derrière moi, retombant violement sur le sol.

    Je n’avais pas prévu l’intervention d’Alianka dont je reconnus la voix. Mon épaule me faisait souffrir, j’avais du me faire une luxation avec le choc. Me redressant avec difficultés sur une main, essayant de me remettre debout, haletante et épuisée, relevant le visage je découvris le corps de Gaïus qui redevenait visible par moment. Il avait lui aussi du être touché et la Grande Conseillère se faisait une joie de lui faire ravaler son orgueil. Adossée au mur, le corps meurtri et fatigué, il y avait devant nous les portes de la salle qui venaient de s’ouvrir et les Miliciens qui se rapprochaient de nous. Soudain la voix de Brook résonna dans ma tête, un message pour nous deux. Pas besoin de réfléchir, c’était notre dernière chance. Je mémorisais avec attention la distance qui me séparait de Gaïus et lorsque Brooklynn donna le feu vert, fermant les yeux, je me mis à courir vers lui, canalisant ma douleur à l’épaule pour éviter de me déconcentrer.

    Il avait compris ce que j’allais faire car il s’était redressé pour me réceptionner dans ses bras. Et tandis que tous les invités et la Milice devenaient aveugles…nous étions hors de portée.




~~ Maman d'une petite Héméra ~~




Mes nuits me ramènent à toi. Mes souvenirs sont un trésor qui n'ont que ton reflet

Spoiler:
 


Dernière édition par Mara Jade le Jeu 15 Juil - 15:40:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asaria.forumpro.fr


······ and that's who i am ······
« Invité »
Invité




MessageSujet: Re: Grande Réception et ouverture du Projet Mara (Invités) (terminé) Jeu 15 Juil - 14:37:35

Tout ce qui comptait pour lui à ce moment était sa vengeance et le lancement de se projet, la fin d'une humanité libre, et malgré ce qu'avait dit Gaius, Mara était le seul bon choix, autant pour lui faire payer la fuite de ses griffes, que pour le "meurtre" de Gabriel, c'était la cible idéale, une ennemie des Asariens, une qui devait payer pour les autres… Oui ce serait peut être un martyr, mais à ses yeux tout cela n'était pas encore assez violent et sombre pour cette femme, elle méritait l'agonie éternelle. Il ne faisait pas attention à Gaius, trop occupé par sa soif de haine et ceux jusqu'au moment ou celui-ci osa prendre Mara de la main de ces gardes qui maintenant étaient déjà pour Kylian des chômeurs… Ils n'avaient pas à confier cette prisonnière à quelqu'un d'autre, les ordres avaient été clairs…

Au début il se demanda ce que voulait Gaius, et il vint bien entendu broncher quand cet Asarien d'un rang inférieur osa le toucher ainsi… Lui Kylian, membre du Conseil… Sur son propre territoire, au point qu'il ne fit même pas attention aux premières paroles.


"Vous êtes complètement dingue?"

Sa garde privée et laisser place à la milice de la conseillère? Mais cet homme ne savait même pas ce qu'il disait, ici Alianka avait toute puissance, comme Kylian, une sécurité faite depuis longtemps, et aussi la preuve de confiance de celui-ci envers elle, la seule héritière, et la seule à par lui qui pouvait donner des ordres à C.H.R.I.S.T., donc à tout le système de sécurité de cette tour. Et a première vue il n'avait pas comprit le principe de l'implant, il donne pas d'ordre, il surveille, espionne, fait souffrir et tue… Il n'avait jamais eut besoin de ce genre de choses pour avoir Mara il y a 7 ans, de plus pour la simple douleur, il y avait des colliers pour cela… Alors quand celui-ci vint oser le pousser vers la porte et malgré la menace, l'idée de voir Mara sortir lui était impossible alors ses ordres fut simple…

"Si elle ouvre… tirez…"

Oui, il parlait bien de tirer sur Mara, lui et Gaius… Mais la première chose qui vint se passer était une onde télékinétique, une frappe qui éjecta Kylian contre un mur séparé de sa proie et de ce traitre qui venait de l'humilier en publique et d'attirer toute la rancœur de l'Ancien… Mais sonné, une douleur à la tête du choc, à nouveau il n'eut le temps de rien faire, une explosion de lumière se fit alors que le C.H.R.I.S.T. était maintenant aux ordres de la Grande Conseillère… Qui même dans le combat gardait son charme et son charisme… Sur le coup il était heureux que Victoria n'était pas présente à cette catastrophe… Ce flash l'avait totalement aveuglé en prime… En plus il pouvait entendre les système de cette salle de réception déconner, des bruits étranges, sans savoir que c'était un éclair de Joaquin qui venait d'endommager bien du matériel… Et la Kylian, grand Mégalo et Egoiste vint trahir certaines importances… En espérant qu'il y avait encore des gardes valables dans le tas… et qu'ils voyaient quelque chose.

"Protéger la Grande Conseillère et Nikita McAlyster."

Ne voulant plus de morts précieux dans un attentat ou autre acte de destruction des ennemis d'Asaria… Il lança ces ordres en restant sur ses genoux, à terre, sans vue, posant une main pleine contre le mur de cette pièce. Kylian ne comprenait peut être rien à tout ce qui se passait, à cette attaque, mais il avait des priorités, et pour l'instant ce n'était ni lui, ni rattraper Mara.
Revenir en haut Aller en bas


······ and that's who i am ······
Pacificateur Asarien

Nombre de messages : 548
Localisation : L'esprit vagabonde loin.
Age du personnage : 39 ans
Côté coeur : Célibataire épris à la folie de Mara Jade.
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Armadan, Invisibilité, Perturbation incontrôlée de l'électricité
Appartenance: Asarian Pacificateur
Activité: Architecte


MessageSujet: Re: Grande Réception et ouverture du Projet Mara (Invités) (terminé) Jeu 15 Juil - 16:41:29

Gaïus était sonné et à moitié sourd. Il n'avait rien compris à ce qui lui arrivait. En même temps, il avait fait preuve d'inconscience en osant essayer de sortir de la sorte, au nez et à la barbe de tant d'hommes de main du gouvernement. Et c'était sans compter sur la Grande conseillère. Il la regardait, elle avait du charme, il n'y avait pas à dire. Comment pouvait-il penser à cela en cet instant ? Il devait vraiment être sous le choc. Il regardait devant lui. Un garde le pointait avec un fusil laser. Il ferma les yeux, c'était la fin. Mais il entendit la voix de Brooklynn. Il devait dérailler. Il ouvrit les yeux. Tout le monde était là les mains sur les yeux. Que s'était-il passé ? Mara courrait, enfin boîtait vers lui serait plus exacte. Quelle courage dans l'état où elle était ! Là où Alianka avait du charme, Mara, elle était captivante aux yeux de l'asarien. Il fit appel au bloodhealer, ses muscles se contractèrent. Il prit le pistolet à la ceinture du garde et lui vola. De l'autre bras, il attrapa Mara et la plaça ventre contre son épaule, comme les sacs de bétons qu'il manipulait étant enfant. Il pointa l'arme dans la direction d'Alianka. Inutile d'approcher d'elle, inutile de poser l'arme sur la tempe de la conseillère, il savait viser et elle sentait bien ce qui se tramait. Elle devait même voir par les yeux de Gaïus tant elle était puissante. Mais il n'avait jamais eu l'intention de faire feu. Cette image restera gravée dans la mémoire des deux télépathes.

-- Tu me dois une vie Aly. J'aurais pu appuyer. Oui je suis pacificateur. Mais je suis avant tout un homme de paix. Et je regrette profondément pour ton fils.

Aussitôt Gaïus prit la fuite. Il avait pris trop de risques. Il ne savait pas que Joaquim avait fait griller tout le système électrique, il pensait que c'était son pouvoir. En tout cas, la porte était ouverte. C'est tout ce qui comptait. C'était l'essentiel. Il courut dans les escaliers et se jeta dans un couloir qui menait au parking des voitures. Il attrapa une porte derrière laquelle se trouvait un garde. Sous l'adrénaline, la peur de ce face à face, le pouvoir électrique échappa à Gaïus. Un arc électrique se forma et l'arme explosa dans les mains du garde. Parfois, la chance vous ouvre des portes insoupçonnées. Le garde était à terre, hurlant la douleur de ses mains brûlées. Gaïus avança jusqu'à sa voiture. Il laissa Mara monter et prit le volant. Il baissa le pare-soleil. Le double des clefs tomba. Eh oui, les voleurs ne connaissent que les circuits électroniques, les badges magnétiques ou les kits mains libres. La bonne vieille clef entra dans le neman. Gaïus mit le contact du huit cylindres de sa vieille Mustang, tout en donnant l'arme à Mara.

  • -- Vise les bras les jambes ou abstient-toi de tirer. Leur vie ne vaut pas moins que les nôtres !


Pourvu qu'il puisse s'échapper ! C'était très très loin d'être gagné...


Bâtissons l'avenir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ome.jeuforum.Fr


······ and that's who i am ······
« Invité »
Invité




MessageSujet: Re: Grande Réception et ouverture du Projet Mara (Invités) (terminé) Jeu 15 Juil - 17:44:20

    Les yeux de Nikita s’écarquillèrent et un hoquet de surprise faillit s’échapper de sa bouche. Une bouche qu’elle ouvrit mais dont aucun son ne sortit puisque la Grande Conseillère s’éloignait déjà, la laissant avec ce simple murmure qui éveillait des souvenirs et sur le coup, un peu de colère. L’image de Gaby l’envahit le temps d’une seconde. Elle ne l’avait pas vraiment connu, Nikita n’avait que quinze ans quand sa mort avait provoqué le deuil de la Cité. C’était un peu avant son anniversaire, l’année où ses parents s’en étaient allés. C’était il y a deux ans, déjà longues années. Alors c’était elle la responsable de cela. Ses sourcils se froncèrent maintenant que ses yeux bleu-gris s’étaient reposés sur l’humaine…

    Et puis elle ne comprit plus rien à la suite d’évènements qui s’enchaînèrent. On aurait dit une prise d’otage, on aurait dît un coup du désespoir. Cette Mara, l’architecte et Kylian… Qui contre qui et pourquoi, l’asarienne était à des années-lumière de ne serait-ce que s’en douter mais de plus en plus son malaise se renforçait et chaque parcelle de son corps réclamait silencieusement du secours au seul être qui aurait dû se trouver là mais qui ne l’était pas. Dans tout ce qui se disait, Nikita entendit. Elle entendit l’ancien Wright ordonner à ses gardes de tirer si jamais… non… l’angoisse de la jeune fille se transforma en peur et elle eut un mouvement vers l’avant quand tout à coup, le trio disparut… et ce fut encore pire. Elle s’arrêta soudainement comme tétanisée sur place, à temps pour voir réapparaître l’ancien et l’humaine projetés contre les murs par un puissant pouvoir, celui d’Alianka. Niki la chercha frénétiquement des yeux, faisant fi de Hasard qu’elle n’avait toujours pas revu mais qu’elle devina ensuite en proie à la panthère de glace. Celle-ci donna à son tour des ordres à C.H.R.I.S.T. et les portes s’ouvrirent pour laisser la Milice du Gouvernement déferler dans la salle. C’était de la folie, c’était complètement insensé ! Mais qu’est-ce qui avait prit à cet architecte de semer un tel trouble ! La princesse des McA. se sentait paniquer devant toute cette agitation, et ce sans pouvoir se contrôler. Son visage se déformait d’inquiétude, elle reculait maintenant, complètement déboussolée, heurtant une table puis renversant une chaise. Elle n’avait aucune idée de ce qu’elle devait faire et c’était évident que demain ne serait pas le jour où elle aurait l’assurance et la poigne de la Grande Conseillère. Il lui manquait cent ans pour cela, il lui manquait…

    Son épaule cogna l’un des piliers dans son repli et elle s’abrita derrière alors que l’un de ses pouvoir se manifestait, difficilement maîtrisé à cet instant. L’air ambiant prit une odeur d’ozone en l’espace de quelques secondes et elle comprit immédiatement d’après cette vitesse qu’elle n’était pas la seule ici à influencer les particules électriques. Elle perçut les crépitements de ces chocs miniatures qui n’étaient pas si audibles face au boucan provoqué par le mouvement partout, de tout le monde. Les lumières vacillèrent, toute source d’énergie se vit affaiblie, plus d’écrans ni d’hologramme et même les systèmes les moins importants grillèrent. Nikita voulait fuir mais son esprit était embrouillé, elle ne savait pas comment ni par où et elle était tiraillée par le désir innocent de vouloir venir en aide à ceux qu’elle aimait.

    Une interférence dans ses pensées, comme un chuchotement qu’elle ne décoda pas et une source de lumière éclata. Elle ferma les yeux sans même y penser mais pas assez vite ni assez tôt. Sa vue se brouilla quand elle voulu voir, elle ne distinguait presque plus les contours des objets ou des personnes, avec ou sans mouvement. Il y eut des cris, celui de McCoy qui résumait probablement l’état général, et des bruits sourds auxquels vint s’ajouter celui de l’asarienne, aiguë et sans mot. Elle ignorait que quelqu’un d’autre avait libéré des éclairs, elle ne pouvait pas voir le paysage devenir chaos. Mais à son tour, elle lâcha tout. La plafond sembla gronder, menaçant, puis la foudre s’abattit encore, par trois fois au hasard et une impression lui montra que des personnes avaient été touchées. Des miliciens se disait-elle, des miliciens. Recroquevillée contre la colonne, les larmes au bord des yeux et du cœur, elle sentit qu’on l’attrapait et qu’on l’en arrachait avec violence sans qu’elle n’arrive à se débattre. Elle n’avait pas entendu les ordres de Kylian à la petite armée. On la pressa de se calmer, on l’informa de la fuite qui se déroulait dans le même temps et qu’on la mettrait à l’abri. Ne vous attendez pas à un geste héroïque de sa part, Nikita se savait impuissante et se fichait que les fauteurs de trouble s’échappent tant que ses proches étaient saufs. Elle ne serait pas celle qui tenterait de les rattraper. Ses muscles se détendirent et elle garda les yeux fermés pour faciliter le recouvrement de sa vue. Et même, un sentiment de soulagement venait la parcourir, un sentiment à demi extérieur à sa propre personne…
Revenir en haut Aller en bas


······ and that's who i am ······
« Invité »
Invité




MessageSujet: Re: Grande Réception et ouverture du Projet Mara (Invités) (terminé) Jeu 15 Juil - 19:10:04

La soirée était riche en rebondissement ce qui rendait la situation assez difficile à suivre. Jezebel se mit à applaudir silencieusement les paroles de Hasard à l'encontre de McCoy tant cette technologie qu'il saluait tant pouvait très bien devenir leur propre instrument de mort s'il tombait entre de mauvaises mains. Il détourna la tête pour mieux sourire en imaginant les pensées que pouvait imaginer l'Ancien face à cette remarque sans pour autant se permettre de plonger dans les pensées de ce dernier. Toujours est il qu'au fur et à mesure les explication allèrent bon train. Des schémas leurs furent présenté au sujet de ces puces toutes particulières qui seraient bientôt implanter dans le crâne des simples mortels. C'était là jouer à un jeu dangereux mais de la part de Monsieur Wright et des membres ici rassemblé, rien n'était trop beau que de voir souffrir l'espèce qu'ils étaient il y a de cela des années. A croire que l'on oublie trop vite ces origines lorsque l'on évolue de manière croissante.

Peut être Jezebel fût il le seul à avoir un peu de remord pour les humains à cet instant. Comme eux ils vivaient, respiraient, mangeaient. Ils étaient capables de rire, de sentiment et d'esprit parfois, mais ce nouveau gadget venait un peu plus réduire la liberté qui leurs étaient octroyé et ceux depuis ce regrettable attentat. Les yeux vrillé sur les écrans comme un condamné regardant sa peine, Jezebel ne pouvait détacher son regard de ces terrifiants mais fascinant schéma. C'est sans doute pour cela qu'il ne se rendit pas compte de l'architecte lui rentrent dedans par mégarde. Cela ne dura qu'un bref instant mais dans cette simple minute, Jezebel sentit qu'on venait de lire une partie de son histoire, un morceau de son passé. Mais faisant mine de rien, le jeune homme se contenta de saluer monsieur Hasard avant de sceller son esprit dans une puissante barrière psychique. Pour cette soirée il n'avait pas levé de barrière psychique ou temporel autour de lui ce qu'à cet instant il regrettait amèrement. Comme quoi , même les vieux singes font des erreurs malgré le temps qui passe.

Ce n'est que bien après que la situation pris une tournure qui dépassait le naturel. Les grandes portes firent place à une silhouette escortée par les gardes privés de Kylian, une silhouette que Jezebel avait déjà aperçut lors de la soirée au Casino, miss Jade. Il se rappel lait lui avoir parlé et même l'avoir complimenté sur le motif d'un objet qu'elle portait à cette soirée, une phoenix déployant ses ailes. Mais que pouvait bien telle faire là et surtout dans pareil posture? Resté trop longtemps dans les ténèbres de la solitude le musicien avait fait abstraction des évènements du monde extérieur. Peut être que s'il s'était montré plus sérieux alors il aurait apprit, mais son désir d'exclusion lui revenait à présent amèrement à la figure. A ses côtés la jeune McAlyster demandait à Alianka ,d'une voix pleine de jeunesse et d'interrogation qui était la jeune femme nouvellement entrée. Cette remarque quelque peu enfantine trouva grâce dans l'esprit de l'Ancien qu'il était mais la réponse qu'apporta la grande Conseillère se révéla être un choc. Bien qu'il ne s'agisse que d'un murmure cette phrase ne cessa dès lors de tourner dans sa tête...


* Elle est la cause de la mort de mon fils, Gabriel. Elle est la cause de la mort de mon fils, Gabriel. Elle est la cause de la mort de mon fils, Gabriel. *

Des images de Gabriel se bousculèrent alors violemment dans la tête de Jezebel tant cette nouvelle fût comme un coup de marteau. Jamais depuis la mort de Gabriel notre longue-vie n'avait pu mettre un visage sur l'assassin de son ami. Tantôt il le voyait lui sourire, tantôt il se revoyait le regarder les yeux clos, ses yeux qui ne s'ouvriraient plus jamais.

Son sang commençait à bouillonner dans ses veines et ses oreilles n'attendait plus que les battements rapides de son coeur. Calme et passif à l'accoutume, Jezebel sombrait progressivement dans les méandres de la colère et de la vengeance. Son regard d'habitude vide d'expression brûlait d'une vivacité inquiétante. Il aurait voulu serrer la gorge de Mara Jade entre ses doigts et sentir ses cordes vocales s'écraser sous la pression. Il aurait voulu lui faire souffrir mille morts avant de lui porter le coup de grâce. Mais non! il restait là, planté comme un piquet au milieu de la salle son regard se cessant de fixer cette femme qui lui avait retirer le seul ami qu'il n'avait jamais connu sur cette terre. Elle était la responsable de tout et avait osé lui adressé des sourires lors de la dernière fête. Cependant dans la tête du jeune homme les cellules grises ne cessèrent de fonctionner et d'un seul coup il fît ce qui lui semblait être le rapprochement entre la précédente soirée et celle ci: Mara Jade. Lorsqu'elle fût au Casino un attentat eut lieu, cela pouvait éventuellement dire que ce soir aussi quelque chose se produirait et effectivement cela ne manqua par de se présenter.

Gaïus Hasard montra à l'assemblé un visage qu'on ne lui connaissait pas. Ses paroles étaient celle d'un homme au aboie n'ayant plus rien à perdre et sa façon d'être semblait peu naturelle voir même frôlant le grotesque de part l'exagération de ses manières. Cela n'annonçait rien de bon pour la suite et une alarme silencieuse retentissait en Orphée. Dressant une barrière temporel autour de lui comme un mince voile de protection l'Ancien voyait les scènes défiler au ralentit devant ses yeux. Hasard essayant de faire ouvrir les portes après s'être rendu invisible, Alianka employant ses pouvoirs télékinétique contre un ennemi que l'on ne pouvait voir mais qu'on pouvait ressentir et enfin ces boules d'énergie qui apparurent au centre de la salle. Un flash lumineux se déploya alors, aveuglant les invités. Jezebel ne pu passer entre les mailles de ce filet que grâce à son don sur le temps et se contenta de détourner la tête en fermant les yeux.

Tout autour de lui les cris de surprises et de stupéfaction jaillissaient. Des éclats de voix résultant de cette attaque surprise. Ce n'est qu'en rouvrant les yeux que ses pupilles observèrent le jeune McCoy hurler dans tous les sens, perdant la maîtrise de ses pouvoirs avant de heurter une colonne et sombrer dans l'inconscience. A cette vision Jezebel sentit comme un soulagement dans sa poitrine. Enfin le silence, enfin il ne l'entendrait plus proférer des sornettes pour le moment. A le voir s'enfuir comme il venait de le faire on pouvait se demander comme Joaquin était devenu un Ancien reconnu. Cependant le soulagement fît place à l'effroi lorsque ce dernier constata que Gaïus et Mara avait profité de la situation pour prendre la fuite. Il en était hors de question. Surtout pas maintenant qu'il savait qui avait tué Gabriel. Courant vers les portes d'entrées il dû remettre sa poursuite à plus tard lorsqu'il entendit les paroles de Wright...


"Protéger la Grande Conseillère et Nikita McAlyster."

A ces paroles, Jezebel se demanda s'il avait bien compris les paroles de celui qui était le pendant masculin d'Alianka lorsqu'il s'agissait de sentiment. Il demandait qu'on s'occupe d'autres personne que de lui même. Mais qui aurait pu répondre à cette demande dans ce bal d'aveugle? Les gardes et la milice étaient devenu impuissante et le reste des invités pour la plupart devait faire face à une cécité provisoire. Tournant alors son regard sur la scène, Jezebel vit Alianka dans toute sa splendeur et jugea qu'une femme comme elle n'aurait pas besoin de secours ce qui ne serait probablement pas le cas de Nikita. Là, recroquevillée comme pour se faire la plus petite possible, les larmes coulant de ses yeux se trouvait la jeune femme ressemblant d'avantage à cet instant à une petit fille effrayée. Son choix se porta sur elle et d'une main protectrice il arracha la jeune femme de sa cachette pour l'emmener en lieu sur.

" Calmez vous, tout va bien se passer..." Lui dit il pour la rassurer tout en créant dans un mur une porte qui disparut derrière lui.

Il avait perdu Gabriel et n'avait pas pu le sauver. Il était hors de question qu'il arrive quelque chose à Nikita. Mais ses pensées se posèrent au même moment sur Fany qu'il avait laissé derrière.

* Fany....Fany...Il est temps que tu prouves que mon enseignements à porté ses fruits. Rend moi fier de toi. La petite Mc Alyster est avec moi, je l'emmène en lui sur. A toi de jouer maintenant...*

C'est sur ces mots que la connection se termina. Il savait que désormais le reste dépendait entre autre de Fany. Mais il avait parfaitement confiance en elle et se focalisa à présent sur Nikita. C'est ainsi que tout deux sortir du bâtiment dans la fraîcheur de la nuit. L'aidant à s'asseoir il se permit d'observer ses pupilles attaquées par les flash de lumière...

"Miss Mc Alyster je vais vous demander de bien vouloir garder les yeux ouvert s'il vous plaît..."

Après quoi l'Ancien commença dans un mouvement d'extraction la récupération sous la forme d'une sphère la lumière qui s'était emmagasinée dans les yeux de la jeune demoiselle. Petit à petit la boule commença à grossir pour prendre le diamètre d'une balle de ping pong. Souriant devant le résultat le jeune homme envoya cette petite boule rejoindre la voie lactée d'un mouvement de main.

" Est ce que vous vous sentez mieux? "

La question pouvait paraître idiote mais il se devait de lui poser. Écoutant sa réponse il se redressa alors sur ses jambes

" Je suis navré de vous laisser là en de pareil circonstance et pardonné la demande que je vais vous faire. Mais vous allez devoir vous montrer courageuse s'il vous plaît. Allez chercher au plus vite un groupe de milicien dans les rues et expliquez leur ce qui se passe ici..."

Puis sans attendre la réponse, il lui souri sereinement. Un sourire doux et rassurant. Se mordant le pouce, le jeune homme matérialisa alors une lyre écarlate dont il pinça la corde avant de disparaître dans un envol de chauve-souris...

***

Au fil de la mélodie qu'il composait, Jezebel se renfermait dans un déluge de sentiments sombres et tristes. La colère était son guide, la vengeance désormais sa raison de vivre et la mort sa plus fidèle allié. Au nom d'un être perdu, Orphée ferait retentir dans l'air les plus tristes mélodies de la créations, des mélodies qui sonneront désormais le glas pour tout ceux qui se seront approchés de près ou de loin à Mara Jade...

C'est dans le parking que le musicien retrouva les deux fuyards. Les chauve souris ayant fouillé tous les recoins possible se regroupèrent devant la voiture de Gaïus pour faire apparaître le divin troubadour. La haine brûlait dans ses yeux et sa musique avait cessé de retentir dans l'atmosphère. A cet instant, Jezebel avait la beauté d'un ange et l'esprit d'un démon. L'ancienne personne pleine de douceur et de bonté venait de faire place à un être dont le seul plaisir serait de propager la douleur et la mort. Pointant du doigt le véhicule le jeune homme ne cessait d'imaginer les tortures qu'il leurs ferait subir pour avoir causé la mort de Gabriel.


" Gaïus livre moi Mara..."

***

A l'autre bout de la ville, dans la villa de monsieur Hell, le jardin d'Eden qu'il avait créé avec amour venait de mourir de façon foudroyante...
Revenir en haut Aller en bas

Leader des Pacificateurs ; Humaine

······ and that's who i am ······
« Mara Jade »
Leader des Pacificateurs ; Humaine

Nombre de messages : 12149
Localisation : Asaria et ses plaines.
Age du personnage : 30 ans
Côté coeur : A tout jamais Lui
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Maniement des armes blanches et à feu,combattante redoutable
Appartenance: Humaine Pacificatrice
Activité: Indépendante et Libre


MessageSujet: Re: Grande Réception et ouverture du Projet Mara (Invités) (terminé) Jeu 15 Juil - 21:57:09

"L'amour demeure la seule force qui transforme un individu en un être extraordinaire et irremplaçable. La seule chose pour laquelle il vaille la peine de vivre et de souffrir. "


    Adossée au mur, mon épaule était douloureuse, une luxation qui ne m’empêcherait pas d’avancer. Depuis le début de cette nuit, j’avais pris de nombreux coups. Mon corps me faisait horriblement mal mais je ne baisserai pas les bras. Alianka venait de commander l’ouverture vocale des portes laissant passer la Milice qui déjà se dirigeait vers nous. Gaïus était à terre, tout près de la Grande Conseillère, et notre fin s’annonçait déjà. Ma main sur mon ventre, j’écoutais avec attention le message télépathique de Brooklynn qui était dissimulée dans cette même salle sans savoir où. Notre dernière chance. Fermant mes yeux, j’attendis des cris dans toute la salle, le flash de lumière venait d’exploser et c’était donc à moi de parcourir les quelques mètres qui me séparaient de Gaïus. Il me réceptionna mais sur son épaule. J’étais capable de courir et mon poids allait nous retarder. Apparemment pas, puisqu’il filait déjà le long du couloir avec une arme à la main pour nous faire atterrir au niveau du parking de la tour Wright, juste devant sa Mustang.

    Calée dans le siège passager, évitant de trop bouger mon épaule luxée, il me donna son arme. J’espérai ne pas à avoir m’en servir contre quiconque. Le moteur ronronna mais quelque chose d’étrange tournoya autour de la voiture, sombre et inquiétante : des chauves-souris et une forme humaine se dévoila à nos yeux :

    « Je n’aime pas çà du tout.. »

    Cet homme, qui nous faisait face était un Ancien. Je le connais qu’a travers les médias. J’avais déjà vu son visage. Il se nommait Jezebel Hell, musicien et membre du gouvernement et sa menace était toute aussi limpide qu’une mélodie funéraire. Je ne comprenais pas pourquoi il s’interposait à notre fuite mais nous venions de nous mettre beaucoup trop d’ennemis sur le dos. Une sensation étrange tiraillait mes sens et je ne savais pas encore pourquoi... Cettefois-ci, c’est la Pacificatrice qui allait parler.
    « Tu restes là… »

    Pour la toute première fois je donnais un ordre à Gaïus sachant très bien qu’il n’en tiendrait pas compte. Lui laissant l’arme sur ses genoux, la portière claqua derrière moi , faisant le tour de la voiture pour me retrouver face à Jezebel Hell. Je n’étais pas suicidaire, je ne savait pas ce que me voulait cet homme. Si je pouvais comprendre la folie de Kylian, bien que celle-ci me dépassait même si elle était liée à moi, la présence de cet Ancien dissimulée autre chose. Son regard froid me troubler :
    « Je ne me livrerai pas ni à vous ni à quelqu’un d’autre… »

    Ma voix était calme, toujours sereine bien que la peur envahissait chaque pore de mon corps. Tenant mon bras qui me faisait souffrir, je fixais cet Ancien tout en me demandant comment Ahmad aurait réagi devant toute ce chaos, de ceux qui se faisaient appelés les enfants du prophète. Les minutes nous étaient précieuses, les Miliciens ne tarderaient pas à retrouver la vue et à nous chercher dans tout le bâtiment.
    « Laissez-nous partir. Il y a eu assez de blessés pour cette nuit. Je ne veux pas d’un bain de sang. »

    Aurait-il eu la même réaction si auprès de moi se tenait le fils de la Grande Conseillère ? Aurait-il oser le blesser ou bien le freiner dans sa fuite ? Et quelque chose me revint en mémoire, des souvenirs du passé. Gabriel me parlait très souvent d’un ami musicien, qui était aussi membre du Conseil. Mais il ne m’avait jamais révélé son nom :
    « C’est vous…l’ami de Gabriel ? »

    Tout devenait logique, c’était lui et j’en étais certaine :
    « Si c’est vous, laissez nous partir avant que la Milice n’arrive. Vous savez pour Gabriel, vous avez été son confident. Il m’a si souvent parlé de l’amitié qui vous liez Je vous en prie, en sa mémoire, aidez-nous à fuir les gardes… »





~~ Maman d'une petite Héméra ~~




Mes nuits me ramènent à toi. Mes souvenirs sont un trésor qui n'ont que ton reflet

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asaria.forumpro.fr


······ and that's who i am ······
Pacificateur Asarien

Nombre de messages : 548
Localisation : L'esprit vagabonde loin.
Age du personnage : 39 ans
Côté coeur : Célibataire épris à la folie de Mara Jade.
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Armadan, Invisibilité, Perturbation incontrôlée de l'électricité
Appartenance: Asarian Pacificateur
Activité: Architecte


MessageSujet: Re: Grande Réception et ouverture du Projet Mara (Invités) (terminé) Sam 17 Juil - 19:40:34

Il venait de la prendre par la gorge et elle ne touchait plus terre. Elle était là suffoquante et tentait de donner des coups de pied dans le corps de cet homme pour recouvrer son souffle. Elle lâchait sa gorge et posait ses mains sur son ventre. Comme moi, elle pensait à son enfant qui était en train de mourir. J'essayais d'ouvrir les portes de la voiture, mais elle résistait même à ma force asarienne. Que faire ? J'hurlais, mais rien ne changeait. Il la regardait mourir lentement, je sentais déjà la mort de notre fille. Mes cris ne changeaient rien. Je donnais des coups de pied dans la portière, cela ne changeait rien. Mara était à terre, il l'avait laissée tomber comme un fétu de paille. La porte céda et vola à l'autre bout du parking. Je sortais aussi précipitamment que possible et posait index et majeur sur la gorge de Mara pour tâter son pouls. Néant ! Je me mis à lui procurer les premiers soins. Massage cardiaque, assistance respiratoire. Mais rien ! Dix minutes plus tard, j'abandonnai en demandant pourquoi. Pourquoi l'avoir tuée, il ne la connaissait pas. J'entendis alors Alianka qui était apparemment présente répondre pour cet homme : Elle est la cause de la mort de mon fils, Gabriel. Mes yeux passèrent de Jezebel à Alianka. Je tournai la tête vers le crépitement de lumière sur ma gauche. C'était Kylian avec un tazzer.

Gaïus sursautait dans la voiture. Cette vision lui avait donné des sueurs froides qui perlaient sur son front. Il tournait la tête. Mara avait disparu, elle lui avait ordonné de rester là. Comment lui obéir ? Il regardait devant lui, elle était face à Jezebel. Il va la tuer, il le sait, il le ressent au plus profond de lui. Aucune force ne l'empêchera de commettre ce meurtre. Gaïus regardait l'arme qui restait sur ses genoux. Hors de question qu'il s'en serve. S'il s'en servait, il entrait ouvertement dans le conflit, il en devenait un simple soldat. Certes, il voulait être un combattant de ce conflit, mais il voulait être un asarien apportant une paix sans violence entre asariens et humains, une paix, ici ou ailleurs. Il posa l'arme sur le siège passager, se demandant comment aider Mara. Il ne doutait pas d'elle, mais il sentait qu'elle allait échouer. Depuis cette vision, il avait l'impression que tout n'était que Mascarade. Pourquoi dans sa vision Alianka avait parlé sans que ces lèvres ne bougent. Était-ce parce qu'elle avait dit cela par télépathie ? Sans aucun doute ! Mais alors pourquoi ? Il devait trouver et vite ! Le regard de Jezebel était de plus en plus fermé. Enfin, il comprit le sens de sa vision. La question n'était pas pourquoi. La question était : À qui parlait-elle ? Et là la réponse il la connaissait, elle parlait à Jezebel. Alors, il se dit que cet homme était manipulé par la conseillère, comme elle l'avait manipulé lui. Il ignorait la profonde vérité, c'était uniquement sa perception, son interprétation. Alors, il se pencha par la fenêtre de la voiture et fit usage de la seule arme qu'il avait. L'amour entre Gabriel et Mara.

    Ne faîtes pas de mal à la femme que Gabriel aimait. Ne faîtes pas de mal à celle qui l'aimait.


Bâtissons l'avenir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ome.jeuforum.Fr


······ and that's who i am ······
« Invité »
Invité




MessageSujet: Re: Grande Réception et ouverture du Projet Mara (Invités) (terminé) Sam 17 Juil - 21:59:27

Quand la colère et le chagrin s'empare de nous il est souvent difficile de savoir faire la part de choses entre fiction est réalité. Dresser devant eux, droit comme un "I", Jezebel n'avait plus qu'une idée en tête, arracher à cette femme le bonheur qu'elle pourrait connaître, les joies de l'amour et de bonheur avec Gaïus si c'était lui qui faisait battre son coeur. Il n'aspirait plus qu'à la destruction de Mara et son regard s'enflammait d'une vie nouvelle est pleine de rage. Qu'elle ne fût pas sa surprise de constater alors, la dite jeune femme sortir d'elle même de la voiture comme le fuyard se rendu à la police. Pourtant, malgré les douleurs qu'elle avait subit il y a peu, Mara conservait une prestance et une dignité qu'il fallait saluer. S'approchant de Jezebel, ce dernier perçu les frissons qui parcourait son corps meurtrie et en éprouva une pleine satisfaction. On avait beau dissimuler ses sentiments derrière des visages neutres, il est des choses que le corps trahis par d'infime détails.

Comme il l'espérait elle ne se rendrait pas si facilement ce qui rendrait la situation bien plus intéressante pour la suite et les projets du jeune homme. Ce dernier laissant planer son regard de Mara vers Gaïus et vice-versa ne pouvait masquer le bonheur de jouer au chat et à la souris se rappelant par la même une conversation qu'il avait eu avec Miss Lee dans une ruelle. Elle disait de lui que c'était une personna aimant assouvir ses plus bas instinct à n'importe quel prétexte. Elle devait avoir raison. Ce soir, Orphée serait à la fois juge, jury et bourreau car il était clair dans son esprit qu'il ne les laisserait pas repartir aussi facilement.


" Il n'y a me semble t il que vous de blessé dans cette soirée ma chère. Affaiblie, fragile. Dites moi? Combien de temps pensez vous pouvoir tenir avant que je ne vous arrache votre tout premier cris? Combien de temps mettrez vous pour perdre une fois encore conscience? Et surtout combien de temps votre bébé tiendra t il avant de mourir? Si nous faisions un essais pour voir....Mais avant toute chose.."

D'un geste rapide, l'Ancien dirigea la paume de sa main vers la voiture de Gaïus et fit mine de refermer son poing. Alors, comme obéissant à sa volonté, les portes de la voitures se soudèrent les unes aux autres pour empêcher toute tentative d'intervention de la par de Hasard. Pleinement ravis, le divin troubadour dirigea sa main vers l'instrument si cher à son coeur pour débuter le requiem de l'assassin se posant en victime. Mais alors qu'il allait pincer la première corde. Jezebel fût stoppé par l'appellation d'un prénom, un prénom qu'il avait scellé dans l'écrin de son coeur tant il lui avait été précieux. Gabriel...Levant des yeux surpris face à cette révélation le regard d'Orphée paru s'éclaircir, les ténèbres disparaissant de ses pupilles il reprenait ses esprits...

" N'ayez crainte, je vais vous aider à fuir..."

***

A l'autre bout de la ville des plantes dans une cerre reprenaient vies comme si la mort ne les avaient jamais fauché. Pleines de couleurs elles dressaient leur pétales colorés vers le ciel généreux et les pâles rayons de la lune. Mais une ombre s'abattit aussi subitement qu'elles s'étaient réveillé les privant de leurs essences et de leurs vies à jamais. La terre devint stérile et un nuage noirâtre récupéra les dernière couleurs laissant la scène dans un silence de mort...

***

Elle n'avait pas trouvé d'autres arguments que d'employer ce prénom. De tout ce qu'elle aurait pu dire, Mara avait osé proférer de telles paroles pour pouvoir s'en sortir? S'était impardonnable de profaner le repos des morts de la sortes et Jezebel saurait lui faire payer. Ses doigts dicté par une énergie nouvelle commencèrent à pincer les cordes de sa lyre baignant l'espace environnant de sa plus belle mélodie. Autour de lui un jardin florissant se développa tout autour comme pour saluer la beauté du morceau. Le virtuose laissait son imagination lui dicter les notes. Telle un expert il ne regardait plus les cordes sachant parfaitement obtenir le son qu'il désirait. Il n'hésiterait plus à présent et saurait ou aller. Ça n'avait rien d'une illusion, tout ce qui se trouvait autour d'eux était bien réel, les plantes, l'herbes parsemée de rosé, les oiseaux volant dans le ciel. C'était comme tout le monde avait été envoyé dans une autres dimension. Une dimension à l'image d'un paradis. Derrière le divin troubadour des anges apparurent pour accompagner de leurs instruments le mélomane le considérant comme le chef de file.

Là, devant les yeux de ses interlocuteurs, Jezebel venait de leur offrir un petit goût de paradis jusqu'à ce que son pouce ne pince de manière précise la corde centrale. Le décor commença à fondre, comme frapper par une malédiction, une fumé noirâtre naissant au pied de Jezebel se répandit tout autour ôtant la vie à tout ce qui était alentour. Les anges sonnaient désormais l'angélus mais leurs magnifique ailes immaculée étaient devenus écarlate. Alors seulement le Longue-vie offrit la liberté qu'il avait promis à Mara et Gaïus. Les fils de son instrument comme prenant vie fendirent l'air pour emprisonner le corps de la jeune femme dans une étreinte mortelle. Chaque notes serraient d'avantage le corps de la malheureuse augmentant ainsi la pression contre ses membres. Les regards de Jezebel était désormais d'un noir d'ébène. Les ténèbres avaient rongé son coeur jusqu'à l'os, la tristesse commandant ses membres.


" Serrez les dents ma chère. Votre chemin de croix ne fais que commencer et je meurt d'envie de connaître vos limites. Vous avez ôser profaner le nom d'un être au coeur pur pour pouvoir justifier vos actes et tenter de m'attendrir mais vous avez commis une erreur. Votre dernière carte à signé votre arrêt de mort..."

Son chagrin et sa peine avait transformé Jezebel en un monstre sans coeur n'ayant plus aucun respect pour la nature humaine. Lui qui par le passé détournait le regard ou ne supportait pas que l'on maltraite un humain au nom de la supériorité venait de rentrer dans les rangs. Il avait ouvert les yeux et avait cessé de croire en un avenir radieux. L'homme était mauvais de naissance et ne pourrait jamais changer. Alors il en restait plus qu'une chose à faire, anéantir cette espèce pour anéantir le mal...

La musique avait pris une tournure plus mélancolique voir dramatique tant le tempo était chargé en émotion, on aurait presque pu toucher le coeur du jeune homme si l'on avait suffisamment tendu le bras. Car pour un musicien sa musique n'est que le reflet de son âme et de ce qu'il veut faire partager. A travers sa plainte musicale, il traduisait le tristesse d'avoir perdu Gabriel, seul véritable ami de son époque, et la douleur de n'avoir pu le sauver de celle qui se dressait à présent devant lui. Mais bientôt Gabriel serait vengé. Patience, encore quelques notes et tout serait terminé. Les cordes faisaient leurs offices se frayant lentement un chemin dans la chair de Mara pour tenter de mettre à jour le sang vermeil qu'elle possédait. Quel délicieux spectacle que de voir le sang perler sur la peau....

Pinçant les cordes avec une motivation nouvelle Jezebel commença alors à voir autour de lui apparaître des images de Gabriel lorsqu'il était encore en vie. Chacun ici présent pouvait les voirs de ses propres yeux comme si une connection c'était créée entre les trois esprit. Ils s'agissaient de souvenirs mais pas de ceux de l'Ancien. Alors qui? La réponse se trouvait droit devant ses yeux, émergeant du corps de Mara les souvenirs flottaient dans les airs comme une multitudes d'écran vidéo comme pour prouver à celui qui avait refusé de l'écouter de voir la vérité en face. Cessant alors de jouer la pression des cordes se fît moins agressive. Ses yeux parcouraient un à un les souvenirs, incompréhensif et perplexe était ce un nouveau tours de Mara pour pouvoir s'en sortir? Pourtant ça avait l'air d'être si réel, si vrai. Jezebel tourna son regard noir vers Gaïus et cru comprendre la supercherie. Tentant le tout pour le tout, l'architecte avait du usé de l'un de ses dons pour abuser l'Ancien qu'il était.


" Bien joué monsieur Hasard, vous avez su faire naître le doute en moi pendant quelques instant. Pour cela je tiens à vous récompenser en vous faisant le plus magnifique des présents. Votre liberté..."

S'approchant alors du corps de Mara tout en rappelant d'un geste précis les cordes de sa lyre, Jezebel leur adressa un sourire plein de compassion et de charité avant d'attraper la jeune femme par la nuque

" Seulement..."

Pressant sa main contre la demoiselle, Jezebel incrusta un symbole sur la peau de Mara. Un phoenix écarlate déployant ses ailes comme pour s'élever dans les airs.

" Je vous rend votre liberté mais ce n'est que partis remise car vous allez très vite regretter de ne pas avoir préférer mourir ce soir. Gaïus prépare toi à souffrir comme j'ai souffert ..."

Terminant sur cette Jezebel reposa la jeune femme au sol puis disparut comme un fantôme, son image devenant floue ne laissant que son regard vengeur dans les airs avant de disparaître totalement. Autout des deux Asariens, le parking était revenu, les portières de la voitures s'étaient dessoudées pour permettre au prince charmant d'aller sauver sa princesse...

Revenir en haut Aller en bas

Leader des Pacificateurs ; Humaine

······ and that's who i am ······
« Mara Jade »
Leader des Pacificateurs ; Humaine

Nombre de messages : 12149
Localisation : Asaria et ses plaines.
Age du personnage : 30 ans
Côté coeur : A tout jamais Lui
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Maniement des armes blanches et à feu,combattante redoutable
Appartenance: Humaine Pacificatrice
Activité: Indépendante et Libre


MessageSujet: Re: Grande Réception et ouverture du Projet Mara (Invités) (terminé) Sam 17 Juil - 23:33:59

« Ce n'est pas la mort qui nous prend ceux que nous aimons ; elle nous les garde au contraire et les fixe dans leur jeunesse adorable. »


    N’allez pas croire que je suis suicidaire mais j’avais toujours eu foi en ce que je faisais, toujours fait confiance à mon instinct et en la Cause que je défendais.. L’homme qui me faisait face était un Ancien, un homme extrême puissant, un de ces Longues-Vies comme ils se nommaient, les premiers et derniers humains a avoir reçu le SEER il y a plus de 100 ans aujourd’hui. Si c’était cet ami dont Gabriel me parlait si souvent, si c’était ce même homme, alors, je devais lui faire comprendre qu’il faisait fausse route, que je n’avais jamais trahi Gabriel, ses idéaux et la Cause que nous avions fondé pour un avenir plus radieux entre nos deux peuples.

    Son regard était si sombre, comme si les ténèbres avaient envahi son âme et son cœur. Comment pouvait-on avoir et ressentir autant de haine envers autrui ? Epuisé, affaibli, mon corps hurlait ses douleurs que je tentais de faire taire. Si j’avais une chance de faire ouvrir les yeux à cet Ancien alors mon combat n’aura pas été vain. Il avait été le confident de Gabriel, il connaissait ses secrets et je ne pouvais croire que cet Asarien avait tourné le dos à son ami défunt et à ce qu’il lui tenait cher : Les Pacificateurs. Mais comment affronter un Ancien si puissant si ce n’est qu’avec le cœur ? Sa réaction n’était pas celle dont j’attendais et bien pire que cela, il avait deviné pour mon bébé. Ma main qui tenait mon épaule luxée glissa sur mon ventre. Les visions que l’Armadan de Gaïus nous avaient montré, je tenais à ce qu’elles soient vraies. Ce soir, personnes ici ne mourraient.

    Un bruit sourd dans mon dos alors qu’il venait de lever sa main en direction de la voiture. Mon regard effrayé en direction de Gaïus, il venait de l’enfermer dans la Mustang. Parfait, il n’y avait plus que lui et moi. Je ne baisserai pas les bras, ni soumisse, ni esclave. Et si les visions de l’armadan viendraient à changer, je mourrai peut-être cette nuit mais libre…Vivre libre ou mourir. Une lyre apparut et alors qu’il s’apprêtait à jouer sa mélodie, il stoppa son geste, surprise et totalement déroutée de son comportement. Cet Ancien me troublait tant par sa force qu’il dégageait mais aussi par cette personnalité ambiguë, comme un Ange de la Mort. Un instant la noirceur de ses yeux disparurent pour laisser place à une lueur de bonté. C’était déconcertant et ses paroles bien plus encore. Il venait de changer d’attitude face à moi. Piège ou vérité ?

    Non, un instant, quelques secondes, tout m’avait semblé si simple pourtant le regard de Jezebel redevint aussi noir que l’enfer. Avais-je le Diable devant moi qui se dissimulait derrière ce visage si doux ? La mélodie s’échappa de sa lyre et je restais figée devant l’apparition qui s’offrait à moi. Un paradis se dessinait et prenait forme à chaque note qu’il jouait. Des Anges apparaissaient pour parfaire le tableau mais ce n’était pas pour autant que j’étais apaisée. Bien au contraire, cette mélodie, ce tableau sortit d’un autre monde me tenait bien éveillé. Le silence…quelques secondes…la corde centrale qu’il pince et tout le décor changea. La beauté se fit horreur, et les cordes de sa lyre prirent vie sous mes yeux se dirigeant, comme des prédateurs vers leur proie, m’enveloppant, m’enserrant, me nouant à leur pouvoir. Impossible de bouger, impossible de respirer, mes douleurs se réveillaient, au point que je ne résisterai pas bien longtemps.

    De nouveau il j rejoua sa mélodie et à chaque note les cordes serraient mon corps, écrasant mes muscles, déchirant mes vêtements, saignant ma peau d’où perlait mon sang et qui petit à petit formé une flaque vermeille autour de moi. Je sentais ma vie me quitter tout comme celle de ma fille :

    *Maman*

    Une voix dans ma tête pas celle de Brooklynn, non, une voix qui m’était à la fois inconnue et familière. Cela ne pouvait être qu’une tentative pour me faire perdre la raison et pourtant cette voix continua à m’appeler encore et encore.
    *Maman…Maman…Maman…*

    Les paroles de Jezebel me firent reprendre conscience et surtout de m’apercevoir qu’il me croyait responsable de la disparition de Gabriel…Moi qui l’avait tant aimé. Mon souffle coupé par la pression des cordes autour de mon corps, ma vie m’échappait :
    « Je…n’ai…ja…mais…tra…hi….la…con…fian….ce…de…Ga…bri…el….ja…mais.
    Vous…vous…trom…pez…Ou…vrez…les…yeux… »


    Comment pouvait-on être aussi aveugle ? Alianka avait réussi un tour de force en me désignant comme la seule responsable de la mort de Gabriel
    « C’est…elle…qui…l’a…tué… »

    La mélodie devenait plus macabre et mon essence vitale disparaît au grès des notes. Je ne savais toujours pas comment j’étais encore en vie . Les yeux fermés, les larmes perlaient sur mes joues mon unique moyen était qu’il puisse lire dans mon esprit et j’espérai qu’il soit télépathe. Alors, en essayant de calmer ma peur, l’angoisse de perdre l’homme que j’aimais et ma fille, j’ouvrais mon esprit, cherchant les bons souvenirs, ceux dont je voulais que cet Asarien puisse lire et y voir tous les premiers échanges que j’avais eu avec Gabriel. Cela faisait si longtemps que je n’avais plus pensé à cela, comme les pages d’un livre que je reprenais en arrière pour m’arrêter à un chapitre important dont je ne vais pas faire abstraction. Et lentement, je montrais à Jezebel des passages de ma vie…ne me doutant pas que Gaïus pouvait aussi les voir. Mais, je n’avais rien à caché …tout à partager …

    Citation :

    Voici quelques extraits des véritables Rps qui ce sont joués entre Gabriel Nicholson et Mara Jade lors de leur rencontre:

    Gabriel : "- une question m'intrigues, bien plus que votre identité... êtes vous une rebelle? seriez vous peut être un de ceux qu'on nomme Pacificateur?"

    Mara : "Je suis...une Pacificatrice...oui...Et, maintenant que vous savez à quel camp j'appartiens, vous allez rappeler les gardes ? Me livrez à la prison ? Ou bien, vais-je vous servir de petit jeu pour finir votre soirée ?"

    Citation :

    Gabriel : "- Non... non, je ne ferais rien de ça. Cela fait trop longtemps que je vous cherches, pour gâcher cela..."
    "- Je... je m'appelle Gabriel... et cela fait maintenant des mois que je cherches à rentrer en contact avec l'un d'entre vous. Je sais bien que ma nature doit vous... effrayer et que je ne mérite pas votre entière confiance... mais je n'ai pas fait ça pour me jouer de vous; comme je ne vous ment pas plus à l'instant."

    Mara : "Je m'appelle Mara. J'ai cherché depuis des mois à savoir s'il existait bien des Asariens Pacificateurs, croyant que ce n'était, finalement, qu'un leurre de la part du gouvernement pour piéger certains Humains...."

    Citation :

    Mara : "Pour me joindre ?…je ne suis jamais au même endroit, et, je ne reste jamais très longtemps dans la maison de mes parents. Mais, je croise beaucoup de personnes, en forêt ou dans les collines. La plupart des humains savent où me trouver quand ils ont besoin de moi.
    Montrez-leur ce petit médaillon, ils pourront vous indiquer où je suis."

    Gabriel : "- ... je ne sais comment vous remercier Mara... J'en prendrai grand soin. ... Et pour vous répondre sur mon identité je ne sais si elle vous sera plus utile que dangereuse... Ma mère... enfin elle est impitoyable et vois d'un trop mauvais œil mes intentions envers les humains et les pacificateurs."

    Citation :

    Mara : "Toute mère est là pour défendre ses enfants. Vous avez beaucoup de chance de l'avoir encore avec vous. Vous n'êtes pas seul ,pas...pas comme…moi.
    J'ai appris à vivre avec ma solitude, mais, parfois...elle devient trop ...pesante. Et le danger, je vis avec depuis si longtemps....Alors, ne vous en faites pas pour moi.
    Mais, merci de vous en inquiétez."

    Gabriel : "- Attends... Vous n'êtes plus seule, Mara.
    - Malgré tous ceux qui m'entourent et me côtoient tous les jours je n'ai jamais été autre chose qu'un solitaire... je ne connais pas la flamme d'une présence qui réchauffe...
    Mais... je n'avais jamais vraiment ressenti cette présence... que depuis que je vous sais réelle, vous et les autres pacificateurs... que je ne suis plus ce gamin utopiste dans sa cage doré."

    Mara : Rêve et espoir se mélangent tellement souvent Gabriel....j'ai gardé l'espoir de rencontrer des personnes comme vous… Gardez votre vision, votre idéal dans votre cœur...et, même, si on vous présente comme un gamin, ou si vous pensez être un gamin....vous pourrez être fier de n'avoir jamais courbé l'échine face aux autres..."

    Citation :

    Mara : " Comment un homme tel que vous, issu d'une des plus grandes familles d'Asaria, s'est retrouvé à aider les humains ?..."

    Gabriel : Parce que je ne suis qu'un homme. Que mon nom de famille ne me dicte pas mes convictions, et que mes dons ne me permettent pas de me croire parfait et supérieur... tout du moins autant que les miens veulent bien le dire. Bien sûr c'est facile pour moi... dans ce luxe, de vouloir aider, je ne risque rien de plus que d'empirer vos châtiments si l'on vous attrape...

    Citation :

    Gabriel : "- Mara... Ce que je souhaite le plus pour le futur, ce que j'imagine c'est simplement la paix, de pouvoir naître sans avoir... sans devoir haïr son voisin .
    - J'aimerais te voir dès que nous en ayons l'envie... sans s'en soucier... Comme maintenant.
    Mara... partons ensemble... aujourd'hui j'ai envie de tout abandonner... ma mère, ma place, mes dons pour toi... montres moi ta vie... emmènes moi cette nuit...
    Je t'aime... Mara, je veux t'aimer et te faire oublier tout le reste..."

    Mara : " Je t'aime "

    Ré-ouvrant mes yeux voilaient de larmes, les émotions m’envahissaient…si longtemps que j’avais vecu cette rencontre, si longtemps qu’il était mort …Ma voix tremblait, et pourtant, j’étais déterminée à aller jusqu’au bout de ce danger.
    « Croyez-moi… »

    J’étais à bout de force, et soudain les cordes relâchèrent mon corps et je tombais inconsciente sur le sol empourpré de mon sang. Tout autour de moi n’était que lumière, je ne voyais plus ce qui se passait, ni cette marque que l’Ancien me déposa sur la nuque, ni les paroles qu’il prononça à Gaïus…. Ni Gaïus venir près de moi pour sentir mon pouls. Le dernier souffle de vie s’échappa de mon corps…une dernière pensée pour lui
    « Je t'aime Gaïus... »


    ...et mon coeur s'arrêta...Une larme coula le long de ma joue...les yeux vident de toute vie...

    *Maman, je suis là, tout va bien se passer.*

    Un battement de coeur...

    Une inspiration,un autre battement de coeur, un étouffement, j’avais besoin d’air, recroquevillée dans cette marre écarlate mes plaies se soignaient les unes après les autres sans savoir comment . Mes douleurs disparaissaient, mon épaule luxée était soignée, chaque plaie s’effacer comme dans un mauvais rêve. Ma nuque me brûlait et le tatouage en forme de phœnix resta gravé mais quelque chose avait semblait-il changé. Mes deux mains sur mon ventre, je renaissais de mes cendres grace à ma fille…je la sentais en moi qui me donnait sa force et me protégeait.






~~ Maman d'une petite Héméra ~~




Mes nuits me ramènent à toi. Mes souvenirs sont un trésor qui n'ont que ton reflet

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asaria.forumpro.fr


······ and that's who i am ······
« Invité »
Invité




MessageSujet: Re: Grande Réception et ouverture du Projet Mara (Invités) (terminé) Dim 18 Juil - 13:57:51

    L’obscurité, le néant, chaos. Le silence perturbé par des murmures lointains, des cris, des bruits sourds et violents à la fois. Je sentais quelques vibrations dans le sol, tandis que je prenais lentement mais surement conscience du fait que j’étais allongé par terre. Les yeux clos, je luttais avec force pour retrouver mes esprits, cherchant la lumière du jour, revenant petit à petit à moi. Une image trouble, des bruits environnants un peu plus clairs, audibles, et je réalisais que j’avais perdu conscience. Portant une main à mon front, pour approcher mes doigts face à mes yeux, j’observais ce rouge carmin, que j’assimilais aussitôt à du sang. A cette vision, je ressentis alors un mal de tête épouvantable, comme jamais je n’avais connu. Mes jambes bougèrent imperceptiblement, puis mon bassin, mon dos, et j’étais de nouveau capable de contrôler mon propre corps, qui, durant un temps, avait voulu rester inerte, insensible à mes ordres. Enfin, je réussis à ouvrir mes yeux pleinement, l’image se figeant après quelques minutes. De ma position, je ne pouvais qu’observer des jambes, des pieds, devinant au vue des chausses, les propriétaires de ceux-ci. Des gardes, des invités, des dames, et toujours cette panique m’entourant visiblement. Il se passait quelque chose, mais je ne pouvais savoir quoi. M’accrochant à la colonne, m’aidant de celle-ci pour me relever finalement, je fais un tour d’horizon du regard…

    "Ah elle est belle la réception ! Et on applaudit le service d’ordre ! La milice payée à grand renfort d’impôts… la clairvoyance de l’organisateur…"

    J’étais amère, écœuré par cette soirée. Un filet de sang coulait le long de ma tempe, et je contemplais longuement le sang sur mes doigts. Adossé contre la colonne, j’avais un mal fou à rester debout, ma tête tournant violemment, mes jambes chancelantes sous le poids de mon corps, tremblantes…

    "C’était à prévoir après tout ! "

    Tournant la tête pour chercher du regard cette humaine, tenue si fermement par Gaius l’architecte, je ne fus pas surpris de ne plus les voir dans la salle. La soirée était ruinée. Mes yeux se posèrent sur Alianka, la Grande Conseillère, tandis que je levais un doigt accusateur sur celle-ci, sans peur, sans gêne, aux yeux de tous…

    "Encore une magnifique démonstration de vos talents Grande Conseillère ! Décidément, dès que vous êtes présente, tout semble aller de mal en pire ! "

    J’éprouvais alors une haine incommensurable à son encontre. Je ne la connaissais pas intimement, mais je savais qu’elle restait une conspiratrice, et elle restait surtout, en haut de ma liste de suspect au sujet de l’attentat qui m’avait visé. Combien était déjà mort dans des évènements similaires ? L’on accusait la Rébellion, les humains, l’on organisait des rafles, des arrestations, mais au final, jamais de procès, jamais de preuves de l’implication des mises en cause. Je n’étais pas stupide au point de croire les versions officielles…

    "Sachez que le Gouvernement, ce n’est pas que vous et vous seule ma chère ! C’est aussi nous, tous les Anciens, T O U S. Et si cela vous déplait, vous avez besoin de moi ! Ce n’est pas aujourd’hui que vous aurez réussi à me supprimer Grande Conseillère ! "

    J’en étais rendu à postillonner sous la haine et la colère qui m’habitait. Vacillant fortement un cours instant, je crus presque tomber au sol, tellement mes jambes ne semblaient ne plus vouloir me porter. Finalement, je reprenais de la constance, ne voulant nullement plier devant cette femme d’influence, tandis que je croisais les regards médusés des autres invités, qui n’en croyaient surement pas leurs oreilles. Quelqu’un s’était il déjà permit de parler ainsi à Alianka ? Mon doigt accusateur changea alors de cible, pour englober toute la foule…

    "Je suis qu’un parano hein ? C’est ça que vous pensez tous ! Vous doutez de mes capacités ? Sachez que sans moi, vous n’êtes rien ! Si je disparais, vous y passez tous aussi, tous autant que vous êtes ! "

    Sur ces bonnes paroles, je m’apprêtais à sortir rapidement, tandis qu’un serveur à proximité de moi. Aussitôt, j’en profitais pour faire voler en éclat le plateau portant les coupes de champagnes nouvellement remplies, tandis que je le bousculais avec force et violence, me dirigeant vers la sortie en titubant maladroitement, sujet non plus à l’alcool, mais à ce mal de tête épouvantable. Enfin, je rejoignais mon véhicule, pour disparaître aussitôt, partant de cette réception à vives allures, ma voiture fonçant sur la route sans me soucier des gens croisés ou des autres véhicules. Une chose était sur, l’on ne serait pas prêt de me revoir ici…

Revenir en haut Aller en bas


······ and that's who i am ······
Grande Conseillère de la Cité
Ancienne ; Longue-Vie

Nombre de messages : 2643
Localisation : Dans tes fantasmes les plus fous
Age du personnage : 132 ans
Côté coeur : La glace est éternelle seul le feu en est le maitre.
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Télépathie ,télékinésie ,invisibilité
Appartenance: Ancien
Activité: Dirigeante du gouvernement.


MessageSujet: Re: Grande Réception et ouverture du Projet Mara (Invités) (terminé) Lun 19 Juil - 23:26:35


    L’arme de Gaïus était pointée sur Alianka. Mais ce n’était pas cela qu’elle observait mais bien le regard de son interlocuteur qu’elle vrilla du sien. Elle perçut ses paroles télépathiquement. Il était encore loin de tout comprendre, de tout savoir sur la mort de Gabriel, qui en avait était le commanditaire, qui avait était accepté le contrat.
    *Tu aurais pu mais ne me sous-estime jamais Gaïus…*

    Une lumière aveuglante venait d’éblouir la panthère de glace qui avait refermée ses griffes acérées sur sa proie, à terre, Gaïus Hasard, l’architecte Asarien qui venait de dévoiler aux yeux de tous les invités sa prise de position pour la leader des Pacificateurs : Grossière erreur de sa part mais trop tard pour elle car le flash avait été projeté en plein cœur de la salle de réception. Ne bougeant plus, fermant ses eux, déployant ses sens hyper-développés pour tenter de canaliser sa concentration sur les bruits, autres que les cris ou les ordres de Kylian ou le hurlement de Joaquin qui venait de s’assommer sous le choc bruyant d’une colonne , son esprit puissant s’élançait derrières les pas de l’architecte qui avait pris sur son épaule l’humaine , les conduisant tous les deux au sous-sol.

    Une seconde présence éveilla sa curiosité celle de Jezebel qui après voir aidé Nikita, c’était lancé à la chasse du traitre et de la Pacificatrice. Un sourire pervers souligna ses lèvres sanguines. L’Ancien ne leur laisserait aucune chance à ses parias qui serviraient d’exemples à tous ces humains et tous ces Asariens qui avaient osé penser détruire la cité et son gouvernement. Plusieurs longues minutes venaient de s’écouler quand la Déesse égyptienne ré-ouvrit ses grands yeux azurés au même moment où le PDG de la World Compagny interpréta son numéro devant les regards ébahis des invités et des gardes de la Milice qui ne comprenaient pas la réaction de cet Ancien :

    « C.H.R.I.S.T. , enregistrement et copie du comportement de Joaquin McCoy, nécessité absolue, type niveau 6, déclenchement du pacte signé par les tous premiers Anciens en liaison immédiate sur la prochaine réunion à la Tour gouvernementale d’ici 48heures ».

    Les Miliciens s’approchèrent d’elle et d’un signe de main, elle fut très explicite, elle n’avait pas besoin de protection. Les gardes se déployèrent dans toute la salle de réceptions pour aider les convives et partir à la poursuite des deux individus qui avaient commis l’irréparable cette nuit. Déjà des idées et un plan bien précis se dessinait dans l’esprit de la Grande Conseillère. Personne n’échapperait à sa sentence, et, elle en appellerait au pacte que les bâtisseur de la cité de verre avait signé lors de la toute première session du gouvernement. McCoy n’aurait jamais du s’élever contre elle. Il pouvait être très puissant, elle l’était d’avantages. Il pouvait avoir des appuis, elle en avait bien plus que lui.
    « Envoyez des Miliciens à la World Compagny. Monsieur McCoy ne prendra plus en charge le système climatique jusqu’à la réunion du Conseil. Si jamais il ne coopère pas, signalez-le moi. »

    Alianka devait maintenant retrouver Nikita à l’extérieur et prendre soins d’elle, comme elle avait jadis promis à une veille amie, cher à son cœur, mais avant un dernier acte :
    « C.H.R.I.S.T. connexion immédiate au Centre de recherches.
    Code AdNlv.100, mise en place du second système de ventilation au niveau de chaque dôme »


    On n’écrassait pas De Nephthys, sans en subir son courroux. Le monde politique avait toujours été dominé par les hommes, dans l’ancien temps. Aujourd’hui, une femme était à sa tête et elle n’avait jamais failli à sa tâche. Joaquin McCoy répondrait de ses actes devant ses pairs. Laissant Kylian et les autres invités, elle sortit de la salle, prenant la direction des immenses portes-vitrées de l’entrée de la Tour Wright pour y retrouver Nikita, assise sur un banc, dans le parc privé. Posant doucement sa main sur son épaule pour ne pas l’effrayer, elle prit place à ses côtés pour la serrer tendrement dans ses bras, comme une mère envers sa fille :
    « C’est terminé Nikita…. Il faut rentrer. Je vais nous faire raccompagner par mon chauffeur.»

    Prenant entre ses mains le délicat visage de la petite princesse, replaçant tendrement une mèche de ses cheveux dorés sur son épaule, elle poursuivit :
    « Comment te sens-tu ? »



Le pouvoir se définit par la possibilité d'en abuser




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


······ and that's who i am ······
Pacificateur Asarien

Nombre de messages : 548
Localisation : L'esprit vagabonde loin.
Age du personnage : 39 ans
Côté coeur : Célibataire épris à la folie de Mara Jade.
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Armadan, Invisibilité, Perturbation incontrôlée de l'électricité
Appartenance: Asarian Pacificateur
Activité: Architecte


MessageSujet: Re: Grande Réception et ouverture du Projet Mara (Invités) (terminé) Mar 20 Juil - 9:59:01

Elle était là par terre. Morte. Il posait index et majeur sur sa gorge pour vérifier, mais cela ne changeait rien. Il avait obéit une seule fois à Mara et elle était morte. Il aurait pu péter un câble et retourner tuer le maximum de garde, voire buter Kylian. Il prit l'arme laser et détruit tous les systèmes de sécurité comme pour protéger l'image de cette femme qu'il aimait. Quatre des huit cylindres tournaient tranquillement, le moteur ronronnait calmement et Mara était là étendue. Il avait passé une vie à reconstruire une vieille voiture. Quelle connerie ! Au lieu d'aider les gens. Ce soir l'univers Hasard s'effondrait. Le phoenix n'était meilleur symbôle. Il prit Mara dans ses bras pour aller l'enterrer dignement quand un signe survint.

Il posa la main sur sa femme pensant à un rêve d'Armadan. Mais c'était bel et bien la vérité. Il n'en croyait pas ses yeux, sa fille ressuscitait sa mère. Comment était-ce possible ? Elle prenait soin de son enfant et c'est son enfant qui la sauvait. De nombreuses questions fusèrent dans l'esprit de Gaïus. Mais le bruit des gardes courant dans le couloir l'arracha à ses interrogations. Il déposa Mara dans la voiture. Des tirs sifflèrent. Bordel, c'est un moteur essence, ça explose ces conneries. Gaïus sauta par dessus la voiture pour passer côté conducteur et grimpa au volant. Il écrasa l'accélérateur et la voiture bondit. Il manoeuvra aussitôt un interrupteur archaïque dans la voiture. La batterie prit le relai et fit pivoter une bièle. Les huit cylindres se mirent alors en branle catapultant la voiture hors du parking. La barrière vola en éclat mais la milice avait déployé des moyens. Il percuta une voiture électrique mais le poids de son engin n'avait rien à voir. Seule la taule prit un choc alors que l'autre voiturette partait en tête à queue. Gaïus ne lâchait pas l'accélérateur et il franchit la grille d'entrée à une allure folle. Les moteurs essence sont peut-être bruyant, polluant, mais ils vous arrachent à la route sans comparaison possible.

Gaïus ne prit pas du tout la direction de la sortie des dômes. C'est ce qui fit sans doute qu'il n'avait pas eu beaucoup de poursuivants pour le moment. Mais sa destination, la Tour Hasard était encore loin, bien loin. Espérons qu'Anne avait bien compris son message avant de venir.

    Ne me demande plus de t'obéïr Mara...


Il posa sa main une seconde sur la cuisse de Mara, mais il dut reprendre le volant rapidement.


Bâtissons l'avenir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ome.jeuforum.Fr

Leader des Pacificateurs ; Humaine

······ and that's who i am ······
« Mara Jade »
Leader des Pacificateurs ; Humaine

Nombre de messages : 12149
Localisation : Asaria et ses plaines.
Age du personnage : 30 ans
Côté coeur : A tout jamais Lui
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Maniement des armes blanches et à feu,combattante redoutable
Appartenance: Humaine Pacificatrice
Activité: Indépendante et Libre


MessageSujet: Re: Grande Réception et ouverture du Projet Mara (Invités) (terminé) Mar 20 Juil - 15:13:25


    Je ressentais des secousses, des coups de freins, des coups d ‘accélérateur. J’entendais des cris provenant des Miliciens qui s’enrageaient à nous tirer dessus avec leurs armes lasers. On percuta un véhicule, certainement pourtant, j’étais comme déconnectée de toute réalité. Je percevais les bruits autour de moi mais mon corps paraissait être comme engourdi. Je grelottais de froid, me calant au fond du siège passager pour tenter de trouver un peu de chaleur. Je tentais vainement de faire le tri dans mes pensées et cette voix qui ne cessait encore et encore de m’appeler « Maman », de m’apaiser, de me sécuriser, que tout aller bien se passer, que je n’avais plus rien à craindre. A cet instant où Gaïus posa sa main sur ma cuisse, j’ouvris grands mes yeux. Devant moi les rues de la cité défilaient à vive allure…
    « Je ne me bats pas avec des armes mais avec mon cœur…
    Tiens, pour une fois, tu m'écoutes ?»
    petit sourire malicieux aux coin des lèvres pour faire retomber pendant quelques secondes la pression que nous avions sur nous épaules.

    Mes douleurs avaient disparu, chacune de mes plaies s’étaient refermées. Regardant mes bras, passant mes doigts sur les déchirures de mes vêtements, bien présentes, ma peau ne portait aucune marque de ce que m’avait fait endurer Jezebel avec son pouvoir et sa lyre maudite. Même mon épaule luxée était guérie. Je n’avais plus mal, mes souffrances, cette marre de sang, de mon sang, plus rien…incrédule et hésitante, je commençais à comprendre que je n’avais pas rêvé de tout cela, que ma fille m’avait bel et bien sauvé. Mon bébé que je portais encore dans mon ventre avait la faculté de me protéger et de soigner mes blessures. C’était à la fois déroutant, effrayant et fascinant. Le fœtus âgé de quelques mois seulement possédait le don de guérir et une extrême puissance. Mieux vaut parfois ne pas avoir les réponses à toutes les questions.Mais ma rencontre avec cet Ancien venait de bouleverser ma vie. Passant ma main derrière ma nuque, je sentis un petit picotement.

    C’est le bruit de l’accélération d’une autre voiture, derrière nous, qui me libéra de mes réflexion. Regardant dans le rétroviseur : c’était bien un véhicule de la Milice qui nous pourchassait. Nous n’irions pas bien loin ainsi. Gaïus ne prenait pas la direction de la sortie du dôme. Il était certain qu’un barrage avait déjà du être mis en place :

    « Est-ce que tu peux nous rendre invisibles ? nous et la voiture ? »

    Nous ne pouvions rejoindre les terres sauvages, pas ce soir, en tous les cas. Son appartement devait être lui aussi surveillait ainsi que sa société :
    « J’espère que tu n’as pas l’intention de te rendre ni à ton appartement, ni à ta société parce qu’ils vont nous attendre et nous offrir un accueil de bienvenue. »

    Nous étions pris au piège sous cette immense voûte de verre. Agrippant la poignée de la portière, Gaïus accélérait de plus en plus pour semer nos compagnons d’infortune. Nous n’avions plus beaucoup de solutions. Il fallait qu’on disparaisse sous leurs yeux, qu’ils perdent pieds en nous pourchassant, et quoi de mieux que de cacher là juste devant eux.
    « La planque !! »

    La planque des Pacificateurs était un petit appartement modeste qui appartenait à Michael Hawkins. Liam et sa partenaire s’en étaient déjà servi pour échapper à leurs poursuivants. Michael faisait en sorte que cet appartement soit entretenu et mis à la disposition de chaque membre du groupe qui en aurait besoin.
    « Nous ne sommes pas très loin de l’appartement que Michael à mis à notre disposition et qui nous sert de planque. Il y a un box privé et fermé pour la voiture. Nous n’avons pas besoin de clefs, j’ai les codes. Alors soit, tu as une idée en tête » en faisant un signe de main vers le véhicule de patrouille qui nous suivait « soit, nous cacher sous leurs yeux, là où ils ne penseront jamais à nous chercher et attendre le bon moment pour sortir du dôme.
    Mais, il va falloir faire vite parce que… »


    Plusieurs tirs fusèrent vers la Mustang, Gaïus évitant comme il pouvait les tirs et moi essayant de ne pas passer par dessus le tableau de bord :
    « …ils vont nous rattraper ! »





~~ Maman d'une petite Héméra ~~




Mes nuits me ramènent à toi. Mes souvenirs sont un trésor qui n'ont que ton reflet

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asaria.forumpro.fr


······ and that's who i am ······
« Invité »
Invité




MessageSujet: Re: Grande Réception et ouverture du Projet Mara (Invités) (terminé) Mar 20 Juil - 18:29:50

Un désastre ... Voilà comment je qualifierais cette réception censée être instructive et démonstrative de la puissance et de la suprématie asarienne. Avec le temps, nous aurions pût croire que les anciens avaient fais-le pour et le contre de leurs erreurs passées, que l'attentat au casino leur avait servis de leçon; mais pas du tout; ils étaient tout aussi orgueilleux et se croyaient intouchables. Tout d'abord, cette femme que l'on avait traînée et enchaînée comme un animal, une bête de foire, un trophée de chasse, réduite à des jeux pervers de la part d'un homme dont son seul plaisir est de voir une femme rampée et léchée son propre sang. S'en est déplorable et répugnant, à vomir, voilà, c'est cette sensation que j'ai eu. Un dégoût profond de ma race qui réduisait à un état déplorable des hommes et des femmes, qui n'y a pas si longtemps de ça, leur ressemblait trait pour trait. Certes, je n'étais pas une spécialiste des droits des hommes, mais je n'aurais pas traîner dans la boue une femme qui avait pour seul défaut d'être humaine. Nous nous serions crus au moyen-âge, sur une place publique, devant une criminelle ou une sorcière, prête à mourir brûler vive devant toute la noblesse du pays. J'ai voulu quitter la salle à ce moment précis.Les affabulations de Joaquin McKoy sous un état de pseudo-agonie était pitoyable et déplorable, jusqu'au moment où un homme à l'air mauvais vînt traite cette femme comme une chiffe molle, puis pris en otage Kylian, se dirigeant vers la sortie avec la femme qui en avait reçus plein la tête. Jusqu'à l'intervention d'Alianka, faisant voler aux quatre coins de la salle les trois interlocuteurs principaux, suivie de l'entrée de la milice. La suite n'est pas plus intéressante et la stupidité asarienne montre un visage peu flatteur de notre espèce. Le tout fût suivie d'un éclat de lumière géant et de la fuite de la prisonnière avec son chevalier servant. Je n'avais pas tout compris à cette suite d'évènements, plus incongrus les uns que les autres, de leur rapidité à leur force. Seulement, la salle était dévastée, le sol couvert de traces de sang, la plupart des invités étaient blessés, je n'ai repéré aucun morts pour le moment, mais l'affaire paraîtra certainement dans le journal local et téléviser.Jezebel Hell emmena Nikita hors de cet enfer luxueux. Puis, Joaquin se leva, toujours autant amoché, le front en sang, le visage énerver. J'ai eu envie de courir vers lui et de l'aider à regagner sa voiture, mais c'était avant l'attaque personnelle qui lança à l'encontre de la dirigeante de la cité. Même moi, j'ai compris de suite que ce qu'il venait de faire lui coûterais cher, dans un sens ces paroles étaient censées, mais la femme qui dirigeait d'un manque de fer asaria, était autant impitoyable que belle, alors, lors de la sortie de l'homme qui habitait mes pensées. La réaction de Alianka fût cinglante et à mes yeux injustifiée. Joaquin avait raison, ils étaient plusieurs à gouverner la cité, elle n'était pas seule et elle se prenait pour ce qu'elle n'était pas: une reine. Je regardais alors la panthère sortir d'un pas félin, réconfortant la jeune Nikita à la sortie.J'enlevais mes chaussures à talons, m'avança vers les marches, tourna ma tête vers Kylian Wright, lui jetant un regard gêné et triste, je m'arrêtais devant le tapis que j'avais monté d'une allure fier et assurée en début de soirée, puis je le descendis avec empressement, ma robe froissée, mes cheveux emmêles, mon maquillage effacé et m'engouffrait dans la voiture qui allait me reconduire jusqu'a chez moi à vive allure. Un manteau de fourrure m'attendait sur le siège arrière, je le mis rapidement et le remontait jusqu'au niveau de mon nez. La vitre me séparant de mon chauffeur se remonta, la voiture démarra et je laissais enfin aller mes émotions. Laissant coulé le long de mes joues, des larmes, étouffant mes pleurs dans mon manteau.
Revenir en haut Aller en bas


······ and that's who i am ······
« Invité »
Invité




MessageSujet: Re: Grande Réception et ouverture du Projet Mara (Invités) (terminé) Mar 20 Juil - 18:49:59

    Nikita était transportée, aveugle elle comprit néanmoins qu’on la sortait de la pièce quand le bruit ambiant sembla s’éteindre par magie. Elle cessa de se débattre quand il devint clair que la personne qui l’éloignait des dangers ne lui voulait pas de mal, par une simple phrase qui la rassura instantanément. Cette voix était familière, elle l’avait déjà entendu auparavant mais ne l’identifia pas tout de suite. La fraîcheur de la nuit l’enveloppa et provoqua sur sa peau une chair de poule dans un frisson revigorant. Dehors, elle était au dehors, hors de portée des imprévus et des conflits qui venait de surgir sans qu’elle ne comprenne exactement pourquoi. Puisque Mara Jade était la responsable de la mort de Gabriel Nicholson, pourquoi Gaïus Hasard avait-il prit le risque de la sortir du bâtiment ? Il était normal qu’elle paye… et pourquoi Nate avait-il…

    La princesse blonde se sentait comme un pion négligé et à la fois comme quelqu’un qui n’aurait pas dû se trouver à cet endroit. Elle était trop faible pour ces choses-là, elle le savait à présent et une méfiance naissait vis-à-vis des projets élaborés par les adultes et toutes les réactions qu’elle avait vu ce soir. Elle croyait naïvement jusqu’ici que personne ne pouvait défier ainsi la sécurité de la Wright Corporation, et surtout pas en présence d’Alianka De Nephthys mais quelqu’un lui avait montré que si. Qui d’ailleurs ? D’où venaient les interférences télépathiques et qui avait provoqué ce flot de lumière vive ? Sans doute qu’elle ne l’apprendrait jamais.

    Mais toutes ses interrogations plus mystérieuses les unes que les autres devenaient obsolètes. L’homme l’aida à s’asseoir et quand il lui parla de nouveau, elle arriva finalement à mettre une image dessus.

    « Monsieur Hell ? »

    Sans attendre de réponse parce qu’elle était sûre d’elle, elle ouvrit doucement les yeux avec la sensation gênante de ne voir que des formes flouées et sombres. Elle ne distinguait pas les contours exactes de son visage jusqu’à ce qu’il fasse renaître une petite boule de lumière. Nikita n’arrivait pas à savoir si elle se sentait bizarre ou si elle ne ressentait rien face à ce qui était de toute évidence l’extraction de la source de son aveuglement.

    « Oui je… merci. »

    Mieux, peut-être. Elle voyait en tout cas, et bien distinctement à présent. Mais la soirée continuait à la mettre mal à l’aise, et ce même si elle n’était plus prisonnière des murs où avait lieu la réception, dans cette antichambre où chacun avait laissé libre court à des dons asariens avec plus ou moins de maîtrise. Elle le vit alors se lever et les sourcils de la jeune fille ne cessèrent de se froncer d’inquiétude à mesure qu’elle comprenait qu’il allait de nouveau disparaître. Mais pour quoi faire au juste ? Peu importe Nikita connaissait sa place, elle ne commanderait pas à un Ancien. De plus Jezebel Hell, Orphée, ne montrait qu’un calme influent, loin de la panique que pouvait ressentir cette fillette issue de la deuxième génération. Sans mot, elle baissa d’abord la tête sous la surprise de voir un tel nuage de chauve-souris apparut par un pincement de lyre, puis suivit ensuite des yeux le mouvement jusqu’à ce que le dernier animal disparaisse à sa vue.

    Alors seulement, Niki regarda autour d’elle. Elle était assise sur un banc, dans le jardin privé désert de l’entreprise de Kylian Wright. Il ne restait qu’un silence qui alourdissait presque l’atmosphère. Pourquoi était-elle seule ? Elle n’aurait jamais dû être seule, bien qu’elle sache pertinemment que cette impression d’isolement ne reflétait en rien la réalité d’un double qui vivait en permanence à ses côtés. Tout doucement, elle replia ses jambes contre sa poitrine et les entoura de ses mains. Elle se demandait quelle milice pouvait bien être prévenue puisque celle qui à son sens était la plus performante venait d’être mise à mal en à peine quelques minutes.

    Alors qu’elle se perdait dans une rêverie illusoire, une main douce vint plus tard la sortir de son état de choc. Ses visions imaginaires se dissipèrent pour qu’elle observe Miss Alianka s’asseoir à ses côtés. Au creux de ses bras, Nikita se laissa aller à fermer les yeux à nouveau dans l’espoir de chasser les voix qui se répétaient dans son esprit. Bercée par cette présence familière et aimée et sa chaleur, qu’il était bon d’avoir à nouveau une mère. Ces attentions lui manquaient terriblement et jamais elle n’aurait su exprimer combien elle était reconnaissante que le cœur de la Grande Conseillère soit assez grand pour qu’elle y trouve une place.

    La jeune princesse des McA. hocha la tête, enfouie paisiblement dans les tissus soyeux d’une robe qu’elle tachait des restes de ses larmes. Elle voulait rentrer chez elle, s’éloigner encore plus de tout cela et le retrouver, Lui. Nate l’attendait, elle ressentait qu’il attendait son retour… puis elle redressa la tête, se redressa elle-même, guidée par la tendresse de cette mère de substitution à qui elle adressa un sourire, tiraillé par les circonstances.

    « Je… c’est étrange… mais je n’ai rien, Monsieur Hell a fait ce qu’il fallait pour moi. »
    Soudain une pensée lui vint, une pensée qu’elle ne s’était même pas imaginé avant cet instant. Nikita était incapable de penser qu’une femme aussi forte qu’Alianka ait pu être touchée mais d’un seul coup, tout devenait envisageable et de nouveau elle se sentait déstabilisée.

    « Et vous, vous n’avez rien ? Et Monsieur Wright ? Dites-moi que tout va bien s’il vous plait. Je… je suis tellement désolée.

    Monsieur Hasard a fuit pour tuer cette humaine ? Il va être poursuivit ? »


    Ce n’était cependant pas le moment de poser ces dernières questions, elles n’étaient pas des priorités et Nikita souhaitait tout d’abord réellement connaître l’état de ses pairs, mais elles affluaient inévitablement. Surtout qu’à aucun moment la candeur de l’héritière ne cilla pour lui indiquer à quel point elle faisait fausse route.

Revenir en haut Aller en bas


······ and that's who i am ······
« Invité »
Invité




MessageSujet: Re: Grande Réception et ouverture du Projet Mara (Invités) (terminé) Mar 20 Juil - 22:02:11

La soirée ayant commencé sur les chapeaux de roues s'était terminé par un fiasco sans nom. La sécurité de la Wright Corporation allait inévitablement en prendre un coup et par la même le titre des Anciens. Cette nouvelle situation mettait une fois encore les Longue-vies dans une désagréable position et leur puissance n'allait pas tarder à être remise ne question. Il faudrait faire quelque chose pour y remédier mais ça sera fait en temps et en heure. Tous allaient être éclaboussés par cette affaire qui ne tarderait pas à faire les choux gras de la presse. Mais qu'à cela ne tienne, ces ramasses miettes pouvaient écrire ce qu'il voudrait, les Anciens se relèveraient encore et toujours, ils n'étaient plus à ça près. Cependant toute cette histoire au nom de l'amour, de la passion. Cela révoltait Jezebel qui ne cessait de haïr ce sentiment qui dévoilait le pire comme le meilleur en chacun de nous. Pourtant en son âme et conscience le jeune homme se jura de briser pour toujours ces sentiments néfastes. L'espoir sera retiré de la bouche des faibles, unique bouclier derrière lequel il se protégeaient et tout cela à cause d'une femme. Oui, l'Ancien voyait déjà dans son esprit fourmiller bon nombre de situation qui permettrait de retrouver celle qui pendant un court instant était morte, la miraculée. Après tout, pour un peu de bonheur combien de gens seraient près à dénoncer?

" Pourquoi être désolé jeune fille ? Serait ce l'amour que la grande conseillère et monsieur Wright te porte qui te fais parler de la sorte? Tu as peur qu'à cause de cet amour ils se mettent dans des situations périlleuses pour toi?"

Cette voix jaillissante de nulle part planait sur les deux femmes assisse sur le banc. Calme et posée, elle n'avait rien d'effrayant mais pour méninger les nerfs de la petite demoiselle, Jezebel apparut devant elle, le genoux à terre et un regard paisible sur le visage. Il lui souriait avec tendresse et sincérité comme pour essayer de lui redonner du baume au coeur...

" Et bien tu as tord car c'est cet amour qui fera ta forceet la leur. C'est grâce au soutient des autres que tu pourras aller de l'avant car tu sauras à présent qu'ils te suivront. Aimer peu faire déplacer des montagnes alors ne regrette pas d'être aimée. Mais parfois il peut faire commettre l'irréparable... "

Cette jeune femme avait la fraîcheur des premières fleurs du printemps. Elle n'était pas encore une femme et en son coeur dormait toujours l'âme d'une enfant dont l'inquiétude de voir des gens proches se mettre en dangé pour elle lui faisait peur. Cela rendait le tableau d'autant plus touchant à cet instant. Sur ses prunelles dansaient la naïveté de son âge. Au nom de Hasard, le divin troubadour serra le poing qu'il avait placé sur son genoux fléchit. Gardant toute sa dignité, il se redressa tendant ses mains dans la direction des deux femmes, pour les inviter à se relever. Il ne savait comment expliquer à la demoiselle la véritable situation afin de ne pas trop l'ébranler psychologiquement. Peut être n'aurait il pas du lui dire les paroles qu'il allait prononcer mais ayant participée à la soirée elle se devait d'en connaître certains aspect.

" Et bien disons que monsieur Hasard à laissé son coeur guidé sa raison ce qui a provoquer la situation dans laquelle nous nous retrouvons maintenant. L'amour à dicté la conduite de l'architecte et il s'y est abandonné corps et âme en sachant parfaitement qu'il ne pourrait plus faire marche arrière..."

Puis posant son regard redevenu aussi transparent qu'à la coutume sur Alianka de Nephtys il lui adressa un sourire tout à fait naturel sans que la jeune Nikita ne puisse se douter qu'à travers les pensées les deux Anciens étaient en train de communiquer.

* Navré de pénétrer ainsi dans vos pensées ma chère, mais il me semble que nous devrions parlé le plus rapidement possible. Si bien entendu vous y consentiez... J'ai découvert énormément d'élément qui pourrait être fortement intéressant par la suite...*

"Parmis les invités ici présent, miss Mc Faon vient de quitter le bâtiment passablement secouée, il m'a semblé voir monsieur Wright qui continuait de donner des ordres, vous et moi sommes ici et j'ai pu apercevoir Mc Coy qui partait assez énervé. D'ailleurs si vous me le permettez j'ai beaucoup de mal à comprendre comme un être aussi spécial peut posséder une tel génie. Enfin comme on dit tout est relatif..."

Il est vrai que pour le musicien, l'Ancien que représentait Mc Coy était le total opposé de l'image que devait montrer une personne de son rang. Réputé pour son intellect le jeune homme faisait preuve d'une grande bassesse d'esprit qui le rendait ridicule. En tous les cas une chose était sur pour Jezebel, s'il devait un jour y avoir une confrontation il serait sûrement le premier à y participer. Grossier, vulgaire à l'image des humains, Mc Coy ne valait pas mieux qu'eux et ça Orphée saurait le lui faire comprendre, d'une manière ou d' une autre...



Revenir en haut Aller en bas


······ and that's who i am ······
Grande Conseillère de la Cité
Ancienne ; Longue-Vie

Nombre de messages : 2643
Localisation : Dans tes fantasmes les plus fous
Age du personnage : 132 ans
Côté coeur : La glace est éternelle seul le feu en est le maitre.
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Télépathie ,télékinésie ,invisibilité
Appartenance: Ancien
Activité: Dirigeante du gouvernement.


MessageSujet: Re: Grande Réception et ouverture du Projet Mara (Invités) (terminé) Jeu 22 Juil - 13:07:30


    Tant de dangers, d’émotions, de pièges et les traîtres qui étaient apparus aux yeux de tout le monde lors de cette réception grandiose. Concernant l’architecte, Alianka avait toujours vu clair dans son jeu, depuis le jour où il était venu dans son bureau lui présenter ses plans de cette nouvelle géode. L’image de Mara Jade dans son esprit avait démontré un lien avec lui. Là parmi tout ce petit monde, il avait prouvé son appartenance à ces lâches de Pacificateurs. Mais celui qui l’avait le plus déçu était Joaquin McCoy et çà il allait le regretter amèrement.

    Rejoignant la jeune McAlyster à l’extérieur de la Tour, dans les jardins privés de la Wright Corp., elle la retrouva assise et perdue sur un banc. Emotive et ébranlée par toute cette folie à laquelle elle venait d’assister, Alianka ne pouvait la laisser ainsi. Chassant sa colère pour devenir une femme douce et aimante, elle s’installa auprès d’elle pour la prendre dans ses bras et calmer ses angoisses Nikita lui expliqua que c’était Jézebel Hell qui l’avait amenée hors de la salle pour la soigner . La demoiselle paraissait, à son tour s’inquiéter pour la Grande Conseillère, la dévisageant de ses beaux yeux :

    « Je n’ai rien, ni Kylian , ni moi. Tu n’as pas à être désolée. Personne aurait pu prévoir le coup de folie de Gaïus Hasard ni la traîtrise de cet Ancien.
    Le futur se dessine lentement, il va falloir que tu sois forte. Le visage d’Asaria changera très bientôt Nikita. »


    Ambiguë et très vague dans les propos qu’elle venait de tenir face à Nikita, Alianka ne rajouterait aucun détail sur ce qu’elle venait de dire. Chacun devra découvrir sa destinée sans que sa faculté de voir l’avenir puisse interagir sur quiconque : c’était la promesse qu’elle avait faite à Ahmad Saria avant sa disparition. Revenant sur le doux visage de la petite princesse, elle posa la paume de sa main pour venir effleurer tendrement sa joue :
    « Monsieur Hasard n’était pas là pour tuer cette humaine mais bien pour fuir avec elle. La Milice est à leur poursuite mais je ne pense pas qu’elle arrive à les rattraper. Bien que nos Miliciens soient entraînés pour ce genre de situations d’urgence, Hasard et Jade réunis deviennent imprévisibles. Mais rien n’est encore terminée, il faut juste être patient…très patient. »

    Mais la discussion fut interrompue par l’arrivée de Jezebel qui donna ses propres conclusions sur les évènements qui venaient de se dérouler. L’architecte avait abandonné son empire et ses richesses pour cette femme, tout comme l’avait fait son fils Gabriel. L’histoire se répétée encore une fois. Elle perçut le message télépathique et seul un léger mouvement de tête pour acquiescer à sa demande suffit pour répondre à l’Ancien à sa requête. La panthère de glace se redressa de ce banc, gardant au creux de son bras Nikita, lui demandant de venir avec elle pour rejoindre sa limousine :
    « Jezebel, le cas de Monsieur McCoy n’est pas passé inaperçu. Je ne sais si vous avez entendu ou pas, mais je viens de déclencher le pacte des Anciens ce qui entraîne une prochaine réunion d’ici les prochaines 48 heures. Chaque chose doit être étudiée avec précisions…Chaque problème à sa solution…
    Je vous prie de bien vouloir nous excuser, je dois raccompagner Nikita chez son frère. Merci pour votre aide et essayer de prendre des nouvelles de Mademoiselle Mc Faon.
    Bonne nuit. »


    Alianka, accompagnée par le petit ange blond, se dirigea vers le premier garde Milicien qui escorta les deux femmes jusqu’à la limousine. Le chauffeur qui attendait patiemment et qui avait été témoin du face à face entre les deux fuyards et Jezebel Hell, dans le parking sous-terrain, vint s’enquérir auprès de la Dirigeante, tout en ouvrant la portière arrière :
    « Merci de vous inquiéter pour nous, tout va bien Georges. Veuillez nous conduire à la demeure des McAlyster »
    « Bien Madame »

    La voiture démarra, sortant du parking pour suivre la direction de la villa des jumeaux. Serrant contre elle celle qu’elle considérait comme sa propre fille au même rang qu’Adora, sa nièce, elle voulait la rassurer et qu’elle s’apaise. Raccompagnant Nikita jusqu’à la porte d’entrée, elle salua Nate et disparut de nouveau à l’intérieur de la limousine pour rejoindre avant sa propriété.
    Fatiguée, elle se laissa tomber dans son divan, un verre de vodka à la main...quand la sonnerie de son portable se mit à sonner…







Le pouvoir se définit par la possibilité d'en abuser




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


······ and that's who i am ······
Pacificateur Asarien

Nombre de messages : 548
Localisation : L'esprit vagabonde loin.
Age du personnage : 39 ans
Côté coeur : Célibataire épris à la folie de Mara Jade.
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Armadan, Invisibilité, Perturbation incontrôlée de l'électricité
Appartenance: Asarian Pacificateur
Activité: Architecte


MessageSujet: Re: Grande Réception et ouverture du Projet Mara (Invités) (terminé) Jeu 22 Juil - 14:23:26

Et au delà de cela, une course poursuite continuait. Le calme revenait dans la salle de réception. Alianka avait cette capacité de projeter son humeur à toute une salle. Énervée, elle propageait une ambiance électrique dans une salle aussi grande soit-elle. Calme, elle pouvait apaisé les âmes les plus torturés. Quelque part Gaïus se disait qu'elle aurait pu être le doigt de Dieu à montrer une direction. Mais celle qu'elle suivait était aux antipodes des siennes. Les méthodes de Gaïus étaient également différentes de celle de Mara. Il appréciait sa cause, il la vouait en culte même. Mais il ferait son maximum pour ne jamais avoir à prendre les armes.

Et quelque part, loin du calme d'Alianka, la tempête grondait. Gaïus avait bien l'intention de faire remarquer son départ. Et Mara comprendrait vite à son sourire en coin que cette planque serait tout sauf l'endroit où il comptait aller. Les tirs pleuvaient et Mara lui demanda s'il ne pouvait pas rendre la voiture invisible. Il fut amusé de cette remarque et en aurait ri dans d'autres circonstances.

  • Mara, quand je t'ai enlacé pour nous rendre invisible, ce n'était pas une technique de drague. Je sais que j'en suis capable, je sais, je sais... Il était amusé à voir le regard complice de sa «chef» Mais j'ai déjà du mal à me rendre invisible et à bouger, alors rendre la voiture invisible... Difficile... Un écrou peut-être...


Un tir pulvérisa le rétro à côté de Mara. Et Gaïus cessa de rire. Par contre, du stress, de l'électricité commença à s'échapper des mains de Gaïus.

  • Jette ton laser par la fenêtre avant que la cellule énergétique n'explose... Et accroche-toi au tableau de bord et tient ton ventre...


Gaïus pila net alors que la voiture de police les rattrapait. Elle leur passa devant. Déjà Gaïus avait rétrogradé de deux rapports et l'aiguille du compte-tour s'envola. Le moteur était au régime moteur idéal pour offrir sa plus puissance reprise. Pied au plancher, les pneus arrières auraient glissé s'il n'avait pas choisi la meilleure qualité de gomme. Dans un choc sourd, sa voiture fut instantanément collée à celle des miliciens. Rien ne semblait arrêter la puissance de la voiture américaine. Les deux voitures prirent de la vitesse. Les freins du véhicule devant eux étaient pourtant allumés. Gaïus posa sa main sur la carosserie et la décharge se diffusa dans les deux voitures. Rien ne se passa sur celle de Gaïus qu'il avait modifié pour. Pas pour rien qu'il roulait dans un vieux modèle. Par contre tous les circuits de l'engin milicien grillèrent. Plus de gyrophares, plus de sirènes, plus d'éclairage, plus de freins, plus de direction. Gaïus les doubla, abandonnant la milice à son triste sort. Qui aimerait être à 180km/h au volant d'une caisse à savon.

La tour Hasard approchait et Gaïus défonça un barrage qui se mettait en place. Plus loin les pompiers entouraient la tour.

  • Il faudra que je te présente Anne un jour... On peut toujours compter sur elle.


Il freina et manqua de percuter des pompiers. Rayant ses deux portières, il s'engouffra entre un véhicule et le muret et entra dans le parking de la tour. Un pompier leur gueulait dessus que tout était fermé. Dans le parking, s'arrêta tant bien que mal et percuta légèrement le mur de sa place de parking. Il fit signe à Mara de descendre et la suivit dehors. Il posa sa main avec tristesse sur son "bébé". Il avait passé tant d'heures à la construire.

  • Allons-y, la milice ne va pas tarder !


Il gagnait l'ascenseur et Gaïus le fit descendre de deux étages. Il décrocha son téléphone. Au bout du fil, Anne était en larmes. Il mit le haut parleur pour que Mara entende la conversation

  • Tout va bien ?
  • Non tu détruis tout...
  • Tout va bien ! On va tout reconstruire ailleurs. Fout le feu maintenant...
  • J'ai lancé l'opération en te voyant entrer dans le parking. J'ai récupéré le cadeau de Mara ! Gaïus, j'espère que cette femme en vaut le coup
  • C'est rien de le dire...
  • Je vous rejoins au sous-sol -3


Ils raccrochèrent simultanément. Gaïus regarda Mara.

    On va faire un peu de bruit Mara. Je sentais qu'Alianka pouvait me détruire. Alors j'avais un plan pour la faire chier si elle y parvenait. La tour Hasard est construite comme toutes les tours. Des poutres en acier habillées de carton. Alors, si l'acier devient mou tout s'écroule. Anne a fait sonner l'alarme incendie et à fait évacuer l'immeuble. Des incedies se déclenchent aux pointq névralgique. Rien de bien grave. Mais tous ses petits incendies vont affaiblir la struture à des points critiques. La tour va s'éffondrer. C'est de la physique. On ne pourra rien empêcher. Un immense nuage de poussière va envahir les dômes. Cela va monopoliser pas mal de leurs moyens. Mais avant cela je dois appeler quelqu'un


Gaïus décrocha son téléphone et appela Hélèna Carter.

  • Bonjour Hélèna... Je dois faire court, écoutez bien !Si vous voulez un scoop, prenez le maximum de photos de la Tour Hasard. Elle sera mon testament à Asaria. Au fait, regardez vos mails, vous avez des plans sur certains laboratoires que Wright voulait construire, leurs positions exacts et quelques maigres informations sur des sondes corticales. C'est pour nous présenter cela que vous avez été évincé de la réception...


Gaïus et Mara sortaient de l'ascenseur et avançaient dans une sorte de couloirs entourés de caves et d'archives. il ouvrit une trappe avec un énorme panneau annonçant un danger électrique. Derrière il n'y avait rien qu'un conduit avec un tube. C'était celui qu'ils avaient emprunté leur première nuit. Avant de l'emprunter, il devait finir son appel. Il ferait court, car il avait encore deux personnes à appeler.


Bâtissons l'avenir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ome.jeuforum.Fr


······ and that's who i am ······
Pacificatrice Asarienne

Nombre de messages : 2562
Localisation : Toujours dans les emmerdes !!
Age du personnage : 28 ans
Côté coeur : Mariée à Liam
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Télékinésie, Electrokinésie, Pyrokinésie (incontrolable).
Appartenance: Nouvelle Pacificatrice
Activité: Journaliste au Times, et Chieuse professionnelle


MessageSujet: Re: Grande Réception et ouverture du Projet Mara (Invités) (terminé) Jeu 22 Juil - 15:47:51


    J’ai horreur mais alors HORREUR que le téléphone se mette à sonner à une heure aussi tardive. Déjà que ces derniers temps j’ai le sommeil léger. Je crois que je suis devenue insomniaque depuis cette histoire sur l’enquête du Golden et ses fous d’Epsilon, secte perdue à la gloire d’une race suprême. Je n’ai pas envie de répondre, cela fait moins d’une heure que j’avais enfin réussi à me reposer. L’oreiller calé sur la tête, le téléphone sonnera tant qu’il le voudra, j’y répondrai pas et si l’abruti qui a osé me réveiller est assez intelligent, il laissera un message sur ma boite vocale.

    Moué, mauvais choix parce que celui ou celle qui tente de me joindre est trèèèès tenace. Je tends mon bras en direction de la table de nuit, tâtonnant à l’aveuglette pour y chercher mon téléphone portable qui ne cesse de sonner. Décidément, on ne veut pas me laisser dormir ! Balançant à l’autre bout de ma chambre le coussin, sur le sol, je me retourne sur le dos pour y voir l’identité de la personne qui tente de me joindre.

    *Hasard ? à cette heure-ci ? Non mais si c’est pour me parler d’une interview ou d’un truc de ce genre, çà aurait pu attendre le matin !*

    « Hasard, je vous préviens que si … »

    Citation :

    · Bonjour Hélèna... Je dois faire court, écoutez bien !Si vous voulez un scoop, prenez le maximum de photos de la Tour Hasard. Elle sera mon testament à Asaria. Au fait, regardez vos mails, vous avez des plans sur certains laboratoires que Wright voulait construire, leurs positions exacts et quelques maigres informations sur des sondes corticales. C'est pour nous présenter cela que vous avez été évincé de la réception...

    J’écarquillais grands mes yeux à l’écoute de ce qu’il m’annonçait : entre la fameuse réception de Wright qui avait trié sur le volet les journaliste qui devaient êtres présents pour couvrir la fête du PDG et ses invention qu’il allait montrer à ses invités et ce qu’il m’annonçait concernant des plans envoyé sur ma messagerie et sa Tour, j’étais un peu déboussolée. Bondissant de mon lit, le téléphone coincé avec mon épaule pour écouter la suite de la conversation, je m’étais dirigée dans mon salon pour prendre mon ordinateur portable, pianotant sur le clavier pour lire mes nouveaux messages. J’avais bien un fichier que je venait d’ouvrir et qui contenait des plans .
    « Ok, ok, j’ai les informations sous les yeux.
    Mais qu’est ce que vous allez faire avec votre Tour ? »


    C’était pas que je ne voulais pas sortir de mon appartement, mais des photos de la Hasard Society, il y en avait plein la toile, donc, pourquoi tenait-il autant à ce que je prenne des photos et pourquoi me parlai-il de son testament ? J’étais loin de me douter du plan de l’architecte et de ses intentions. Je jetais un œil rapide autour de moi, localisant mon appareil à photos. Mon instinct me disait que tout cela allez avoir certaines répercutions sur le gouvernement la cité elle-même.
    « Vous n’allez tout de même pas… »





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


······ and that's who i am ······
Pacificateur Asarien

Nombre de messages : 548
Localisation : L'esprit vagabonde loin.
Age du personnage : 39 ans
Côté coeur : Célibataire épris à la folie de Mara Jade.
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Armadan, Invisibilité, Perturbation incontrôlée de l'électricité
Appartenance: Asarian Pacificateur
Activité: Architecte


MessageSujet: Re: Grande Réception et ouverture du Projet Mara (Invités) (terminé) Jeu 22 Juil - 16:24:42

    Je vais me gêner il l'interrompit aussitôt. Mais j'ai une autre information capitale. Vous et moi, dans le fond, on sait très bien que celle qui dirige Asaria est une jeune femme du nom d'Alianka. Entre son génie et sa beauté, elle arrive à manipuler tous les membres du pseudo gouvernement. Mais là, un homme s'oppose à elle Joaquim. Vous allez voir, elle va faire appel au pacte des anciens pour l'évincer. Elle va raconter quelques conneries contre lui. Certaines seront peut-être vraies. Mais elle va l'évincer. Si vous voulez démontrer que les asariens ne sont pas vraiment aidé par un conseil, mais plutôt mené par le bout du nez par une seule femme, vous avez là une belle enquête à mener. Je suis désolé, mais je vais vous laisser. Je vais disparaître de la ville. Et si vous voulez, vous pouvez expliquer que les inflations qu'il y a eu sur le prix des matières de constructions sont dû à un détournement et non à la construction de bâtiments pour la Wright Cie. Je compte construire une ville où seuls des pacifistes capables de voir au delà des races, capables de vivre en communauté seront présents. C'est une utopie pour le moment. Mais mon père a participé à la construction d'Asaria et je suis entouré de gens bien plus compétents que ceux qui l'entouraient.


L'ascenseur bippa. Gaïus la remercia et lui raccrocha au nez littéralement. Il devait se cacher des fois que la milice ne survienne déjà. Mais il fut rassuré en découvrant Anne qui bloquait l'ascenseur. Cette jeune femme était habituellement radieuse. Parfois brune, parfois blonde, elle changeait souvent de style comme si elle se cherchait. Mais là elle avait les yeux rougis, des cernes accumulées par la fatigue. Elle portait un jean et une tenue de protection noire. C'était bien la première fois qu'il la voyait sans son tailleur. Enfin, si on exceptait ces deux trois parties de squash.

Elle salua Mara puis Gaïus. Quelque chose n'allait pas chez Anne. Il y avait autre chose, mais il n'arrivait pas à déterminer quoi. Elle remit le cadeau de Mara à Gaïus et il la remercia sincèrement. Gaïus lui dit qu'elle devrait fuir. Mais sa réaction les surprirent tous les deux. Elle déclara vouloir venir avec eux, car elle n'avait plus rien ici. Il la regarda surpris et allait lui demander des informations. Mais l'heure tournait. La milice allait arriver, la tour allait s'effondrer. Il n'avait plus le temps. Ils se préparèrent à descendre.


Bâtissons l'avenir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ome.jeuforum.Fr


······ and that's who i am ······
Pacificatrice Asarienne

Nombre de messages : 2562
Localisation : Toujours dans les emmerdes !!
Age du personnage : 28 ans
Côté coeur : Mariée à Liam
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Télékinésie, Electrokinésie, Pyrokinésie (incontrolable).
Appartenance: Nouvelle Pacificatrice
Activité: Journaliste au Times, et Chieuse professionnelle


MessageSujet: Re: Grande Réception et ouverture du Projet Mara (Invités) (terminé) Jeu 22 Juil - 16:49:39


    « Hasard !! Attendez !! où puis-je vous joindre si j’ai besoin de … »

    Génial ! il venait de me raccrocher au nez et je n’étais même pas certaine que je reverrai un jour cet homme. J’avais vraiment HORREUR de ces réveils là, ce n’était pas pour rien ! Jetant mon téléphone à l’autre bout du canapé, posant mon ordinateur portable sur la table basse, j’avais enregistré toutes les données qu’il m’avait envoyé. Et maintenant, direction la Tour Hasard pour savoir ce qui allait se passer. Je pris les premiers vêtements qui me tombaient sous la main : un jean, un tee-shirt, baskets, mes clefs de voiture, mon téléphone quand même et mon appareil photo.

    Je sortis comme une tornade de mon appartement. Ce qui était quand même bien à cette heure si tardive de la nuit c’est qu’il n’y avait personne, ni dans les couloirs, ni dans l’ascenseur qui me conduisit au sous-sol de la tour résidentiel. Rapidement, je fus à l’intérieur de ma voiture, appuyant sur l’accélérateur pour suivre la direction de la Hasard society sans vraiment me soucier du code de la route. Les voies rapides qui reliaient les différents dômes entre-eux étaient désertes aussi et au loin, le quartier des affaires prenait forme avec les premières corporations.

    Je garais ma voiture dans une ruelle éloignait car les paroles de Gaïus concernant un pseudo « testament à Asaria » ne laissait présager rien de bon. Mais de là où j’étais les autres bâtiments me dissimulaient la tour et je devais trouver un moyen pour prendre de la hauteur, pas évident au milieu de tous ces bureaux. Mais oui ! Le Times n’était pas loin et je pouvais certainement voir toit la société de la Hasard. Je retournais sur mes pas, courant à toute allure vers le journal qui était ouvert 24h/24h.

    J’aurai aucun problème, on ne me poserait aucune question, à savoir ce que je faisais ici. L’ascenseur m’amena jusqu’au dernier étage et sur l’immense terrasse je pus enfin prendre les photos qu’il m’avait demandé de faire…et c’est aussi là que j’allais assister à l’effondrement d’un empire pour sauver des idéaux pour lesquels il se battait, lui et ses alliés. Mes articles porteraient sur ces derniers évènements, sur les dossiers de Wright et sur cette réunion du gouvernement qui allait bientôt se dérouler. Gaïus Hasard m’avait laissé là ses dernières informations en héritage…J’espérai un jour le revoir. Dans ce nouveau monde…Dans cette nouvelle ville.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Leader des Pacificateurs ; Humaine

······ and that's who i am ······
« Mara Jade »
Leader des Pacificateurs ; Humaine

Nombre de messages : 12149
Localisation : Asaria et ses plaines.
Age du personnage : 30 ans
Côté coeur : A tout jamais Lui
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Maniement des armes blanches et à feu,combattante redoutable
Appartenance: Humaine Pacificatrice
Activité: Indépendante et Libre


MessageSujet: Re: Grande Réception et ouverture du Projet Mara (Invités) (terminé) Ven 23 Juil - 10:24:58


    Cette voiture qui nous pourchassait ne nous laisserait aucun répit. A l’intersection d’une rue, une seconde patrouille vint rejoindre la première. Notre fuite était notre seul espoir et les hauts pouvoirs de cette cité comptaient bien parvenir à faire de nous les exemples aux yeux de ceux qui se dresseraient contre les autorités. JAMAIS ! Je fixais ces deux bolides à nos trousses tout en émettant des idées et pourquoi pas jouer avec son don sur l’invisibilité. Même dans un pareil moment, nous arrivions à échanger des sourires complices sur des souvenirs de notre première rencontre :
    «Ho, j’étais pourtant persuadée que le coup de nous rendre invisible, c’était juste un prétexte pour sentir mon corps contre le tien…Et voilà touts mes rêves qui tombent à l’eau… »

    Nos rires furent arrêtés par un tir laser qui fit éclater le rétroviseur , et je me calais dans mon siège, serrant d’une main la poignée de la portière , mon autre main sur mon ventre, protégeant ma fille bien que j’étais plus persuadée que c’était elle qui veillait sur moi:
    *Tout va bien se passer, c’est ce que tu m’as dit*

    De légers éclairs bleutés s’échappaient des mains de Gaïus et j’eus juste le temps de jeter mon arme hors de la voiture avant qu’elle n’explose surprenant nos pourchasseurs. La seconde voiture nous dépassa et il enfonça les freins au plancher pour faire piler la Mustang. Comme dans un très mauvais film, la scène se passa au ralenti devant mes yeux. Au niveau de la vitre de ma portière, le Milicien pointait son arme sur moi :
    « Gaïus !!! »

    Quelques secondes s’écoulèrent avant que je ne comprenne qu’il venait de changer de régime. Des bruits sourds des pneus des deux bolides crissés sous la puissance des moteurs. Gaïus braqua la Mustang pour venir se coller à celle de la patrouille, cette fois-ci de son côté, pour lui permettre de poser sa main sur la carrosserie et lancer son électrokinésie qui ne laissa aucune chance à nos bourreaux.
    « Anne ?…oui, bien sur… »

    Il me semblait qu’il m’avait déjà parlé de cette femme mais je n’en étais plus certaine. Elle devait être son assistante. Mais pourquoi me parlait-il d’elle maintenant ? La tour Hasard se dessinait droit devant et la voiture s’engouffra dans le parking souterrain dans un vacarme , en ayant frôler des pompiers mécontents bien avant. Il freina, coupa le moteur et je sortis à sa suite. Et là, je compris que l’histoire se répétée encore une fois. L’observant poser sa main sur cette voiture qu’il aimait tant, sur laquelle il avait passé tant d’années à la concevoir…je compris…que tout cela était ma faute. Quelle folie de croire en une paix qui n’amène que destruction et perte, tristesse et haine. Je l’avais entraîné avec moi dans ce chaos depuis le jour où je lui avais remis le médaillon des Pacificateurs…Et voilà le résulta que j’avais sous les yeux. Sa vie, ses richesses et son empire s’effondraient à cause de moi. Ce n’était pas de l’amour que je lui avais apporté, c’étaient les ténèbres…

    Silencieuse, je le suivis à l’intérieur de l’ascenseur qui descendait de deux niveau à mon plus grand étonnement. Adossée à la paroi, j’écoutais la conversation qu’il avait avec Anne.


    Citation :
    Non tu détruis tout...
    *A cause de moi…Mon Dieu, mais qu’est ce que j’ai fais….*

    Citation :
    j'espère que cette femme en vaut le coup
    *Je n’en suis pas aussi certaine*

    Posant mes deux mains sur mon visage, je dissimulais mes larmes, mais ma fatigue et mon épuisement jouaient aussi en ma faveur pour cacher mon trouble. Trop occupé à converser et à donner ses ordres, il n’avait rien remarqué. Je n’en croyais pas mes yeux, il allait tout faire exploser :
    « Attends…as-tu bien réfléchi ? Tu perds tout, ton empire, ton nom, tes richesses et tout çà à cause de … »

    Je n’avais pas eut le temps de finir ma phrase qu’il passa un second coup de téléphone : cette fois-ci à une certaine Hélèna. Je compris très vite que c’était à la journaliste, la partenaire de Liam à qui il donnait des informations sur le projet de Wright pour un futur article. Mais bien plus que cela, il lui décrivait avec détail tout ce qui allait se produire dans les prochains jours : la réunion du gouvernement prévue par Alianka, l’élimination d’un Ancien…

    *L’Armadan*

    Il raccrocha rapidement quand les portes de l’ascenseur s’ouvrirent devant une femme épuisée, qui ne pouvait être que Anne. Contre toute attente, et à la surprise de Gaïus, elle voulait le suivre, partir d’ici et venir avec nous. Avançant dans le couloir, une trappe donnait dans les souterrains de la cité d’Asaria. Exactement le même système qu’il possédait dans son appartement et avec lequel il m’avait aidée à m’enfuir. Cette nuit-là, j’aurai du le remercier et sortir de sa vie. J’avais détruits deux vies : celle de Gabriel, maintenant celle de Gaïus.

    Ils échangèrent encore quelques mots, et je fus la première à passer et à glisser le long de se tube métallique pour arriver jusqu’en bas. Je connaissais certains tunnels mais de là à me repérer dans tous, c’était impossible :

    « J’espère que tu as des torches ou des tubes lumineux ? »

    La fourmilière telle qu’était appelée ces long tunnels étaient faiblement éclairés par de vieux néons. Et déjà nous pataugions dans les eaux usées…




~~ Maman d'une petite Héméra ~~




Mes nuits me ramènent à toi. Mes souvenirs sont un trésor qui n'ont que ton reflet

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asaria.forumpro.fr


······ and that's who i am ······
Pacificateur Asarien

Nombre de messages : 548
Localisation : L'esprit vagabonde loin.
Age du personnage : 39 ans
Côté coeur : Célibataire épris à la folie de Mara Jade.
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Armadan, Invisibilité, Perturbation incontrôlée de l'électricité
Appartenance: Asarian Pacificateur
Activité: Architecte


MessageSujet: Re: Grande Réception et ouverture du Projet Mara (Invités) (terminé) Lun 2 Aoû - 14:10:03

Gaïus se dirigea sur le côté et tatonna quelques instants. Il utilisa son téléphone portable comme lampe torche. Elle n'était pas puissante, mais elle lui permit de trouver un coffret où se trouvait quatre puissantes lampes torches. Ils se les répartirent. Gaïus actionna alors une commande et la barre métallique fut plaquée contre la paroi rendant son utilisation comme rampe caduque. Cela retiendrait quelque peu la milice, mais ne les arrêteraient pas pour autant. Ils se mirent à marcher dans l'eau visqueuse. Gaïus regarda Mara et lui prit la main pour lui témoigner combien sa décision était prise et combien il en mesurait les enjeux. Ses richesses, il les tenaient dans ses mains. Il s'arrêta une seconde et embrassa rapidement. Anne se manifesta et reprocha aux tourtereaux leur lenteur. Ils arrivaient au hangar où le plan de Gaïus allait se dévoiler. L'asarien prit alors le téléphone de Mara et fit signe aux deux jeunes femmes de se taire. Il composa le numéro de téléphone de la journaliste.

    -- Héléna ? Ne dîtes pas un mot. Vous êtes en haut de la tour de votre journal. C'est parfait. Ne dîtes pas un mot, j'appelle Alianka.


L'asarien prit son téléphone et appela la grande conseillère. Il sourit à la vitesse avec laquelle le service de dispatch des appels le mit en relation avec la conseillère dès lors qu'il se présenta.

    -- Aly, comment allez-vous ?


Oui il poursuivait le vouvoiement envers la grande conseillère, mais il prie la mesure de lui rappeler qu'il ne lui obéissait pas en l'appelant par un diminutif. Dommage que le « y » se prononce comme un « i », car il savait combien elle détestait qu'on écorche son nom. Il n'écouta pas ce qu'elle lui disait, un bruit électronique se fit entendre et Armadan lui montrait les services de la milice qui tentait de la localiser. Il lui coupa la parole

    -- Ecoutez, ne vous prenez pas la tête à me géolocaliser, je suis tranquillement dans ma tour. Vous savez déjà que les alarmes incendies ont été déclenchées. Et vous savez combien votre milice n'est pas aussi brillante que vous. Ils sont déjà loin derrière nous. Je vous recommande de les évacuer de mon bâtiment si vous voulez épargner quelques vies. Je ne me rendrais pas sans résister. Que vous le vouliez ou non, je ne travaille plus pour vous. Mais je vous rassure, je ne serais pas votre ennemi. Libre à vous de me garder dans vos ennemis. Mais sachez une chose et c'est très important... Cessez cinq minutes Armadan ou la télépathie, Aly, sinon je raccroche. Profitez plutôt de ses informations que je vous révèle ! Toute personne armée, quelle qu'elle soit qui approchera sera abattu sur le champ. C'est tout ce que vous avez à savoir. Si vous voulez me voir un jour, vous saurez ce qu'il vous reste à faire.


Il mentait totalement. Jamais, il ne prendrait les armes contre eux. Mais il avait bel et bien l'intention de tout raser. Mais l'information cruciale n'était pas pour Alianka, elle était pour Hélèna et pour les asariens qui le traquaient sur les systèmes d'écoute. La rumeur enflerait bien vite. Un bruit de torsion se fit alors entendre. Gaïus semblait calme quand il raccrocha après avoir écouté la grande conseillère qui ne s'avourait certainement pas vaincue. Ils avancèrent encore dans les labyrinthes et des bruits de moteur se faisaient entendre. Il y avait une trentaine de camions tout terrain. Il contenait tout le matériel, les matières premières que Gaïus avait détourné de ses différents chantiers en cours. Il avait hésité à voler du matériel à Kylian. Mais face à la sécurité mise en place, il avait rebroussé chemin et oublié cela. C'est dommage, il aurait disposé là des dernières technologies. Quoi qu'il en soit les quelques trente camions qui allaient se sauver des dômes avait besoin d'une brillante couverture. Et cette couverture serait l'effondrement de la tour Hasard. Une telle onde de choc dans les dômes seraient comme catastrophique. La poussière soulevée ne pourrait être évacuée facilement par les ventilations. Le dôme serait dans le noir le plus complet. Et toute la milice serait concentrée là-dessus.

À l'arrivée de Gaïus les phares s'allumèrent. Brooklynn n'avait pas menti, les chauffeurs étaient présents et prêts. Gaïus et les deux jeunes femmes grimpèrent dans un camion. Derrière eux, le métal affaibli par la chaleur se tordaient et se déformaient sous le poids de la tour dans un bruit strident. La tour allait s'effondrer plus rapidement que prévu. Ils prirent les commandes du dernier camion. Devant eux, chacun suivait la route que Gaïus leur communiquait avec l'installation qu'il avait mise en place plus tôt. La fatigue le saisissait, il remerciait le bloodhealer.

    -- C'est là que le héros du film lance une phrase à la con non ? Genre : I'll be back !


Bâtissons l'avenir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ome.jeuforum.Fr


······ and that's who i am ······
Grande Conseillère de la Cité
Ancienne ; Longue-Vie

Nombre de messages : 2643
Localisation : Dans tes fantasmes les plus fous
Age du personnage : 132 ans
Côté coeur : La glace est éternelle seul le feu en est le maitre.
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Télépathie ,télékinésie ,invisibilité
Appartenance: Ancien
Activité: Dirigeante du gouvernement.


MessageSujet: Re: Grande Réception et ouverture du Projet Mara (Invités) (terminé) Mar 3 Aoû - 10:32:23


    Mon chauffeur m’avait raccompagné à ma villa après avoir prit le soin de reconduire Nikita chez son frère. Mes domestiques s’étaient éveillés pour venir à ma rencontre que je renvoyais aussitôt dans leurs chambres. J’avais besoin de calme et mon don de Clairvoyance ne cessait de m’envoyer des flashs d’un futur inévitable. Me laissant retomber sur mon divan, un verre de vodka à la main, mon téléphone portable n’allait pas tarder à sonner. Et deux minutes après, ce fut le cas. Pas besoin de vérifier le nom de celui qui m’appelait, je savais qui était mon interlocuteur au bout du fil.

    Citation :
      -- Aly, comment allez-vous ?

    «Certainement mieux que vous, actuellement, Monsieur Hasard.»

    S’il croyait que j’allais m’abaisser à le tutoyer, il avait tout faux. Mais c’était plaisant de sa part de voir qu’un homme peut s’appuyer seulement sur la tournure de ses phrases pour être convaincu de son effet. On laisse les gamins jouer avec leur petite découverte.

    Citation :
      -- Ecoutez, ne vous prenez pas la tête à me géolocaliser, je suis tranquillement dans ma tour. Vous savez déjà que les alarmes incendies ont été déclenchées. Et vous savez combien votre milice n'est pas aussi brillante que vous. Ils sont déjà loin derrière nous. Je vous recommande de les évacuer de mon bâtiment si vous voulez épargner quelques vies. Je ne me rendrais pas sans résister. Que vous le vouliez ou non, je ne travaille plus pour vous. Mais je vous rassure, je ne serais pas votre ennemi. Libre à vous de me garder dans vos ennemis. Mais sachez une chose et c'est très important... Cessez cinq minutes Armadan ou la télépathie, Aly, sinon je raccroche. Profitez plutôt de ses informations que je vous révèle ! Toute personne armée, quelle qu'elle soit qui approchera sera abattu sur le champ. C'est tout ce que vous avez à savoir. Si vous voulez me voir un jour, vous saurez ce qu'il vous reste à faire.

    Quelle sagesse dans ses mots ou alors de la stupidité la plus totale. Quel dommage de voir un homme tel que lui détruire l’œuvre qu’un père avait mit tant de temps à ériger. Quel dommage aussi que le patriarche Hasard ne soit plus là pour voir la folie de son fils. Il n’aurait pas accepté cela. Je m’étais redressée pour me rapprocher de mon bureau ou trônait mon ordinateur portable. Je pianotais quelques touches pour consulter mes mails . Un jour Monsieur Hasard, je vous apprendrai mon secret : que je ne possède pas trois pouvoirs mais quatre et que le dernier est encore bien plus terrible que votre Armadan. Ma Clairvoyance me montre l’avenir tel qu’il sera pas un hypothétique futur comme vos flashs. J’avais prévu la destruction de votre Tour et le second système d’aération de la cité était déjà en marche.
    « Monsieur Hasard. Vous abattez toutes vos cartes en un seul jeu. Je vous aurai cru bien plus astucieux que cela. Je ne mettrai aucune Milice à vos trousses. Les patrouilles vont rebrousser chemin mais je n’ai pas dit mon dernier mot. Vous serez traqué, vous et votre petite humaine.
    Et puis, tant que je vous tiens, soyez curieux de voir ce que Monsieur Hell a laissé comme souvenir sur la nuque de votre traînée. L’enfer ne fait que commencer…pas pour vous…Cette fois-ci…çà sera pour elle.
    Vous viendrez ramper à mes pieds Monsieur Hasard. Et je vous attends avec impatience. Vous savez ce qu’il vous reste à faire si vous voulez me revoir si vous voulez des explications. »


    Je ne lui laissais pas le soin de me répondre. Libre à lui de tenir compte ou pas de ce que je lui avais dévoilé. Mais la seconde partie venait de commencer.





Le pouvoir se définit par la possibilité d'en abuser




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


······ and that's who i am ······
Pacificateur Asarien

Nombre de messages : 548
Localisation : L'esprit vagabonde loin.
Age du personnage : 39 ans
Côté coeur : Célibataire épris à la folie de Mara Jade.
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Armadan, Invisibilité, Perturbation incontrôlée de l'électricité
Appartenance: Asarian Pacificateur
Activité: Architecte


MessageSujet: Re: Grande Réception et ouverture du Projet Mara (Invités) (terminé) Jeu 26 Aoû - 13:08:59

Hasard raccrocha et poussa de la main la tête de Mara et souleva ses cheveux pour regarder sa nuque. Elle avait raison. Alianka avait toujours plusieurs coups d'avance sur lui. C'est à croire qu'elle voyait l'avenir avec plus de discernement que lui. En même temps, quelle idée avait-il eu de se mesurer ainsi à cette ancienne ?

Les camions quittèrent en effet les dômes comme promis, sans encombre. La tour Hasard s'effondra créant un immense nuage de poussière. Il espérait qu'Hélèna ait pris le soin de prendre un appareil photographique pour immortaliser cet instant. Même si la grande conseillère avait anticipé en augmentant la puissance du système de ventilation, bien des appareils se bloquèrent trop encombrés par les poussières et les débris propulsés dans les airs.

Hasard n'était pas très fier de lui, mais ainsi, il s'assurait que le départ de ses camions se feraient discrètement, qu'ils seraient peu suivis. La route serait longue jusqu'au lieu om il avait décidé de construire Utopia. La route serait encore plus longue avant que les premiers bâtiments jaillissent de terre. Mais cette ville partant de zéro s'ouvrirait sur un monde utopique. Une alliance entre nature, humains et asariens... Le doux rêve de l'asarien ne verrait bien sûr pas le jour. Il le savait bien. Quand bien même il était virtuellement immortel, il se doutait en regardant encore une fois le cadeau de Hell que jamais les dômes d'Asaria ne le laisserait en paix. Jamais Asaria ne laisserait Utopia naître. Dommage... Mais il continuerait de se battre pour cet avenir que lui montrait Armadan.

    -- Ça ne va pas ? demanda Anne
    -- Non mais on s'en doutait. C'est comme ça...


La voix de l'asarien était pleine de doutes, voire de regret. Il ne regrettait pas sa rencontre avec Mara, il regrettait ce qu'il prenait pour l'obnubilation de la grande conseillère. Il avait vu sa colère après le fiasco de cette soirée. Mais il n'avait jamais vu qu'elle avait anticipé à ce point dessus. Qui était donc ce Hell au fond ? Encore un ennemi ?


Bâtissons l'avenir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ome.jeuforum.Fr


······ and that's who i am ······
« Contenu sponsorisé »




MessageSujet: Re: Grande Réception et ouverture du Projet Mara (Invités) (terminé) Aujourd'hui à 22:21:15

Revenir en haut Aller en bas

Grande Réception et ouverture du Projet Mara (Invités) (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» La grande évasion [Pv Darren - Natasha]
» J'ai un projet, devenir folle ! [SOLO]
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire
» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!
» La plus grande fraude de l'histoire?
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Asaria, terre de prophétie :: Dôme Principal :: Quartier des Affaires :: Wright Corporation.-