Partagez|

«
(Terminé) Naissance d'un nouveau futur [Pv Pacificateurs]
»

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Leader des Pacificateurs ; Humaine

······ and that's who i am ······
« Mara Jade »
Leader des Pacificateurs ; Humaine

Nombre de messages : 12149
Localisation : Asaria et ses plaines.
Age du personnage : 30 ans
Côté coeur : A tout jamais Lui
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Maniement des armes blanches et à feu,combattante redoutable
Appartenance: Humaine Pacificatrice
Activité: Indépendante et Libre


MessageSujet: (Terminé) Naissance d'un nouveau futur [Pv Pacificateurs] Dim 5 Déc - 15:54:54

    [ Ce rp fait suite à celui qui s'est déroulé aux alentours d'Utopia...quelques heures plus tard, au levé du petit jour...]

    7 heures 42 minutes 25 secondes…

    Le sas de l’infirmerie s’ouvrit enfin, laissant apparaitre un homme fatigué, aux traits tirés, qui paraissait avoir couru pour apporter des nouvelles à un homme qui se trouvait avec l’équipe médicale, près d’une femme semi-inconsciente, allongée dans un lit. Une perfusion était reliée à son bras droit, un brassard à son autre bras qui calculait toutes les demi-heures la tension de la mère et du fœtus, un masque à oxygène sur son visage.


    - Nous avons les premières informations. Une jeep vient de passer les barrages et nos contacts on put prendre des photos des deux occupants. C’est bien Gaïus qui était à l’intérieur et…Le véhicule s’est arrêté devant la Tour gouvernementale

    - Chuut…Mara commence à se réveiller. Il faut éviter toutes émotions fortes même si cela va être assez difficile à gérer.

    - Je suis désolé. Voilà toutes les conclusions et les images. Je voulais juste ajouter qu’une patrouille de la Milice a quitté la tour en direction du Times Révoltions. C’est assez étrange. Je retournais devant mes ordinateurs et s’il y a du nouveau, je vous ferai signe.

    - Merci.

    J’ai tout entendu, je suis bien réveillée, encore un peu vaseuse mais bien consciente de tout ce qui se passe autour de moi. Je n’avais pas vraiment besoin de toutes ces informations. Je savais déjà où le Mercenaire amènerait Gaïus, au bureau même de la Grande Conseillère. Mais ce que je ne comprenais pas, c’était pourquoi des Miliciens s’étaient rendus au Times. Est-ce que Gaïus avait déjà commencé à avancer ces pions pour contrecarrer les plans d’Alianka ? Je me souviens de cet article qui avait été écrit par une journaliste, nommée Hélèna Carter. Gaïus avait accepté de la rencontrer chez lui, elle et uniquement elle pour qu’elle dresse un portrait de l’homme qu’il était. Il semblait avoir confiance en elle et avait-il demandé à la rencontrer, à la voir ?

    *Maman, il faut te réveiller, je vais t’aider à te sentir beaucoup mieux et tu retrouveras tes forces très rapidement*

    Lentement, je me redresse sur mes coudes, retirant le drap qui me couvre pour basculer doucement mes jambes sur le côté du lit. Mais, mon mouvement ne reste pas inaperçu et déjà les personnes qui sont présentes dans le box médical me rejoignent, tentant de me calmer et de m’expliquer que le meilleur cas pour moi est de rester coucher.

    - Mara, tu as reçu un coup hier soir. Toi et ta fille vous vous porter bien mais il va falloir que nous surveillons tes derniers jours de grossesse.

    Ma fille va très bien, moi aussi. Je suis enceinte pas malade. J’ai besoin de sortir d’ici, j’ai besoin de voir Gaïus, j’ai besoin de savoir qu’il est vivant. Sans lui, ma vie s’écroule. Je ne suis rien sans lui. Assise au bord du lit, ma main effleure mon ventre bien arrondit. Je pense à notre bébé. Ma fille ne grandira pas sans son père, c’est une promesse que je dois tenir.

    - Mara, nous savons que Gaïus est vivant et qu’il…

    - Je sais où il se trouve…Je sais aussi qu’il ne mourra pas aujourd’hui…

    - Tu es très fatiguée, tu devrais te reposer.

    - Je ne suis pas folle si c’est à çà que tu penses. Le Mercenaire qui nous a traqués aurait pu nous tuer autant de fois qu’il l’aurait voulu. Il ne l’a pas fait pour la simple et bonne raison : la Grande Conseillère le veut vivant. Il faut le sortir de là.

    - La tour gouvernementale est une vraie fosse aux lions. C’est la tour la plus hautement sécurisée. Entrez à l’intérieur sans plan ne ferait que mettre en danger Gaïus.

    - Je ne compte pas rester inactive alors que l’homme que j’aime risque sa vie.
    Essayez de savoir pourquoi la Milice se trouve au Times et localiser Hélèna Carter dès qu’elle arrivera aux locaux de la presse.


    Sans attendre de réponse, je me lève du lit, chancelante sur mes jambes mais encore capable de marcher toute seule. Les portes du sas s’ouvrent de nouveau pour me laisser passer. Dans le couloir, tous les regards des Pacificateurs se portent sur moi. Je peux y lire de la compassion, de la tristesse, de cette aide qu’ils veulent toutes et tous m’apporter. La tête me tourne et après avoir fait quelques pas, je m’adosse au mur, pour pourvoir reprendre ma respiration et me calmer. Ma main sur mon ventre, tremble, je ferme les yeux, souhaitant si fort que tout cela ne soit qu’un cauchemar, que lorsque je me réveillerai, Gaïus sera bien là, auprès de moi, auprès de nous…Non, ce n’est malheureusement pas le cas…





~~ Maman d'une petite Héméra ~~




Mes nuits me ramènent à toi. Mes souvenirs sont un trésor qui n'ont que ton reflet

Spoiler:
 


Dernière édition par Mara Jade le Mar 15 Fév - 16:15:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asaria.forumpro.fr


······ and that's who i am ······
« Invité »
Invité




MessageSujet: Re: (Terminé) Naissance d'un nouveau futur [Pv Pacificateurs] Lun 6 Déc - 12:18:46

    Nate s’approcha vivement de la jeune femme enceinte. Prestement, il glissa une main réconfortante sur sa taille et remit sa chevelure auburn en place de ses doigts malhabiles, avant de lui offrir un appui rassurant. Le pacificateur sourit avec chaleur et ses yeux clairs transmettaient toute l’admiration qu’il portait à sa Leader.

    « Mara, je crois bien que tu ne devrais pas être ici, est-ce que je me trompe ? »


    Sa voix était ferme mais amusée et on ne décelait aucun reproche dans ses propos. Il ne fallait pas être savant pour voir que Mara Jade était au faîte de la tension et de l’inquiétude. Cependant le jeune McAlyster avait un certain avantage sur ses pairs, un avantage dont il n’avait lui-même pas conscience. C’est pourquoi il porta instinctivement une main protectrice sur le ventre merveilleusement rond de sa Leader et amie, caressant et massant doucement la peau tendue derrière laquelle se cachait leur futur à tous. Il sentit les tremblements de la jeune femme et sa main se raffermit tout en douceur pour lui procurer réconfort et sérénité. Il ne servait à rien qu’elle demeure immobile à se tourmenter, aussi il l’aida à se redresser et lui proposa de marcher, d’autant plus que deux femmes en blouse blanche venaient déjà à leur rencontre.

    « Je vois déjà tes geôliers accourir à ta recherche. Que dirais-tu de leur échapper le temps de quelques minutes ? »

    Inconsciemment, Nate suivait les ordres de son esprit, qui lui savait que marcher ferait du bien à la future maman et le jeune pacificateur ferait tout pour que sa Leader se porte au mieux. Il voyait à ses traits fatigués et à sa moue dépitée que Mara angoissait. Si le jeune homme se refusait à s’introduire dans son esprit en ce qu’il concevait comme un manque de politesse et une atteinte à l’intimité, il ne pouvait s’empêcher de lui envoyer des pensées apaisantes. La tension qui habitait la jeune femme pesait de tout son poids sur son état, une fin de grossesse qui aurait dû être un évènement heureux. Au contraire, rien ne semblait obéir aux attentes de Mara et le sort s’acharnait sur elle en lui enlevant l’être le plus cher à son cœur au moment même où elle allait en avoir le plus besoin. La vie n’était décidément pas tendre avec celle qui était l’image même de la compassion.

    Nate avait senti la colère et l’angoisse monter en lui quand il avait vu, grâce à sa sœur, la capture de Mara et tout le déchainement d’évènements qui avait suivi. Pendant des jours, il avait craint pour la vie de son modèle, de son amie, de celle qui représentait ses idéaux. Longtemps, le jeune McAlyster n’avait pu échapper aux obligations qui étaient les siennes en tant que PDG d’une corporation asarienne et membre de la haute société. Ses déplacements faisaient l’objet d’observations e de critiques et il lui avait été particulièrement difficile de quitter les dômes. Finalement, il avait préparé ses relations, sa sœur, son personnel, en évoquant une étude importante qu’il tenait à mener personnellement quant à un nouveau produit. Il avait ensuite prétendu s’enfermer dans son bureau et son labo pour plusieurs jours. Attendant la nuit, il avait échappé à la surveillance de tous ceux qui étaient susceptibles de le tenir à l’œil et avait rejoint le QG des Pacificateurs voilà trois jours maintenant. Il avait espéré retrouver Mara dès son arrivée mais avait rapidement été déçu. Impatiemment, il avait alors attendu son retour. Comme tous ces compagnons, il avait vécu avec terreur les dernières heures quand le contact avait été établi avec l’équipe qui avait secouru la Leader. Inlassablement, Nate avait parcouru les couloirs du quartier général, tendu comme jamais.

    Il n’y avait pas de mots pour expliquer le soulagement qui s’empara des pacificateurs lorsque la jeep était apparue avec Mara à son bord. Plus qu’un porte-parole, Mara était devenue un symbole pour tous les siens, que ce soit par sa ténacité, son intégrité ou par le couple qu’elle formait désormais avec Gaïus. Plus encore, la naissance de son enfant à venir allait présenter un tournant totalement inédit dans l’histoire de l’humanité représentée par les humains et les asariens. Quand Nate observait la jeune femme au ventre arrondi, il se sentait à la fois émerveillé et submergé par la confusion. Plus que tout au monde, il voulait protéger la mère et l’enfant. Ne serait-ce que pour être loyal à Gaïus ou pour pouvoir prouver l’affection particulière qu’il portait à Mara.

    « Comment tu sens-tu ? Je veux dire… nous savons tous ce qui est arrivé à Gaïus et je ne peux qu’imaginer ton désarrois. Mais, est-ce que ça va aller ? »

    Ils s’arrêtèrent quelques secondes pour laisser la jeune femme se reposer. Tous les regards qu’ils avaient croisés s’étaient porté sur Mara avec un mélange d’inquiétude, d’impuissance et de compassion. Souvent aussi, on trouvait de la joie dans leurs prunelles : la joie de voir un enfant naître.

    « J’ai hâte de connaître ta fille. Elle sera certainement la plus exceptionnelle des enfants qu’Asaria n’aura jamais porté. »

Revenir en haut Aller en bas


······ and that's who i am ······
Pacificateur Asarien

Nombre de messages : 548
Localisation : L'esprit vagabonde loin.
Age du personnage : 39 ans
Côté coeur : Célibataire épris à la folie de Mara Jade.
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Armadan, Invisibilité, Perturbation incontrôlée de l'électricité
Appartenance: Asarian Pacificateur
Activité: Architecte


MessageSujet: Re: (Terminé) Naissance d'un nouveau futur [Pv Pacificateurs] Lun 6 Déc - 13:54:24

Non, ce n’est malheureusement pas le cas… Gaïus en ce moment même est à demi-nu entre les doigts de la conseillère. Si un jour je l'apprenais, cela ne m'étonnerait nullement de sa part. Ce que je sais c'est qu'il se fait piéger et les pièces de l'échiquier se referme sur le roi. Pas le roi des pacificateurs, mais le roi du plan Hasard. Et ce plan, je l'ai eu entre les mains . Je l'ai remis à tous les pacificateurs, j'ai travaillé comme toujours fidèle à l'homme que j'aime mais qui en aime une autre. Je ne lui en veux pas, je regarde Mara, elle est devant moi. Qui suis-je, Anne une secrétaire devenu assistante de direction, amante de son employeur. Puis je me suis marié. J'étais sincèrement amoureuse de mon mari. Évidemment mon mariage m'a éloigné de Gaïus et nos aventures ont cessé. Mon époux a changé, j'ai changé. Mon histoire n'est pas triste. J'ai eu la chance d'aimer deux hommes, et l'un d'eux m'a aimé, l'autre m'a accordé une confiance telle que je ne peux pas l'expliquer. J'en suis retombé folle amoureuse et Mara est entrée dans sa vie. Il l'aime et j'ai un profond respect pour eux deux.

Je sèche mes larmes, elle parle à un homme, Nate, je crois. Je ne le connais que de réputation. On m'a dit de lui qu'il était fidèle à la cause. Moi, ce que j'ai vu, c'est son soulagement quand Mara est arrivée avec la Jeep. Ça, on ne peut pas le nier. Enfin, Gaïus me trouvait naïve, alors qui sait ?

Gaïus, il ment à sa femme depuis longtemps, il lui cache la vérité, je la connais -- la vérité, pas sa femme. Est-ce honteux ? Oui, mais il n'a jamais eu le courage de tout révéler à Mara. Elle se serait insurgée. Son caractère est celui qu'il aime. Il m'a parlé d'elle et j'ai souri. J'ai quitté mon mari car j'en aimais un autre. Je devais être honnête envers moi même. Et là je suis face à une femme, Mara. J'adhère à sa cause sans faille. Si elle n'avait pas existé, je serais dans la tour avec Gaïus, je serais sa concubine secrète. Mais, je préfère le savoir amoureux de Mara. Il a fait de grandes choses depuis qu'il est avec elle. Bon, une nuit avec Gaïus ne m'aurait pas déplu... Je les ai suivi en silence. Ils se sont mis à l'écart, alors, désolé, Nate, mais je vais profiter de cette opportunité...

-- Monsieur, je suis désolé, mais je dois ... je voudrais parler à Mara...

Ils me regardent, je réalise qu'on pourrai croire que je congédie Nate. Ce n'est pas ce que je veux.

-- Il n'y a rien de secrets, Monsieur, restez. Mon message sera transmis à tous les pacificateurs. Je dois vous révéler la raison de ma présence et surtout les mensonges de Gaïus...

Techniquement, ce ne sont pas vraiment des mensonges que je dois révéler, mais je sais que cela accrochera, que je vais capter leur attention un moment.

-- Voilà... Gaïus voudrait vous laisser ceci.

Ce vous, je l'accompagne d'un geste de la main pour montrer qu'il représente tous les pacificateurs. J'ouvre la main et je tiens un mini projecteur holographique. Tout est déjà dans la matrice, dans le réseau des pacificateurs. Il n'y a aucun message, juste des plans extraordinaires.

-- Gaïus n'a pas enregistré de message. C'est un bel orateur... ... merde ... Enfin je veux dire un grand orateur... Mais il m'a confié le message secrètement, je dois vous le restituer. Et il a dit que je le ferais "à ma sauce".

Je regarde Mara et pose ma main sur la sienne, une façon de dire : ne me craignez pas, je suis de votre côté.... Car je dois bien expliqué mes larmes.

-- J'aime Gaïus, Mara. Je suis désolé, je ne contrôle pas mes sentiments. Et si je les contrôlais je n'étoufferai pas mon amour.

Les plans s'animent, et le tout est en 3D. La ville est majestueuse, je ne l'ai jaais vue, je suis ébloui, c'est un travail de titan qu'il a abattu, je suis subjugué par les couleurs de la ville. Des détails me troublent, les plans sont d'une originalité sans précédent. La ville se mêle à la nature, La roche est taillée avec art, les arbres enjambés par les immeubles, des niveaux dans les tours abritent des forêts entières... Je suis subjuguée et oublie un temps le message de Gaïus.


Bâtissons l'avenir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ome.jeuforum.Fr


······ and that's who i am ······
Fille du Prophète
Pacificatrice Asarienne

Nombre de messages : 606
Localisation : Asaria
Age du personnage : 89 ans
Côté coeur : Lui.
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Télépathie,télékinésie, commandemant au feu
Appartenance: Asarienne Pacificatrice
Activité: Médecin urgentiste et Généticienne, co-fondatrice du dispensaire


MessageSujet: Re: (Terminé) Naissance d'un nouveau futur [Pv Pacificateurs] Lun 6 Déc - 14:20:17


    Être télépathe signifie être ouvert au monde qui nous entoure, d’en ressentir la moindre fluctuation. Même en dormant ma psyché est reliée à chaque être vivant. Présenter ainsi, cela signifierait devenir totalement folle c’est bien pour cela que la toute première maitrise de ce pouvoir constitue à se protéger et d’ériger des barrières psychiques pour éviter toutes ces voix et ces flots d’émotions beaucoup trop nombreux même pour une Asarienne. Quelque chose perturbe mon sommeil, quelque chose de terrible. C’est l’alarme de mon ordinateur portable qui se trouve dans mon salon qui me réveille en sursaut. Mes sens hyper développés ont entendu ce léger signal. Je sors de mon lit, me précipitant pieds nus devant mon écran. Assise sur le drivant, je pianote fébrilement les touches de mon clavier. Le message est codé et d’une extrême importance. Je ne reçois jamais de mail de la sorte. L’horloge affiche 3h42 et déjà, je sais ce que je vais trouver dans ce message. J’ouvre le logiciel qui me permet de le décoder et d’enfin le lire. Mon cœur semble s’arrêter de battre : Mara a été blessée et je dois me rendre rapidement au QG. Je ne sais rien de plus. Comment va le bébé ? Où se trouve Gaïus ? Je ne dois pas perdre de temps, il est précieux.

    J’enfile une tenue très simple : un jean, un pull, des chaussures me permettant de parcourir elles chemins des terres sauvages. Passer les barrages à cette heure-ci ne ferait qu’éveiller les soupçons des agents de la Milice. Je vais devoir emprunter les galeries souterraines. J’ai le plan avec moi, je les connaissais assez pour me diriger mais le voyage va durer au moins trois bonnes heures, juste le temps qu’il me faut avant que le soleil ne se lève. Je récupère mon médaillon et tout ce dont j’aurai besoin et je sors de mon appartement, prenant ascenseur qui m’amène au parking privé de la tour résidentielle où je demeure. J’ai deux voitures à ma disposition : une pour la femme médecin que je suis, une sportive de couleur noire et une seconde plus classique, plus passe-partout que je prends pour me déplacer dans les bidonvilles. C’est elle dont je vais avoir besoin. Le moteur gronde et je file à toute allure, les pneus grinçant sur la chaussée. Je dois surtout être discrète alors je diminue ma vitesse. Je longe différentes ruelles, différents boulevards. Il n’y a personne à cette heure-ci dans la cité. Après plusieurs minutes et détours, j’arrive devant un vieux tunnel qui se déploie en quatre directions. Ce sont les anciennes voies du métro. Maintes fois ces galeries ont été condamnées mais elles ont toujours finis par être libérées de leur carcan de grillages : nous, eux, quelque soit le groupe auquel nous appartenons, nous en avons besoin. Les phares éteints, j’entre dans le tunnel de droite et j’enclenche les vitesses les unes après les autres. Je n’ai pas besoin de lumière pour voir dans la nuit, ma nature asarienne me suffit.

    Le voyage pour traverser la citée de verre me prend exactement 36 minutes, et enfin j’arrive face à une grille. Ma télékinésie m’aide à la déplacer pour que je puisse passer et la remettre à sa place. Je suis dans les terres sauvages. Le ciel est encore sombre. Il me reste environs trois heures avant que le soleil ne se lève, assez pour arriver au QG. Les sentiers n’ont plus aucun secret pour moi, je les ai si souvent pris depuis ces trois dernières années. Là, aussi, je roule sans phares, autant continuer à rester discrète. Le voyage est long et mes pensées me submergent. J’essaye de ne pas penser au pire, de relativiser. Mara a déjà perdu son premier bébé, elle a perdu mon demi-frère alors perdre de nouveaux son enfant et l’homme qu’elle aime, signerait sa perte. Que c’est-il donc passé pour qu’elle soit blessée ? Je suis tentée d’appeler et d’avertir d’autres Pacificateurs mais ils ont du recevoir, eux-aussi un mail d’urgence, peut-être certains sont-ils déjà là-bas. Je ne savais pas que le temps pouvait être aussi long quand la vie d’une amie est en danger.

    Les heures s’écoulent et le ciel s’éclaircit, signe que l’aube ne va pas tarder à se lever, avec elle, els premiers rayons du soleil. Il faut que j’accélère ma course. Je cache ma voiture derrière des buissons. J’ai encore une demi-heure de marche à faire à pieds mais je ne peux continuer avec mon véhicule. Ici, c’est l’orée de la forêt, il y a des habitations un peu partout et ma voiture peut appartenir à un humain. Rien à craindre de ce coté là. Je m’enfonce dans la nature sauvage pour poursuivre ma route. Un bref coup d’œil dans le ciel. Il est plus de sept heures et le soleil commence son apogée. Derniers mètres, je me dissimule derrière un mur de buissons grimpant qui abritent l’entrée de notre QG. Mon médaillon placé sur le cœur de Phœnix et le sas s’ouvre lentement, descendant les marches à toute allure. Je croise certains visages aux sourires crispés, aux regards anxieux. Mara ne peut qu’être à l’infirmerie. Je passe les différents niveaux de sécurité pour aboutir au long couloir qui m’amènera vers mon amie. C’est sa silhouette qui se dessine au loin, adossée au mur alors que d’autres personnes lui viennent en aide…


    - Mara …

    Elle est fatiguée, épuisée, soucieuse. Toutes ses émotions, je les ressens. Elles sont dirigées vers sa fille et Gaïus.
    Elle n’est pas seule. Je reconnais Nate et je conçois à les laisser tous les deux. Tout le monde va vouloir s’enquérir auprès d’elle et la fatigue de tout ce poids va s’accroitre au fil des minutes. Je ne les perds pas de vue, gardant tout de même une certaine distance pour leur conversation privée. C’est à ce même moment qu’une femme apparait, elle a quelque chose d’important à dire à Mara. Je ne la reconnais pas tout de suite, et soudain, son visage m’est familier. C’est l’assistance de Gaïus qui l’a suivi pour se lier à notre Cause. Les émotions de Mara me parviennent en flot, immense, incontrôlable. Et je me rapproche d’eux, sans un mot, posant ma main sur l’épaule de mon amie. Je n’ai perçu que quelques brides de ces paroles. Cette femme aime Gaïus mais elle avoue qu’il a menti à la femme qu’il aime…Des mensonges ? Comment cela peut-être possible. Sait-il la douleur de Mara en cet instant ? Les plans en 3D s’animent devant nous, et nous sommes suspendus à ses lèvres. Gaïus nous aurait-il tous trompé ? Aurions-nous eu une taupe parmi nous ?
    J'espère que non...








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


······ and that's who i am ······
« Invité »
Invité




MessageSujet: Re: (Terminé) Naissance d'un nouveau futur [Pv Pacificateurs] Lun 6 Déc - 22:29:06

    Tout ce que m’a apprit Amaria ces dernières années concernant la médecine est ma seule véritable contribution aux Pacificateurs et à cet idéal que je défends. Je n’ai pas de pouvoirs pour jouer les espionne, je n’ai pas non plus d’argent à investir pour donner les moyens à notre mouvement de progresser. Je fais juste mon possible pour les soulager et ce n’est sans doute pas pour rien qu’Amaria a jugé bon de partager ses connaissances avec moi, celles qui sont bien sûr à ma portée puisque je ne comprends pas toutes les subtilités de sa spécialité. Tout cela est dans mon caractère. Tout comme en ces temps plein de promesses, j’avais presque élu domicile dans notre QG. Je voulais être là, disponible à n’importe quelle heure du jour et de la nuit car c’était tout simplement la seule chose que je devais faire.

    Ces derniers jours ont été mouvementés, surtout à cause de nombreux aller-retour et de redoublement de précaution pour nous tous. Les récents évènements, et l’heureux à venir ont mis tout le monde un peu à cran et moi la première. Alors autant dire que cette nuit a été terrible pour moi, lorsqu’on a rapatriée Mara blessée. Je n’ai pas perdu une seconde avant de demander à ce qu’on prévienne Amaria en priorité, puis les autres absents. Je savais qu’elle voudrait être là et que son aide ne relèverait pas du luxe. Pendant ce temps, le reste de l’équipe médicale avait déjà procédé aux analyses et les résultats étaient plutôt favorables. Au moins Mara allait bien et son bébé aussi mais elle avait tout de même besoin d’assistance. Dans son inconscience j’avais fébrilement effleuré son front de ma main en songeant au poids qui reposait sur ses épaules. Mara représentait un tel espoir pour nous… si bien qu’une course à l’information avait débuté pour mettre en lumière ce qu’il s’était passé dans les terres sauvages. J’avais alors quitté l’infirmerie avec l’idée bien précise de débuter une cure de caféine. Je ne pouvais rien faire de plus pour le moment et ma future fatigue devait impérativement être reléguée au rang de vague éventualité, car en voyant le teint pale et les traits creusés de ceux qui n’avaient pas dormi de la nuit, je me disais qu’au cas où, je ne devais pas finir par leur ressembler. Alors tantôt seule, tantôt accompagnée, j’avais laissé le temps s’écouler lentement à l’abri du QG.

    Ce fut tôt au petit matin que la rumeur des premières informations commença à se répandre et qu’une certaine agitation gagna ceux qui avaient déjà pu répondre présent. J’avais fini par retourner à l’infirmerie un peu plus tôt, rendue à l’évidence que j’étais bien trop inquiète pour Mara pour en rester éloignée une minute de plus. Appuyée contre le mur près de la porte, j’échangeais des regards silencieux avec ceux que je considérais comme mes collègues et mes amis. Nous étions tous dans l’attente et j’avais du mal à ne pas faire les cent pas. Aussi quand l’homme rapporta les faits vérifiés, je m’étais vivement redressée pour l’écouter… et j’ai vite été ébranlée d’entendre ce qu’il avait à dire. Gaïus… Le moment était de plus très mal choisi d’après les indications du moniteur relié à la jeune femme enceinte. Furtivement je jetais un œil aux photographies qui passaient d’une main à une autre et je décidais d’accompagner le messager lorsqu’il tourna les talons. L’inactivité commençait à me rendre malade, moi qui n’ai pas l’habitude de me montrer si flegmatique, et Julian était dans l’équipe qui faisait le relais des informations. Autant me rendre à la source pour espérer être mieux informée. Je voulais rester positive mais le terme de la grossesse de Mara s’approchait à grands pas, et on éloignait d’elle celui dont elle aurait le plus besoin et avec qui elle aurait dû partager ce moment. C’était cruel. Mais moi-même je n’aurais pas dû m’absenter.

    Je m’étais fait envoyée paître avec toute l’élégance dont mon ami d’enfance pouvait faire preuve à mon égard et j’avais su au ton de sa voix que ce n’était pas le moment que j’insiste. Comme nous tous, il était tendu et concentré sur ce qu’il pouvait donner de meilleur dans une telle situation. Alors j’avais rebroussé chemin sans demander mon reste, marmonnant mon insatisfaction pour ne la garder que pour moi-même et j’avais repris la direction de l’Infirmerie près de laquelle se trouvaient la plupart des Pacificateurs rongeant plus ou moins visiblement leur frein. Le sas était resté ouvert et dans son encadrement demeurait le médecin qui d’un coup d’œil anxieux sur le côté m’indiqua que notre jolie Mara faisait encore des siennes. Instinctivement je savais ce qu’elle avait en tête, je savais aussi à quel point ce n’était pas raisonnable et combien je ne pouvais le lui reprocher. Tout le monde arrivait néanmoins à laisser de l’espace à notre leader, elle n’avait pas besoin d’être étouffée et surtout chacun savait comme elle pouvait être têtue. Ça me faisait sourire au fond… si Mara n’avait pas été une telle battante je me demande ce que notre volonté commune serait devenue.

    Je me fis une place discrète à distance pour regarder la scène, appuyant mon épaule contre un mur. Nate possédait un certain… instinct. Il était là depuis deux ou trois jours, il m’avait tenu compagnie dans les doutes que j’essayais de cacher et j’étais impressionnée de la fidélité dont il faisait preuve à l’égard de Mara et de la cause pacificatrice. Il était si jeune et possédait un passé déjà douloureux, pourtant jamais avant lui je n’avais vu un tel courage pour s’opposer au régime des siens. A sa manière Nate McAlyster aussi prouvait que tout était encore possible et j’avais énormément de tendresse pour ce garçon qui prenait à l’instant soin de la future jeune maman. Mais ma malice s’effaça lorsque je vis cette femme s’approcher. Ses larmes m’interpellèrent et sans même m’en rendre compte, je venais de me redresser. J’eus du mal à la remettre, et pour cause elle n’était pas parmi nous depuis si longtemps. Anne, d’après mes souvenirs… j’entendis à peine ses quelques mots mais sans doute en entendis-je déjà trop. J’étais douce de nature, et prévenante encore plus aux côtés de Mara, alors ce fut sûrement toute l’amitié que je portais à celle qui était un exemple pour moi depuis de nombreuses années qui me donna envie d’aller donner une gifle à l’assistante de Gaïus. Bien sûr je ne fis rien. J’était fabuleusement placée pour savoir que Mara n’était pas en sucre mais je n’avais pas envie de prendre le risque de la voir s’effondrer sous mes yeux, et pour cela il y avait des choses qui ne se disaient pas. Anne avait dû aller à bonne école.

    Je ne m’apercevais pas que malgré ma volonté à rester en retrait j’étais entrain d’avancer, jusqu’à ce que je reconnaisse Amaria. J’ai souris, j’ai vraiment pensé que c’était bien qu’elle soit enfin arrivée mais je n’ai rien pu dire, ni rien faire de plus… Les plans en trois dimension s’offraient à notre regard, majestueux, colorés et merveilleux. Je n’avais rien vu… je n’avais rien imaginé de la sorte auparavant. Quand Gaïus avait-il réussit à penser cette ville ainsi ? Devant tant de beauté, mes lèvres entrouvertes ne laissaient rien échapper, pas même ma respiration que je semblais avoir oubliée. Puis au bout d’un moment, un long moment je crois, je me suis repris car même toute cette finesse n’éludaient pas les questions qui, j’en étais certaine, avaient traversés nos esprits confus, au moins à plusieurs d’entre nous.

    — “Vous avez parlé de… message à transmettre ?”

    Je ne voulais pas réutiliser ses termes accrocheurs mais je posais les yeux sur Anne sans inquisition aucune. La vision des plans m’avait fait oublier mes reproches comme elle en avait oublié une partie du but de sa manœuvre.

Revenir en haut Aller en bas

Leader des Pacificateurs ; Humaine

······ and that's who i am ······
« Mara Jade »
Leader des Pacificateurs ; Humaine

Nombre de messages : 12149
Localisation : Asaria et ses plaines.
Age du personnage : 30 ans
Côté coeur : A tout jamais Lui
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Maniement des armes blanches et à feu,combattante redoutable
Appartenance: Humaine Pacificatrice
Activité: Indépendante et Libre


MessageSujet: Re: (Terminé) Naissance d'un nouveau futur [Pv Pacificateurs] Lun 6 Déc - 22:50:40


    Une voix familière me sortit de ma torpeur et en ouvrant les yeux, ce fut le visage de Nate qui se dévoila à moi. C’était exact, je ne devrai pas être là, je devrai être avec Gaïus mais ma grossesse était à un stade beaucoup trop avancée et il s’était sacrifié pour nous mettre à l’abri, pour notre sécurité à toutes les deux. Comment pouvais-je rester calme et passive le sachant entre les mains d’Alianka ? Je ne me faisais aucun leurre sur ce qui se passait là-bas, je souhaitais juste qu’il sorte vivant de ce piège. Je soupirais nerveusement, souriant aux mots de Nate malgré tout car sa présence était amicale et si réconfortante près de moi. Il était l’un des plus jeunes Asariens Pacificateurs et il avait surtout cette affection et cette indéniable foi en notre Cause. . Sa main douce se posa sur mon ventre, apaisant les tensions de sa délicate caresse. Mon regard trouva le sien pour le remercier de toutes ses attentions. Pourtant, ma fille ne cessait de me parler et surtout de m’avertir qu’il était temps pour elle de montrer le bout de son nez. Rien ne se passait jamais comme prévu. Pourquoi fallait-il que les évènements s’acharnent sur moi ? Etais-je damnée ? Je pris appui sur lui, pour continuer à avancer, je ne voulais pas retourner à l’infirmerie, pas pour l’instant…Je voulais juste que ce cauchemar cesse, retrouver le père de mon enfant.

    - Je veux bien mais, je sais qu’ils ne sont pas loin. Je ne me suis jamais sentie aussi impuissante qu’aujourd’hui, à rester et attendre le bon vouloir du destin. J’ai peur…

    Je n’ai jamais montré mes peurs ou mes angoisses, par pudeur peut-être mais aussi parce que tout un groupe avait confiance en moi et que je ne pouvais me permettre de les décevoir. Mais, là, je n’arrivais plus à pallier mes craintes. Mon bébé risquait de ne pas connaitre son père et çà, je ne pouvais pas me faire à l’idée de ne plus le revoir, de ne plus le toucher, de ne plus l’embrasser. Mon autre main de libre, caressait mon ventre pour tenter de calmer ma fille. Les contractions étaient bien présentes mais assez espacées pour le moment. J’avais encore quelques heures devant moi, à souhaiter, à prier de revoir Gaïus vivant. Etrange paradoxe, entre ce calme et cette sérénité que devait venir de Nate et le caractère bouillonnant de ma fille qui n’arrêtait pas de gigoter. J’étais au bout de l’épuisement mais je ne baisserai pas les bras pour autant.

    - Nate, je dois tout faire pour que ma fille naisse sans problèmes. Je ne peux la mettre en danger. Mais, j’aurai préféré une autre situation que celle-ci. Alors, pour mon bébé, je dois tenir jusqu’au bout et pour Gaïus. Je sais que rien ne filtrera de la tour gouvernementale, je sais aussi que l’attente sera interminable. Si je perds espoir maintenant, tout sera terminé…Et je ne peux pas…Je ne veux pas.

    Le jeune Asarien m’aida à m’adosser contre le mur du couloir. Les contractions étaient de plus en plus douloureuses et plus rapprochées. J’effectuais les mouvements respiratoires adéquats pour détendre mon corps, pour soulager l’utérus. La douleur engendre la crispation du corps et c’était ce qu’il ne fallait pas faire pour éviter que les contractions n’empirent. J’essayais de me remémorer tout ce qu’on m’avait appris durant ma grossesse. Une femme se présenta à nous. Je connaissais son visage, c’était Anne, la secrétaire de Gaïus qui nous avait aidé à fuir pendant cette réception à la Wright Corp. Je ne savais pas qu’elle se trouvait au QG. Sa révélation fut comme un coup de poignard qui acheva un peu plus mon supplice dans lequel j’étais plongée depuis toutes ces heures. De quoi parlait-elle, quels mensonges ?

    J’avais beaucoup de mal à me concentrer sur le reste de son discours. Je n’étais pas Asarienne pour avoir un don quelconque, mais je n’étais pas aveugle pour autant. Ce qu’elle me révéla , je l’avais déjà deviné, si souvent, à son regard, tendre et protecteur qu’elle posait sur Gaïus à chaque fois qu’elle le croisait. Jalouse ? Non, nous aimions le même homme, je savais alors ce qu’elle pouvait ressentir. On ne pouvait effacer des sentiments lorsqu’ils étaient forts et sincères . Je n’ai jamais su pourquoi ils s’étaient séparés, qui avait fait ce premier pas…Mais d’après ce qu’elle me raconta, Gaïus avait mis fin à leur histoire et elle souffrait de cette situation…part ma faute ? Certainement. Je ne rentrerai pas dans leur vie privée, cela ne me regardait pas. Je savais juste une chose, que rien n’était jamais acquis, encore moins l’amour d’une personne. Ses paroles me reconnectèrent à la réalité du moment et me laissa perplexe. Quel message ? Que voulait-elle nous dire ? Les contractions étaient de plus en plus violentes. Une main douce se posa sur mon épaule, Amaria venait d’arriver au moment où un plan en 3D se déploya sous nous yeux. Les plans de la cité d’Utopia…Qu’est ce que je ne savais pas et que Gaïus avait voulu me délivrer comme message…et pourquoi par elle ? N’avait-t-il donc jamais eu confiance en moi ? La sueur perla sur mon front, la position debout devenait presque impossible.

    La voix de Lia me rendit le sourire. Elle était mon amie d’enfance, nous avions grandi ensemble et elle avait été l’une des premières pacificatrices. Nous avions tant partagé, déjà toutes gamines, nos peines, nos bonheur, nos idéaux que je ne pouvais même pas imaginer d’accoucher sans sa présence. Elle était comme ma petite sœur. Nous étions tous devant Anne attendant précisément ce fameux message…




~~ Maman d'une petite Héméra ~~




Mes nuits me ramènent à toi. Mes souvenirs sont un trésor qui n'ont que ton reflet

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asaria.forumpro.fr


······ and that's who i am ······
Pacificatrice Asarienne

Nombre de messages : 2374
Age du personnage : 27 ans
Côté coeur : Un Ange
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Télépathie // Dazzler // Illusion
Appartenance: Pacificateur
Activité: PDG d'une société de haute couture et de mannequinnat


MessageSujet: Re: (Terminé) Naissance d'un nouveau futur [Pv Pacificateurs] Ven 10 Déc - 14:10:21

    Il est très rare que je vienne au QG. Habituellement j’envoie par mails codés, les dossiers et autres informations que je veux faire passer à Mara et aux Pacificateurs. Mais ce soir là, en quittant mon bureau, j’avais surtout besoin de me changer les idées et surtout de mettre un peu d’ordre dans ma vie après cette rencontre qui avait fait l’effet d’une tempête dans mon quotidien, celle d’avec Nolaan Prescott. Après une nuit inoubliable, le rêve s’acheva très vite et je dus me ressaisir et palier à l’erreur que j’avais faite de laisser un autre entrer dans ma vie. Je ne le pouvais pas. Ma vie était compliquée. En tant que Pacificatrice, je menais une double-vie, j’étais une sorte d’espionne lors des grandes réceptions et je prenais des risques. Je ne pouvais me permettre d’impliquer un homme dans ma vie. C’était anis. J’avais fait des choix et ces choix comportaient des sacrifices, parfois douloureux.

    Je sortis des dômes en début de soirée. Pas de détours parmi les galeries souterraines, pour moi, je serai bien incapable de me diriger dans les anciens tunnels de la cité. Les terres sauvages ne nous étaient pas interdites et comme j’y allais très rarement, la Milice ne pouvait avoir aucun soupçon sur mes déplacements à moins d’avoir une taupe dans le groupe. Le chemin je le connais par cœur, ce que je regrette, c’est qu’il n’y ait pas d’endroits pour dissimuler les voitures et autres véhicules, une fois que l’on a traversé toute la forêt. La chance est de savoir qu’aux alentours, plus loin, sont dissimulées les maisons des humains. Mais bon, ne prenons pas de risques inutiles. Après presque trois heures de route, je cachais ma voiture comme je le faisais à chaque fois. J’avais trouvé un endroit, un renfoncement dans la roche, assez large et profond qui pouvait abriter la voiture. Une fois à l’extérieur, j’avais encore de la marche à faire. Une demi-heure, environs avant d’arriver devant un énorme rideau de lierre grimpant qui dissimulait l’entrée du QG. Je me laissais glisser dessous, activant grace à mon médaillon le mécanisme qui allait permettre d’ouvrir le sas et me laisser entrer.

    Il devait être 22 heures, et lorsque je mis les pieds à l’intérieur des premiers couloirs du QG, se fut l’effervescence et l’inquiétude que je pus constater et ressentir. Impossible d’avoir un quelconque renseignement, tout le monde courrait un peu partout, reliait des informations importantes. La seule chose que je pouvais faire pour avoir les réponses à mes angoisses était de me rendre directement au centre de communication. Sans déranger qui que ce soit, c’est là que j’appris la terrible nouvelle qui venait d’alerter tout le QG : Gaius Hasard venait de se faire enlever par un homme qui était au service du gouvernement et Mara avait été blessée. Tous les deux se trouvaient au campement d’Utopia et la route pour la ramener était encore longue et périlleuse vu son état de grossesse avancée. Une équipe avait tenté de suivre les déplacements de cet homme et l’autre partie du groupe retournait au QG avec une Mara inconsciente.

    Je n’ai jamais trouvé cette nuit aussi longue. Une heure après, le groupe encore sur les traces de l’ancien architecte donna des nouvelles : ils avaient perdu la trace de Gaïus. L’information fut rapportée aux contacts qui se trouvaient sous els dômes pour surveiller toutes les entrées en provenance de terres sauvages. Tous les pacificateurs étaient à l’affût et prêt à recevoir la leader qui n’allait pas tarder. Une autre heure défila avant de voir arriver le groupe qui transportait Mara entourée d’une bulle télékinétique, invisible à l’œil nu mais dont on pouvait décemment en déduire la présence car le corps fragile de la jeune humaine flottait dans les airs. Mara encore endormit, passa devant moi. Son visage était blême, ses traits diaphanes. Comment une situation pouvait-elle tourner si vite en cauchemars ? Elle fut amenée à l’infirmerie et moi je passais le reste de ma nuit entre le centre de communication et à demander des nouvelles d’elle et de son bébé.

    Le petit jour annonçant la nouvelle qu’une jeep avait franchi les dômes et avec à son bord la présence de Gaïus Hasard, en direction de la tour gouvernementale. Ici, au QG, notre leader fait des siennes. Elle s’était réveillée et elle était sortie de l’infirmière sous l’interdiction dé l’équipe médicale. Je ne voulais pas déranger sa conversation avec Nate mais, nous fumes toutes curieuses de voir ce que cette femme avait a annoncé lorsqu’elle se présenta à Mara. Je ne la connaissais pas mais à priori notre leader savait son identité. Je m’approchais près de Lia et d’Amaria pour écouter ce message dont elle devait dévoiler l’existence aux Pacificateurs. Mais, il y avait bien plus que cela. Mara n’allait pas bien, elle s’affaiblissait et toute cette tension allait engendrer le travail et les premières contractions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


······ and that's who i am ······
« Invité »
Invité




MessageSujet: Re: (Terminé) Naissance d'un nouveau futur [Pv Pacificateurs] Lun 13 Déc - 15:39:46

    Le réveil fut brutal. Je me couchais rarement tôt et mes nuits n'étaient jamais complètes. Surtout quand Kyra n'était pas là. Mais cette nuit, je m'étais couché vers 1h du matin, pour être réveillé deux heures plus tard par une petite alarme venant de mon ordinateur. En bon hacker que j'étais, je n'éteignais jamais mes PC, aussi l'alarme me tira-t-elle brutalement d'un rêve dont je n'avais nul souvenir. Il me fallut quelques secondes pour mettre un nom sur ce bruit. Mais quand je l'eus identifié, je sautai à bas de mon lit pour me précipiter sur l'ordinateur, ouvrant le mail, le cœur battant. Et ce que je lus me fit l'effet d'un coup de poignard...

    Non, impossible, cela ne pouvait être...

    Sans perdre de temps, j'effaçai le message afin de ne laisser aucune trace et m'habillai en 4e vitesse, d'un simple jean, d'un pull sombre et d'une veste, avant de prendre une voiture banale et sans attraits, qui dénotait plutôt dans ma collections de voitures luxueuses. Mais il aurait été idiot de se rendre au QG avec une voiture tape à l'œil. Et on pouvait me qualifier de beaucoup de choses, mais surement pas d'être stupide.

    Je n'avais pas beaucoup de temps avant le lever du soleil et mieux valait faire vite tant la situation était urgente. Je mis les gaz. La voiture avait été trafiquée pour être davantage silencieuse. Vive la technologie. La route était longue, d'autant plus longue que j'étais pressé comme jamais d'arriver à destination. Je me garai à l'entrée de la forêt, avisant d'autres véhicules. Je n'avais pas été le seul à être prévenu, c'était un fait.

    Je me dépêchai pour arriver au QG, enclenchant le mécanisme à l'aide de mon médaillon et déboulant dans les couloirs, à la recherche de Mara. Je finis par tomber sur Amaria, Lia, Brooklyn et d'autres encore. Mara était là, près de Nate Mac Alyster. Et une autre femme se tenait là, alors qu'un ville en 3 dimension était apparue. Il me semblait avoir loupé quelques épisodes et je détestais être ainsi à la traîne. Gaïus avait disparu, enlevé. Mara était revenue, saine et sauve, mais seule. Un peu blessée. Choquée sans aucun doute.

    Je jetai un coup d'œil à la ville tout en me dirigeant vers Mara.. C'était époustouflant. Je ne savais pas ce que c'était exactement, ni ce qu'il s'était passé avant mon arrivée et je n'osais pas interrompre l'instant présent. Surtout que Lia prit la parole, parlant d'un message. La femme que je connaissais à peine, Anne, était donc une messagère? J'approchai de Mara, posant une main sur son bras. Juste pour lui signifier que j'étais là. Les autres l'étaient aussi, et certains étaient plus proches de Mara que moi encore, comme Lia qui était son amie. Mais ma relation avec la leader était plus compliquée que cela. J'étais désolé. Vraiment désolé. Mais je n'abandonnerais pas Gaïus et je ferais tout pour le retrouver. Si Mara ne pouvait pas mener les opérations, je le ferais, la laissant avoir sa fille tranquillement. Elle pouvait compter sur moi. Mon regard se posa sur Anne, comme celui de tous les autres. On semblait attendre qu'elle parle, qu'elle délivre son message et elle était le centre d'attention de tout le monde. Et je sentais Mara se crisper, luttant contre la douleur. Anne allait-elle se dépêcher avant que Mara n'accouche par terre? Personne ne se rendait compte qu'elle souffrait physiquement, autant que mentalement désormais? Nate était près d'elle, moi de l'autre côté, et instinctivement, je passai une main derrière son dos, la soutenant davantage alors que je voyais la sueur perler sur son visage.
Revenir en haut Aller en bas


······ and that's who i am ······
Pacificateur Asarien

Nombre de messages : 548
Localisation : L'esprit vagabonde loin.
Age du personnage : 39 ans
Côté coeur : Célibataire épris à la folie de Mara Jade.
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Armadan, Invisibilité, Perturbation incontrôlée de l'électricité
Appartenance: Asarian Pacificateur
Activité: Architecte


MessageSujet: Re: (Terminé) Naissance d'un nouveau futur [Pv Pacificateurs] Mar 14 Déc - 9:07:24

Les gens commençaient à se réunir, j'aurais dû m'en douter. Gaïus m'avait dit qu'il n'y aurait pas de moments pour l'annoncer. Sa clairvoyance m'énervait et, force de constater qu'il avait raison. Bien sûr je ne lui avouai jamais cela. Ça lui ferait trop plaisir. Il était difficile d'expliquer ce léger sourire qui se dessinait sur mes lèvres cette pensée joyeuse d'un homme si loin de nous. Je regardais encore la ville, les constructions prendraient des années, peut-être une décennie ou deux...

    -- Il m'a confié un secret. Je ... Je flippe à l'idée de vous le dire ... Gaïus vous a menti. Dans ces visions du futur, il n'est pas là. Alianka lui a appris à projeter qu'on pouvait projeter des images et fausser la réalité. Ce qu'il vous a montré est vrai, mais il ne vous a pas vus dans le futur. Ni lui, ni vous, ni votre fille. Ces plans sont ceux d'Utopia. Le principe de protection est complexe, un jeu de miroir, un jeu de faisceau electromagnétique rendrait une île indétectable. Et cette île, c'est celle dont il t'a parlé Mara. Elle se trouve au milieu d'un lac. Avec ces plans, la lumière du soleil serait adoucit et en journée, les asariens pourraient se promener à l'air libre. C'est un simple jeu d'ombres et de lumières selon lui... Bref, vous étudierez cela en temps et en heure. Mais son message est le suivant :


Courage Anne , Courage Anne... J'inspire très profondément. Pas la peine de me moquer d'elle.

    -- Ce tatouage va sûrement vous tuer Mara. Il espère que vous accoucherez avant. Il s'est rendu pour gagner du temps et trouver une clef. Ce n'est pas la clef qui vous sauvera, c'est une autre clef. D'après lui, vous ne lui pardonneriez pas le sacrifice qu'il devrait faire pour ramener la clef... Votre fille sera la première d'une nouvelle lignée. Peu à peu le sang asarien va se diluer dans le sang humain. Et les asariens, comme les anges de nos ancêtres, vont devenir humains. Cela se fera de générations en générations. C'est horrible à dire mais ...


Putain c'est pas le moment de pleurer Anne. D'un geste rageur j'essuie mes larmes du revers de la main sans me soucier de mon maquillage. La colère me donne le courage de poursuivre.

    -- ... mais il pense qu'Alianka arrivera a tuer votre fille, a en faire un rat de laboratoire. Mais il dit qu'elle ne peut pas tuer son existence et qu'il faut que les humains sachent la vérité. Il a tout envoyé à Hélèna Carter sur votre enfant, sur la possibilité de procréer entre humains et asariens. Il savait l'heure à laquelle Ryan l'arrêterait. À cet instant précis, Hélèna a tout reçu. Les échos, les bilans sanguins, les examens adn, tout, tout, tout, les consignes de fuir de chez elle et de se réfugier dans un lieu d'où elle pourrait accéder au journal sans se faire prendre par la milice. De son côté, il retient Alianka jusqu'à la parution du journal. Il m'a dit : le seul défaut d'Alianka, c'est sa surpuissance. Il sait impossible de la distraire, mais il veut essayer, le temps de la parution de l'article. Il ne croit pas à ce qu'il fait Mara... Je le connais, je l'ai aimé, il a un autre secret... Mais s'il ne revient pas, il ne le confiera jamais à personne...


Les larmes me bouleversent, car je gardais cela secret depuis trop longtemps. Je l'ignore mais c'est pour cela qu'il a dit vouloir une interview auprès d'Helena. Suite à la déclaration de Gaïus, Alianka ne peut la faire tuer sans que cela ne paraisse suspect. Et il connait le caractère de cette femme, elle arrivera à faire paraître son article si on occupe Alianka.

    -- Il dit qu'il veut revenir, mais il n'y croit pas. Il tient aussi à comprendre une image. Son lit flottait sur le pétrole, il y mettait le feu. Il y a quelque chose sous les draps, mais quand il les arrache, il se réveille. Il ne sait pas pourquoi, mais il sait que sous la couverture, ce n'est ni vous, ni votre fille, ni moi, ni un pacificateur. Il s'immole, je ne sais pas avec qui. Il vous demande pardon... Il n'avait pas la force de dire que dans ses visions, Utopia existait, mais que ni lui, ni vous, ni votre fille la verrait.


Pourquoi personne ne me coupe la parole ? Je pleure et je me veux rassurante dans mes dernières phrases.

    -- Je vous l'ai dit, je l'ai aimé, il m'a même aimé, mais jamais il n'a posé sur moi le regard qu'il avait sur vous. Il disait : à mon meilleur ami, je donnerais un rein sans hésiter. À la femme que j'aime, je donnerais ma vie. Mais à toi, Mara* merde je la tutoie * Mais à vous, Mara, il donnerait son âme


Bâtissons l'avenir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ome.jeuforum.Fr


······ and that's who i am ······
« Invité »
Invité




MessageSujet: Re: (Terminé) Naissance d'un nouveau futur [Pv Pacificateurs] Mar 14 Déc - 13:53:57

    Mon regard passait des uns aux autres en silence. Je ne savais pas quoi dire de plus, ni réellement quoi faire de plus. J’étais curieuse, je voulais savoir. J’imagine que nous l’étions tous devant ce que nous avait annoncé Anne. Les plans aussi magnifiques soient-ils n’avaient pas suffit à me détourner plus longtemps de cette inquiétude qui demeurait toujours plus présente, comme une boule à mon ventre. Faire durer le suspense dans un moment pareil était un coup à me rendre folle.

    Mais calmement je me mis à sourire à Mara avec toute la tendresse que j’avais toujours eu pour elle. Je ravalais un peu mon admiration pour celle qui incarnait une grande partie de ma famille depuis longtemps, je voulais être plus rassurante que rassurée pour une fois, que les rôles s’inversent maintenant qu’elle pouvait en avoir besoin. Elle savait qu’elle pouvait compter sur moi, aujourd’hui comme tous les jours à venir. L’apparition de Brooklynn à côté de moi me redonna des forces, elle avait été présente cette nuit, elle avait tout observé comme moi. Le fait de voir la solidarité de notre groupe autour de notre leader me rendait heureuse même si le moment était peut-être mal choisi pour avoir ses pensées. J’étais de ceux qui aimaient voir le verre à moitié plein, je n’y pouvais rien, si ça n’avait pas été le cas je n’en serais sûrement pas là. Instinctivement ensuite, je m’écartais pour laisser passer Michael, pour que même en silence il puisse soutenir Mara à son tour. Nous avions tous besoin de lui faire comprendre notre présence, notre affection et notre dévouement. Ce n’était pas qu’une question d’idéal, c’était pour elle aussi, pour son ventre rond, pour Gaïus. Je n’étais pas possessive avec celle qui m’avait aidé à grandir et à m’accomplir. J’aurais pu l’être si je n’avais pas prit certains tournants ou si j’en avais emprunté d’autres mais dans cette vie j’étais à même de comprendre et je savais laisser ma place. Pour moi aussi, tous les pacificateurs comptaient. J’avais vu la plupart d’entre eux nous rejoindre au fil du temps, moi qui avais été l’une des premières. Ma bienveillance ne comportait aucune faille et j’approuvais distraitement d’un signe de tête.

    Le seul problème était que j’avais une furieuse envie de presser Anne pour qu’elle parle, qu’elle s’explique. Je voulais bien qu’elle puisse s’extasier devant le travail monumental et impressionnant de l’homme qu’elle aimait mais notre jeune maman était mal en point et les choses ne tarderaient pas à s’accélérer. J’échangeais un regard furtivement préoccupé avec Amaria. J’étais entrain de stresser un petit peu et je m’efforçais de ne rien laisser paraître, ce qui n’était pas une mince affaire étant donné que j’étais le genre de fille montée sur pile électrique inépuisable. Enfin, la secrétaire de Gaïus reprit la parole. Elle ne devait pas être très à l’aise au milieu de nous mais je n’avais pas la motivation de la ménager. J’étais pendue à ses lèvres.

    Un flot d’informations… étonnantes, impressionnantes, déstabilisantes, révoltantes… on pouvait y faire son marché il y en avait pour tous les goûts. J’ouvris la bouche mais au dernier moment je pus m’abstenir de l’interrompre. Pour être honnête je ne comprenais pas tout. J’avais cette impression de débarquer en plein milieu du film sans même en avoir regardé la bande-annonce au préalable. Et ça me mettait mal à l’aise. Malgré tout, je fis mon tri sélectif dans ce qui venait de me toucher. C’était simple, je refusais de croire à ce qui venait de me choquer.

    — “Non.”

    Je pouvais toujours essayer de secouer Anne qui me donnait la sensation très dérangeante d’enfoncer Mara dans son calvaire. Je la trouvais égoïste et j’aurais souhaité que rien arrive par elle, profondément. Je me demandais ce qu’elle cherchait de Mara, ce qu’elle attendait de nous avec ses histoires d’amour dépassé mais de confiance ultime. Ne voyait-elle pas que Mara était compréhensive mais blessée ? Elle était sur le point d’accoucher, elle n’avait pas besoin qu’on l’accable.

    — “Vous êtes… ”

    Très maladroite, ou complètement stupide. Mais je me tut. Si ce n’était pas le moment pour elle, ce n’était pas le moment pour moi. Et ce n’était pas le cœur du problème. Je redressais la tête en soufflant, je devais continuer à prendre sur moi. Mara ne mourrait pas, je me refusais totalement à cette issus et je ferais tout, tout pour faire mentir ces effroyables mensonges.

    — “Ça n’arrivera pas, Mara.”

    N’est-ce pas ? Dis-moi que tu vas te battre. Nous allons tous trouver un moyen. Nous le voulions tous je le savais, il suffisait de regarder tous ces visages. Et Gaïus reviendrait nous cracher le reste qui nous ignorions encore d’après Anne. Ce n’était pas à moi de décider mais personne ne voudrait rester les bras croisés à attendre de voir les choses se passer d’une façon ou d’une autre. Je secouais la tête, j’avais trop de choses à dire mais peu voulaient sortir, même dans mon esprit ce n’était pas tout à fait clair. Héléna Carter était une journaliste hors pair, comme n’importe qui je connaissais sa réputation et elle saurait forcément saisir le chance que Gaïus lui offrait. Il ne fallait pas que je m’éparpille dans ces histoires de clefs, de visions d’immolation. Par ailleurs en parlant de visions.

    — “L’avenir n’est pas figé, l’Armadan ne montre que des possibilités. Si Gaïus envisage, moi pas.”

    Nous devions empêcher ça. Je ne sais pas comment mais il fallait ramener Gaïus sauf, sauver Mara et protéger leur enfant. J’avais beau me montrer déterminée au possible, sans que je m’en sois rendue compte, ma main s’était posée sur l’avant-bras de Brooklynn et mes yeux cherchaient de l’aide auprès de ceux qui entouraient notre leader, que ce soit Nate ou Michael, et même Amaria lorsque j’avançais et tendis la main, cette fois pour toucher le ventre arrondi de ma si chère amie. Elle était en sueur, et je cachais ma douleur de la voir ainsi par une infinie douceur.

    — “Il va falloir retourner à l’infirmerie. Fais confiance, s’il te plait.”

    Je l’enchaînerai à son lit de force s’il le fallait car bien que sa grossesse ne soit pas une maladie, ça n’en était pas moins une priorité. Nous ne pouvions pas nous permettre d’envisager d’autres complications. Elle avait déjà été blessée hier soir et j’imaginais sans peine les souffrances qu’elle endurait en ce moment même. Il fallait qu’elle… délègue. Elle ne pouvait pas jouer au samouraï, d’autres par contre… Peu importait ce qu’elle voudrait qu’ils fassent, tout ceux qui étaient présents ici n’hésiteraient pas… si ? Je jetais un regard à Anne. Est-ce qu’elle avait terminé cette fois ? J'espérais que c'était le cas.
Revenir en haut Aller en bas


······ and that's who i am ······
Fille du Prophète
Pacificatrice Asarienne

Nombre de messages : 606
Localisation : Asaria
Age du personnage : 89 ans
Côté coeur : Lui.
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Télépathie,télékinésie, commandemant au feu
Appartenance: Asarienne Pacificatrice
Activité: Médecin urgentiste et Généticienne, co-fondatrice du dispensaire


MessageSujet: Re: (Terminé) Naissance d'un nouveau futur [Pv Pacificateurs] Mar 14 Déc - 16:13:10


    La présence d’une Mara fatiguée et épuisée ainsi que l’annonce d’Anne avait rassemblé les Pacificateurs autour de leur leader. Le trouble se lisait sur chacun de leur visage et bien plus sur certains. Mara gardait une dignité et un courage exemplaire face à la secrétaire et amie de Gaïus qui annonçait l’amour qu’elle lui portait depuis des années et les mensonges qu’il lui avait caché. Etait-ce vraiment le moment d’expliquer une telle chose devant une femme qui était sur le point d’accoucher et dont l’homme qu’elle aimait se trouvait entre les griffes d’Alianka ? Je ne crois pas mais la machine était lancée, les plans en 3D de la future Utopia se dessinait devant nous. Ainsi le couperet tomba. Gaïus Hasard avait menti et manipulé Mara sur ses visions du futur. Il avait fait en sorte de lui dire ce qu’elle espérait, mais ce n’était pas la réalité. Ni lui, ni sa famille ne résisterait au futur. Lia fut la première à s’exprimer sur cet avenir qu’elle refusait, qui ne verrait pas Mara ni sa fille mourir, tout comme la jeune femme avait raison sur un autre point essentiel : l’Armadan n’était pas synonyme de clairvoyance et le futur changeait à chaque seconde, à chaque minute, rien n’était figé dans le temps, çà c’était une certitude. Mon regard croisa le sien et un doux sourire se dessina sur mes lèvres vers cette Pacificatrice, douce et courageuse, l’une des premières âmes de ce groupe .Quand bien même Gaïus avait entre-perçu une facette de l’avenir, tout évoluait. J’avais la maitrise de mes émotions mais je ressentais celles de toutes les personnes qui m’entouraient et surtout je voyais dans la lueur de bronze de Mara un éclat que je n’avais jamais vu. Puis, Anne dévia sur la construction même d’Utopia et le jeu des miroirs et de la lumière auquel l’architecte avait pensé pour créer cette cité de paix.

    Un homme mentant à la femme de sa vie, manipulant ses sentiments pour étouffer les moindres réactions de la leader…Avions-nous fait fausse route en lui donnant notre confiance ? Et maintenant, devions-nous croire et aider Gaïus à poursuivre ce rêve ? Tout devenait si compliqué mais il ne fallait pas perdre de vue notre principal objectif : protéger Mara et sa fille. Il y avait ce mélange d’insensibilité et de vengeance dans les paroles de cette femme qui me faisaient froid dans le dos. Elle récitait son discours sans prendre l’assurance que la future maman était sur le point d’accoucher. Anne nous parlait du tatouage que Mara portait et qui allait la tuer, que Gaïus s’était sacrifié pour trouver la clef qui la sauverait au détriment de la jeune humaine qui n’avait pas là son mot à dire. Il avait pensé tout cela dans les moindres détails, muselant même la femme qu’il disait aimer. Toute ma compassion et mon amitié étaient tournées vers Mara qui se retenait à Michael. On assistait à l’achèvement de notre leader à cause d’une femme jalouse et d’un homme qui n’avait su que lui mentir.

    Les informations s’enchainaient avec une rapidité incroyable, que le bébé serait la proie de la Grande Conseillère mais qu’une journaliste du nom d’Hélèna Carter détenait les fichiers nécessaire à prouver que les deux peuples pouvaient procréer ensemble , chose que le gouvernement avait toujours interdit et nié. Le but de Gaïus : détourner l’attention d’Alianka pour que l’article devienne public. Mais nous n’étions qu’au petit matin, cela voulait dire que l’article n’apparaitrait que dans 24 heures. Gaïus ne pourrait jamais tenir tant de temps face à celle qui fut la maitresse de mon père. Je connaissais sa puissance, tout comme son intelligence. Je me détournais d’Anne pour me rapprochais de Mara, aidant Michael à la soutenir. Tout s’effondrait pour celle qui portait sur ses frêles épaules notre espoir mais nous serions là pour l’aider. L’ancienne maitresse de Gaïus n’avait pas fini d’immoler Mara avec ses mots et son venin, elle poursuivit, sans relâche remettant en avant qu’elle l’avait aimé mais que l’amour qu’il portait à notre leader n’avait aucune limite. Je ne portais rarement de jugement sur les personnes que je ne connaissais pas mais là je ne pouvais concevoir une telle aversion de cette femme qui avait rejoint nos rangs.


    - Ecoute Lia, tu dois retourner à l’infirmerie Mara. C’est très important pour toi et ton bébé.

    Mara allait devoir déléguer son rôle et nous étions aptes à prendre la tête du groupe pour assurer sa maternité. Je pris place entre Mara et Anne, vrillant mes yeux d’ébène dans ceux de cette femme. Si je n’étais pas une Pacificatrice dans l’âme, nul ne pouvait savoir ce que j’aurai pu faire endurer à cette Asarienne. Jamais je n’avais ressenti autant d’antipathie pour une personne mais là on touchait à celle qui avait été l’amour de mon frère Gabriel et je ne pouvais admettre une telle rancœur.

    - Merci Anne pour vos informations.

    Ma voix fut glaciale, c’était tout ce qu’elle méritait, pour l’instant. Il fallait éviter tout stress et chocs supplémentaires à Mara. Elle en avait trop supporté en quelques heures. C’était son premier accouchement et si l’homme qui disait l’aimer et la protéger n’était pas là, nous ferions en sorte d’être là pour elle, nous sa famille .J’étais la fille du Prophète, j’avais toujours évolué dans l’ombre du groupe, aujourd’hui, il était temps pour moi de prendre les rennes de ma destiné.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


······ and that's who i am ······
Pacificatrice Asarienne

Nombre de messages : 2374
Age du personnage : 27 ans
Côté coeur : Un Ange
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Télépathie // Dazzler // Illusion
Appartenance: Pacificateur
Activité: PDG d'une société de haute couture et de mannequinnat


MessageSujet: Re: (Terminé) Naissance d'un nouveau futur [Pv Pacificateurs] Mar 14 Déc - 21:27:44


    La main de Lia posée sur mon avant bras me sortit durant quelques secondes de ce cauchemar que nous étions entrain de vivre et surtout Mara. Rien ne semblait réel et pourtant, cette femme, Anne délivrait son message de mort, ajustant chaque mot pour enfoncer un peu plus notre leader dans sa souffrance et ses douleurs. Non seulement, elle nous annonçait sans réelle compassion que Gaïus avait menti à Mara au sujet de ses visions, qu’elle mourrait, elle comme sa fille sans avoir pu voir Utopia prendre vie, pire encore, qu’il avait décidé de se rendre à Alianka sans que la jeune femme soit au courant. Un sacrifice pour soit disant l’amour qu’il lui porter, comme le disait cette secrétaire qui venait de jeter un froid dans le groupe. Je crois qu’en cet instant particulier, nous pensions tous et toutes la même chose au sujet de cet architecte en qui nous avions donné notre confiance. J’avais mal pour Mara dont la douleur physique comme morale semblait l’anéantir. Elle accoucherait sans le père de son bébé et elle apprenait qu’il l’avait manipulé depuis tout ce temps. Comment pouvais-ton être aussi horrible envers une personne que l’on disait chérir et aimer bien plus que sa vie au point de donner son âme ? C’est moi qui vacillais, reculant un peu pour m’appuyer contre le mur. Si cela avait tout d’une douche froide, je n’osais même pas effleurer l’esprit de Mara avec ma télépathie.

    Lia avait eu le courage de s’opposer aux affabulations d’Anne. L’Armadan n’était pas un don sur la clairvoyance, comment pouvait-elle croire aux paroles de Gaïus ? Cela me donnait la chair de poule de voir qu’une femme, qui avait été l’assistante d’un Asarien avait pu être si aveugle, par amour et faire de son amant, un messie, prêchant la bonne parole pour lui. Je me souvenais de ma rencontre avec l’architecte durant une réception. Je n’étais pas encore une Pacificatrice et ses pensées m’avaient perturbée. Au fil des mois, nous avions crée un lien amical basé sur la confiance et c’est lui qui m’avait permis d’entrer dans le groupe. Là, non seulement nous perdions un ami pour certains, un allié pour d’autres mais Mara perdait l’homme pour lequel, elle était prête à tout sacrifier. Notre leader était le cœur du groupe, nous en étions les piliers et Gaïus venait de faire s’ébranler et s’affaisser l’une des assises fondamentale des Pacificateurs. Il nous avait trahi…C’était dur à l’admettre mais c’était la seule notion qui m’envahissait devant les mensonges et la manipulation de cet homme. Anne me dégoutait, obligeant Mara à écouter tout ce qu’elle avait à dire à propos des sentiments qu’elle avait pour Gaïus. Je ne croyais plus en tout cela. Peut-être une autre histoire pour cacher une autre vérité : à savoir qu’Anne et Gaïus avaient continué à entretenir une relation encore aujourd’hui.

    La voix froide et imperturbable d’Amaria me tira de mes réflexions tout comme l’insistance de Lia auprès de Mara de retourner s’allonger dans l’infirmerie. Elle était notre unique inquiétude et préoccupation maintenant, elle et son bébé. Je passais mon bras sur les épaules d’Anne pour la faire reculer du petit groupe et surtout l’éloigner et laisser les autres ramener Mara dans un lieu plus calme.


    - Je crois que vous avez assez commis d’erreurs aujourd’hui. Je ne sais pas ce que vous cherchiez en accablant Mara ainsi et quand bien même si Gaïus vous a demandé de tout lui révéler, n’avez-vous jamais pensé une seule fois que cela pouvait nuire à sa santé fragile ? Elle est enceinte, elle a subi des pressions, elle a été blessée et vous, vous vous pointez avec vos larmes, votre amour pour lui et les mensonges et la manipulation qu'il vous a demandé de nous dévoiler. Je vous aurai cru un peu plus intelligente et délicate que cela.

    Je jetais un bref coup d’œil à mes amis pour reposer mon regard sur elle. J’étais impuissante, je ne savais même pas ce que deviendrait notre groupe après l’écrasante victoire de Gaïus sur nos idéaux. Se livrer à la Grande Conseillère, évoluer, jouer dans le dos de Mara, piétiner ses sentiments. Pourquoi ??!! Et cette histoire de journaliste et de l’article, j’avais du mal à tout saisir et à comprendre pourquoi il fallait que le monde d’Asaria sache que les deux peuples étaient compatibles ? Il n’y avait jamais eu de descendance entre les deux races parce que la haine nous avait tous séparés. Aujourd’hui un bébé particulier, premier d’une longue lignée allait naitre avec un père qui avait trahi et menti à sa mère pendant tous ces longs mois. Je lâchais les épaules d’Anne.

    - Vous avez tout gâché, par jalousie ? Parce que vous auriez préféré avoir un enfant de lui, alors vous vous arrangez pour la détruire psychologiquement. Au moins, vous lui avez été fidèle jusqu'au bout, çà, on ne peut pas vous le repprocher...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


······ and that's who i am ······
« Invité »
Invité




MessageSujet: Re: (Terminé) Naissance d'un nouveau futur [Pv Pacificateurs] Sam 18 Déc - 21:30:27

J’étais resté au QG, cette nuit là. J’avais confié l’orphelinat aux plus grands comme il m’arrivait de le faire parfois. Peut-être avais-je senti que quelque chose irait de travers. Je n’avais pas de pouvoir comme les Asariens mais je me figeais lorsqu’on nous annonça la capture de Gaïus et que Mara avait été blessée et rejoignait le lieu sécurisé, escortée par d’autres Pacificateurs pour y être soignée. Je quittais la salle d’écoute radio aussi sec, pour accourir jusqu’à l’infirmerie le cœur lourd, l’esprit inquiet. J’empoignais le premier médecin qui se présentait à ma portée pour le questionner sur la santé de ma « soeur » et de son enfant. Ma voix était tremblante, j’avais terriblement peur de la perdre. La femme et l’enfant allaient bien d’après lui. Je le lâchais, posant mes yeux furieux sur Mara qui reprenait doucement connaissance. Je n’étais pas furieux contre elle mais contre le fait de ne pas avoir été là quand elle en avait eu besoin. Je sais qu’il est égoïste de penser que j’aurai pu faire quelque chose mais je m’en veux, je n’arrive pas à y échapper. Je ne restais pas, je m’éloignais, je ne voulais pas qu’elle me sente en colère, ni elle, ni les autres, cet Alexander là appartenait au passé.

Je déambulais dans les couloirs, attendant de me retrouver seul pour laisser échapper un bref cri de rage. Je respirais un grand coup en reprenant mes esprits, laissant de côté mes émotions pour me concentrer sur les actions à mettre en place. Il fallait récupérer Gaïus, le faire sortir de la Tour Gouvernementale s’imposait. Je n’avais pas de plan et il en fallait un rapide et efficace. Je retournais dans la salle principale ou là majorité de l’équipe se rassemblait. Ainsi Anne avait quelque chose à nous apprendre… La pièce accueillit Mara, soutenu par Nate, je me retenais de ne pas bondir vers elle, respirant au rythme des crispations de son visage, restant à distance pour écouter Anne comme d’autres avaient choisi de le faire.

Face à ce qu’elle nous apprend, je ne sais pas si j’ai envie de lui faire confiance. J’oublie la beauté de la construction. Tout ce que je sais c’est que je hais son message, et que je n’ai pas envie de me ranger à y croire. Mara ne mourra pas, elle verra Utopia accompagnée de sa fille. Je ne voulais pas perdre ma petite sœur! Une vie pouvait-elle s’échanger? Bon sang! Je voulais tellement prendre sa place si elle était destinée à disparaître. Les informations firent leur chemin dans les esprits. J’en voulais aussi à Gaïus de nous avoir caché ses plans. Ces clefs, pourquoi vouloir les retrouver seul si cela peut permettre de sauver sa femme. Il a besoin de nous! Je me sens trahi! Il savait l’importance que Mara avait à mes yeux et je n’ai rien su, il ne m’a pas fait confiance! Finalement, je m’avance:


_ Nous nous expliquerons avec Gaïus, lorsque nous l’aurons ramené. Je souhaitais me montrer confiant pour le moral de tous et en particulier celui de la future maman. En attendant Anne, vous ne bougerez pas d’ici! inutile de dire que j’étais d’accord avec les paroles de Brooklyn et qu‘Anne dans le choix de ses mots, avait commis de belles bourdes. Est-ce que quelqu’un saurait me dire si on a un espion infiltré à la Tour Gouvernementale? Il faut trouver tous les plans, tous les dossiers qui la concerne! Nous avons peu de temps et cette mission passe prioritaire, j‘imagine que vous êtes d‘accord. Autre chose, il faut s’assurer qu’Hélèna ne soit pas en danger, qu’elle puisse publier son article…

J’espérais que les dossiers puissent me révéler la route à tracer, rentrer en contact avec Gaïus, obliger Alianka à le faire sortir de la tour, le récupérer, le ramener et obtenir de lui les explications qu’il nous devait. Il avait chuter dans mon estime mais je ne le négligeais pas, il était le père de l’enfant que portait Mara et son époux. Pour leur amour et pour l’amour fraternel que je ressentais pour Mara, je devais lui venir en aide.

Je posais une main sur l’épaule de Mickaël en affichant un plan 3D de la tour sur nos écrans, il était l’espion des Pacificateurs. Si on pouvait faire une percée, il était à même d’avoir la solution

_ Comment tu t’infiltrerais?

J’invitais tout le monde à venir exposer leurs idées d’un regard que je rendais le plus confiant possible, malgré mon angoisse de ne pouvoir empêcher les prédictions d’Anne. Il n’était plus temps d’être spectateur, maintenant on allait agir.

[J'espère que mon post ne sera pas trop nul, mon intention n'est pas de jouer au petit chef hein, mais j'arrive en terrain déjà conquis par vos posts et je ne savais pas comment m'y intégrer
Si quelque chose ne va pas, je le changerai... et je m'en excuse par avance]
Revenir en haut Aller en bas

Leader des Pacificateurs ; Humaine

······ and that's who i am ······
« Mara Jade »
Leader des Pacificateurs ; Humaine

Nombre de messages : 12149
Localisation : Asaria et ses plaines.
Age du personnage : 30 ans
Côté coeur : A tout jamais Lui
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Maniement des armes blanches et à feu,combattante redoutable
Appartenance: Humaine Pacificatrice
Activité: Indépendante et Libre


MessageSujet: Re: (Terminé) Naissance d'un nouveau futur [Pv Pacificateurs] Mar 21 Déc - 14:57:04


    Je n’écoutais plus rien, je n’arrivais plus à me concentrer sur les paroles d’Anne. Les contractions s’intensifiaient, impossible de rester debout. Je m’étais adossée contre le mur et je me tenais à Michael qui venait d’arriver de toutes mes forces avec une envie de crier. J’entendais des brides de la conversation entre tout ce petit monde. Qu’étais-je censée devoir comprendre au sujet des mensonges de Gaïus ? Par moment, mes yeux se posaient sur les plans en 3D de la nouvelle Utopia. Tout s’embrouillait dans ma tête, tout devenait si confus. Pourquoi m’aurait-il menti ? Pour me protéger ? Pour m’épargner de la peine ? Puis l’assistante de Gaïus revient sur mon tatouage, que j’allais mourir. Les voix s’élevèrent un peu partout autour de moi, un rejet total sur l’avenir que le père de mon enfant avait façonné pour moi…pour nous. Peut-être mourrais-je dans quelques heures, demain ou dans un mois après tout je n’étais qu’une humaine et çà je l’avais toujours su que ma vie n’était qu’éphémère parmi les Asariens. Mais j’avais cette impression qu’Anne ne divulguait pas tout ou bien qu’elle ne connaissait pas tous els projets de Gaïus. Il avait toujours su capter son auditoire avec perfection même là, encore maintenant, alors qu’il se trouvait à des centaines de kilomètres entre les griffes d’Alianka.

    Cette histoire de clef m’intrigua et je ne comprenais pas où voulait en venir Anne. Ce qu’elle m’apprenait concernant ma fille, j’en étais consciente, aussi bien qu’elle était la première d’une nouvelle race, que le gouvernement ferait en sorte de la récupérer pour en faire un rat de laboratoire, mais j’avais du mal à regrouper toutes les informations comme s’il me manquait une pièce importante pour reformer le puzzle. Le nom d’Hélèna Carter revint dans la discussion, je me souvins qu’il ‘lavait appelé juste avant qu’il ne fasse exploser sa tour. Elle avait reçu des informations, peut-être même des instructions pour dévoiler les prémices d’un nouveau monde et donc de dévoiler à la société que humains et Asariens pouvaient procréer ? Un autre secret…. ? Là aussi, cela ne m’étonnait nullement que Gaïus n’ait pas une dernière carte à jouer. Cela me paraissait si évident alors que Lia et Brooklynn faisaient en sorte de faire taire Anne et de l’éloigner de moi. Par contre la vision du cauchemar de Gaïus me terrifia. Le feu étant un symbole très puissant, je ne pouvais savoir à quoi cela le rattachait à Gaïus, à part l’explosion de la voiture de ses parents, tués par son frère. Il avait été éjecté du véhicule par sa mère d’après ce qu’il m’avait raconté. Etait-ce son inconscient qui lui alertait sur un danger. Le feu lui rappellerait-il son impuissance face à la mort de ses parents, à une forme de culpabilité qu’il aurait gardé enfoui en son cœur depuis toutes ces années ? Impossible à dire, seul Gaïus pourrait me répondre.

    La dernière phrase d’Anne me donna l’impression d’être immolée à mon tour par l’homme que j’aimais. Il avait donc tout planifié, pour se sacrifier lui et lui seul sans nous donner la moindre chance de lui venir en aide. Pourquoi n’a-t-il jamais voulu l’aide de ses alliés ? Nous formons un groupe, une famille, des liens se sont tissés entre nous toutes et tous depuis bientôt trois ans maintenant. Pourquoi s’entêtait-il à ne vouloir l’appui de personnes ? Là, je n’étais plus en état de réfléchir que je tombais dans les bras de Michael, attrapant la main de Lia…Alexander était présent lui aussi, je n’avais jamais vu mes amis aussi soucieux et inquiets qu’aujourd’hui. Dans mon malheur, celui où peut-être je ne verrai plus Gaïus, j’avais ces femmes et ces hommes qui me soutenaient et qui me donnaient leurs amitiés et leurs amours, puissants et sincères. Cela n’avait aucun prix à mes yeux. Je m’agrippais à Michael, mes jambes ne me portaient plus. Je discernais vaguement ce qu’Alex était entrain de faire en utilisant le même processus qu’Anne, à savoir afficher un plan en 3D de la tour gouvernementale devant les yeux du groupe.


    - Attendez…Liam…contactez-le…Il doit…savoir…Michael…

    Les douleurs étaient trop importantes pour que je puisse me concentrer sur la suite de mes paroles et des évènements…je venais de perdre les eaux…Je serrai de ma main de libre celle de Lia, tellement fort que je n’avais pas consciente de lui faire mal. Si ma fille ne connaitrait peut-être pas son père, je devais trouver le moyen de vivre avec cela, terrible impression que mon monde s’écroule lentement sans que je ne puisse rien faire. Je savais aussi que rien ne serait terminé sans ce tatouage que j’avais au niveau de la nuque.

    - S’il…vous…plait…amenez-moi….à …l’infirmerie….

    Une dernière chose…une demande…une requête pour tous mes amis.

    - Si Gaïus ne revient pas vivant…S’il devait m’arriver quelque chose…Je vous confie ma fille…Je sais que vous l’élèverez avec tout votre amour et les valeurs de notre groupe…




~~ Maman d'une petite Héméra ~~




Mes nuits me ramènent à toi. Mes souvenirs sont un trésor qui n'ont que ton reflet

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asaria.forumpro.fr


······ and that's who i am ······
« Invité »
Invité




MessageSujet: Re: (Terminé) Naissance d'un nouveau futur [Pv Pacificateurs] Sam 25 Déc - 21:38:22

On me reprochera peut-être d’avoir voulu prendre les choses en mains mais lorsqu’il s’agit de Mara, il n’y a « rien » que je ne ferais pour lui venir en aide. Qu’on ose me dire que je ne souhaitais que son malheur et mes poings se serraient à en craquer. Elle était tout pour moi et je veillais jalousement sur elle, oubliant parfois que je n’étais pas le seul pour qui elle comptait. C’était ainsi, je lui devais ma quête d’absolution. Elle avait su faire reculer ma colère pour la transformer en une énergie bénéfique et salvatrice. Elle m’avait sauvé en quelques sortes car ma rancune aurait fini par me détruire… je crois qu’inconsciemment je voulais qu’elle me détruise mais tout avait changé avec les Pacificateurs et leur objectif. Je ne dirai pas que j’étais devenu quelqu’un de neuf mais des nuances de gris s’étaient ajoutés à ce monde que je voyais avec des yeux noirs.

Je cherchais avec aplomb la solution pour sortir Gaïus de ce pétrin mais les plaintes de Mara me coupèrent dans mon élan et firent disparaître toute la distance que je m’évertuais à mettre entre nous deux pour ne pas lui montrer à quel point je pouvais être inquiet et perturbé, bien plus pour elle que pour notre avenir à nous. Je laissais tout sur place, sans retour. Peu importe que la solution eut pu être sous nos yeux, je la laissais à d’autres comme je laissais le soin à un autre pacificateur de rentrer en contact avec Liam et de lui décrire la situation. Mes yeux et mes gestes étaient pour elle. Je freinais mon empressement pour la faire basculer dans mes bras avec le plus de délicatesse possible, avant de la porter jusqu‘à l‘infirmerie d‘un pas actif.

J’entrais en trombe dans la salle, déposant Mara avec une lenteur disposée à la préserver sur la table d’auscultation. Le personnel et les Pacificateurs ayant des connaissances médicales s’activaient autour d’elle pour préparer l’accouchement. Sa fille allait naître, ce n’était plus qu’une question d’heures désormais. J’attrapais une de ses mains que je serrais dans la mienne. Je ne disais pas un mot mais je lui faisais sentir que j’étais là pour elle et personne n’arriverait à me faire lâcher cette prise, à me déloger de cette place que j’avais prise pour lui témoigner mon amour et ma compassion. Je savais que ma présence n’était pas celle de Gaïus et qu’il aurait la première place dans son cœur mais peu importe, je restais dans l’ombre du père pour tenir mon rôle de frère jusqu’au bout. Dans ma tête, je fulminais, j’étais prêt à me damner pour qu’elle vive. Je m’avançais proche de son oreille, déposant mon front contre sa tempe et lui murmura avec une confiance que je tentais de garder intacte
.

_ Tu vas vivres Mara! Je ferai ce qu’il faut pour!

Je ne voulais pas croire qu’Héméra serait élevé par quelqu’un d’autre que Mara. Toute sa vie elle avait fait preuve de résistance et de courage, toute sa vie elle avait surmonté des épreuves. Rien ne serait différent aujourd’hui, ce n’était qu’une épreuve de plus et nous l’aiderions tous à la surmonter. Héméra naîtrait et si la certitude se faisait plus forte que Gaïus ne serait pas là pour y assister, je persévérais à ne garder qu’une seule image en tête, celle de Mara, de son mari et de leur fille à nouveau ensemble. J’embrassais le dos de sa main que je gardais dans la mienne pendant que les contractions persistaient.
Revenir en haut Aller en bas


······ and that's who i am ······
« Invité »
Invité




MessageSujet: Re: (Terminé) Naissance d'un nouveau futur [Pv Pacificateurs] Mar 4 Jan - 0:42:54

    Pour moi, Anne ne méritait pas son refuge ici. Est-ce qu’au moins un instant elle avait respecté notre cause par choix et non par amour pour Gaïus ? J’avais du mal à accepter un tel désir de destruction de sa part à un moment aussi crucial alors que mon tempérament m’avait toujours poussé à aimer et aider les autres, à m’attacher à tous ceux qui étaient présents ici et à ceux qui ne le pouvait pas, ou pas encore. Mais vis-à-vis de l’assistante de l’architecte j’avais un ressentiment tel que je l’aurais reconduite dans la forêt immédiatement si ma priorité n’était pas ailleurs. J’avais été la première à réagir en contenant une brutalité que je n’exprimais pourtant que très peu d’ordinaire. Mais je pensais à Mara, à écrire un futur différent de celui auquel Gaïus semblait croire contre toute attente. Je ne comprenais pas cet homme, j’ignorais qui il était vraiment et… j’avais de la peine oui. Nous devions tous avoir cet arrière-goût de trahison dans la bouche à présent mais tout cela restait si flou pour moi... Passer au delà de cela était mon unique ressource. Je savais que d’autres feraient ce qu’il fallait. Mon devoir à moi était de prendre soin de celle qui avait toujours pris soin de moi et qui m’avait guidé vers un avenir meilleur pour tous. J’insistais auprès d’elle pour qu’elle regagne l’infirmerie. Elle n’était pas en état de rester là et d’affronter cette Anne qui ravageait son cœur et nos rêves. J’aurai le temps de comprendre plus tard pourquoi Gaïus s’était livré et avait fait appel à la journaliste, ce qu’étaient ces clefs. Amaria avait fait de moi une infirmière, j’avais promis à Mara que je l’aiderais à accoucher, que je serais témoins au premier rang de l’avancée d’un idéal que nous avions sans doute partagé depuis bien plus longtemps que cela. Qui plus est je venais aussi de promettre implicitement de faire mentir les visions du père de cette enfant. Rien ne pourrait m’empêcher de m’y tenir. Contrairement à ce qui m’apparaissait comme de l’égoïsme de la part de Hasard, j’étais consciente d’avoir des amis et des alliés et que nous allions tous nous soutenir. La voix d’Amaria me prouva instantanément que je n’étais pas la seule à avoir des reproches à faire à Anne. Jamais je n’avais entendu autant de froideur de sa part, même en travaillant à ses côtés tous les jours. Je ne me mis pas à sourire, je n’avais pas le temps d’y songer mais Amaria me donna de la force par ses quelques paroles, appuyées par Brooklynn que j’entendis plus bas s’adresser à son tour à la secrétaire dans mon dos.

    Alexander tenta de se montrer confiant. C’était l’image que nous voulions tous donner j’imagine, même si certains y croyaient sans doute plus que d’autres. Il entra dans le vif du sujet de la réaction et même si Mara avait encore besoin d’être ménagée, je pensais sincèrement qu’il avait raison. Néanmoins j’étais incapable d’y apporter ma contribution. Là n’était pas mon rôle, celui qui je jouais se passait justement ici car à part aider mes pairs à falsifier les registres du “Tyama” je n’avais jamais fait état de missions quelles qu’elles soient. Je vis les plans de la tour gouvernementale, je ressentis au plus profond de moi l’envie d’aider… mais je réprimais mes mots au profit de Mara. Elle était en sueur et éprouvait de plus en plus de difficultés à parler, elle se cramponnait à Michael comme si ses jambes lâchaient… et elle me broya la main. J’avais les réflexes médicales et je sus tout de suite que la perte des eaux ne correspondait pas à une situation d’urgence mais le travail s’activait. Je regardais ma montre pour vérifier les temps de contractions, nous ne pouvions tout simplement plus nous mêler à ce qui prendrait forme afin de venir en aide à celui qu’elle aimait, contre son gré puisqu’il avait décidé d’agir seul. Aucun d’entre nous ne laisserait de drame arriver et surtout pas les drames faussement prédits. Moi-même je les refusais toujours en bloc et je n’étais plus la seule. Sans céder à la panique ni afficher la moindre grimace de douleur sous la pression de celle qui incarnait une aînée depuis mon plus jeune âge, je pris de mon mieux et sans être brusque la place de Nate pour la soutenir en serrant les dents. En tant que jeune premier, lui devait se concentrer sur le nouvel objectif avec les autres et mes yeux le lui transmirent avec bienveillance. J’avais confiance en lui comme en tous les autres et j’échangeais un nouveau regard avec Michael, sans mot mais lourd de sens. Mara n’avait peut-être pas réussi à s’exprimer comme elle le voulait mais il était clair que si Liam était encore dans les dômes, il pourrait sans doute nous apprendre quelque chose et Michael était le mieux placé pour entrer en contact avec lui et établir ensemble quelque chose de solide pour la suite.

    J’entourais affectueusement mais sans faillir Mara de mon bras en lui laissant le loisir de continuer à trouver sa contenance en me serrant l’autre main. Doucement je la guidais vers l’infirmerie alors qu’elle émettait une requête qui me glaça le sang. J’ignorais ce qui était le mieux à dire, ni comment réagiraient les autres mais moi, j’étais incapable d’accepter cette demande pour la simple et bonne raison que je voulais tenir parole coûte que coûte. Mes yeux parcoururent la foule à la recherche désespérée de Julian, j’aurai voulu qu’il soit là mais il était sûrement plus utile devant son ordinateur à étudier des transmissions ou que sais-je encore. Puis elle m’échappa. La farouche volonté d’Alexander ayant frappé une fois encore. Mara lâcha ma main et je respirais un grand coup avant d’abandonner un peu précipitamment les deux asariens à mon tour en leur souhaitant bonne chance, et après m’être assurée qu’Amaria me suivrait. En passant la porte de l’infirmerie je vis le reste de l’équipe médicale aider à installer cette amie si chère à ma vie. Au fil du temps j’avais laissé des morceaux de l’attention de Mara m’échapper, je ne pouvais le nier. Je n’avais pas lutté contre la vie, je n’aurai pas été en mesure de le faire alors j’avais plutôt éprouvé du bonheur à voir qu’ils se trouvaient confiés à d’autres amis, à cette famille grandissante qu’étaient les Pacificateurs. J’avais toujours essayé de voir les choses de cette manière et ne m’étais jamais laissée aller à une trop grande possessivité. Je respectais tout ceux qui apportaient à Mara, tout ceux à qui elle avait apporté et qui le lui rendaient aujourd’hui mieux que n’importe quel jour. Il me suffisait de me dire que c’était à moi aussi d’agir, et que rien ne pourrait nous enlever nos souvenirs depuis notre enfance. Alors cette fois je souris en voyant Alexander lui tenir la main mais je ne perdis pas une minute. Je fis signe à un médecin, c’est moi qui allait installer le monitoring. Je n’avais jamais accouché quelqu’un de ma vie mais j’étais concentrée, comme préparée depuis déjà neuf mois et presque impatiente. Je rangeais mon inquiétude au plus profond de moi en souhaitant ne montrer à Mara que du courage et de l’espoir. Tout se passerait bien. Les visions de Gaïus et mon incompréhension face à ce qu’il tramait ne faisaient plus parasite, je chassais tout ce qui aurait pu me déstabiliser. Elle et la fille qu’elle portait étaient mon centre d’attention. Je les regardais et je voyais presque le futur se dessiner. Je contournais la table pour aller me placer de l’autre côté de Mara, on avait placé ses pieds dans les étriers et je me penchais désormais pour lui mettre la ceinture sur l'abdomen avec douceur. Nous étions des femmes accomplies aujourd’hui, ça me faisait encore bizarre de temps en temps... c'était tellement beau aussi que le sourire me revenait encore.

    — “Respire Maman, tu vas devoir encore te montrer courageuse. Et puis tu vois, Alex est là pour te donner sa main en otage. Nous sommes là. Respire bien comme on a répété entre les contractions.”

    Tout en lui parlant, j’avais installé les capteurs et le ralliement s’était opéré. Je jetais un coup d’œil au moniteur pour vérifier les courbes. Cette partie serait sûrement la plus difficile. Enfin, je caressais ses cheveux soyeux avec affection en attendant qu’Amaria finisse de se préparer.

    — “Elle aura droit à tout notre amour, mais tu lui donnera aussi le tiens, ok ? Je sais que tu en as encore beaucoup à revendre. Tu ne m’as pas laissée, je ne te laisserai pas. Je te le promets Mara, tu élèvera ta fille.”

    Je faisais au moins parti de ceux à qui elle avait déjà transmis ses valeurs par le passé. Ça aurait été injuste qu’elle ne puisse pas continuer avec la chair de sa chair de même que je ne pouvais la perdre moi-même. J’écartais volontairement Gaïus de mes propos, cherchant à l’apaiser par le ton malicieux et sincère qu’elle me connaissait plutôt qu’à immiscer de nouveaux les doutes et les craintes dans son esprit déjà tourmenté par l’absence du père d’Héméra.
Revenir en haut Aller en bas

Leader des Pacificateurs ; Humaine

······ and that's who i am ······
« Mara Jade »
Leader des Pacificateurs ; Humaine

Nombre de messages : 12149
Localisation : Asaria et ses plaines.
Age du personnage : 30 ans
Côté coeur : A tout jamais Lui
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Maniement des armes blanches et à feu,combattante redoutable
Appartenance: Humaine Pacificatrice
Activité: Indépendante et Libre


MessageSujet: Re: (Terminé) Naissance d'un nouveau futur [Pv Pacificateurs] Mer 5 Jan - 1:46:37


    « Le destin, pour frapper, revêt souvent son déguisement le plus ordinaire, son costume de tous les jours. » (une vieille citation de notre monde oublié)

    Je venais de perdre une partie de mon monde. J’avais toujours su que je ne mènerai pas une vie de bonheur mais tout s’était si vite enchainé. Jamais plus je ne le reverrai vivant, jamais plus je ne pourrai lui dire combien je l’aimais même si j’avais ce gout amer et de déception qui m’envahissait. Je crois surtout que je n’avais jamais compris Gaïus, ni lui, qui j’étais vraiment. Nous étions très différents pourtant nous avions partagé tant de fois cette même lueur délicieuse dans nos yeux. Je savais au plus profond de moi qu’Alianka ne le laisserait pas retourner auprès de moi. Elle m’avait déjà enlevé Gabriel, elle venait de m’ôter, une nouvelle fois l’homme qui avait partagé ma vie. Ma fille ne connaitra jamais son père, mais elle héritera de ses rêves et de sa force , telle Utopia parce que cette cité prendrait vie quoi qu’il arrive, parce que je devais offrir à ma fille un futur. Un autre page se tournait, je n’avais plus la force de me battre pour moi mais ma fille était le joyau que je devais protéger. J’allais devoir prendre des décisions importantes pour mon avenir et aussi celui du groupe. Pour l’instant, j’avais juste l’impression que tout m’échappait, de ne plus rien maitrisait. Je voyais Brooklynn éloigner Anne et mon regard se reporta sur Alexander qui ne m’avait pas quitté tout comme Lia.

    Les douleurs s’accélérèrent, s’accentuèrent, je venais de perdre les eaux et j’étais dans l’incapacité de bouger, de faire un mouvement de plus. S’il m’arrivait malheur pendant l’accouchement, si quelque chose devait faire que je ne survie pas à tout cela, j’avais besoin d’eux, j’avais besoin de leurs réponses pour qu’ils veuillent sur ma fille . Alex ne me répondit pas, il me bascula doucement dans ses bras malgré mes contractions qui ne faisaient que se rapprochaient au fil des minutes.. J’avais ce besoin de ma famille autour de moi, pour puiser mon énergie, pour y être en sécurité et au calme. Il m’amena à l’infirmerie. Ma main posée sur mon ventre, je tentais de respirer comme on me l’avait appris. Pas de respiration haletante, surtout pas, puisqu’elle provoquait des vertiges et des malaises mais tranquillement et lentement pour éviter la douleur de chaque contraction. Installée dans le fauteuil, les pieds dans les étrier, je poursuivais mes respiration en utilisant mon ventre et mon thorax pour bien aider mon bébé tout en insistant sur l’expiration. Je cherchais des yeux Lia qui entra derrière nous. Maintenant, j’étais entre ses mains et celles d’Amaria qui l’avait suivi.

    Des morceaux de ma vie se déployaient sous mes yeux. En sept années, j’vais vécu autant de bonheur que de malheur et je n’avais que 27 ans. Mon viol à 20 ans par cet Ancien, ma rencontre avec Gabriel et la fondation des Pacificateurs, mon amour pour lui, la perte de mon premier bébé, sa mort orchestrée par la propre mère de ce dernier. Mon groupe avait évolué, avancée, scellé des amitiés que je n’aurai jamais pu croire possible entre humains et Asariens. Je ne pouvais le nier, je m’étais pendant la mort de Gabriel éloignée de Lia et d’Alexander pour me reconstruire mais je les savais tout près de moi. J’avais rencontré Gaïus, ma vie avait alors basculé dans cette frénésie qu’il avait su toujours dessiner pour nous deux. Nous avions surmonté tant d’épreuves et notre couple, notre amour s’en était toujours retrouvé plus soudé, plus fidèle. La voix de Lia me ramena dans cette salle de l’infirmerie, elle venait de me poser le monitoring sur mon ventre arrondi. Les capteurs diffusaient le bon état de santé de ma fille sur l’écran qui se situait à côté. Le baiser d’Alex, ses attentions, son murmure susurré au creux de mon oreille me réconfortait comme ce magnifique ange blond qui s’activait pour recevoir Hémèra dans les meilleures conditions possibles. Je continuais mes respirations à chaque contraction qui arrivait pour permettre à ma fille de ne pas souffrir et ainsi l’aider à mieux la supporter.

    Je me cramponnais à la main d’Alex, y plantant mes ongles. Sincèrement, je n’avais aucune notion de ma force ni encore moins que je lui faisais du mal mais il ne bougeait pas, gardant ce sourire réconfortant sur ses lèvres. Je sentais mon bébé accentuer sa pression et vouloir sortir. Elle n’allait plus tarder à arriver dans notre monde, dans son monde…sans son père…J’entendais Lia me rappelait que j’avais été là pour elle, qu’à son tour, elle serait là pour moi et ma fille. Comment lui dire, comment le leur dire que je faisais un effort surhumain pour rester parmi eux parce qu’il y avait Héméra. Je ne pouvais pas être égoïste, je ne pouvais pas laisser la chair de ma chair seule même si je savais qu’elle serait bien entourée. J’allais donner la vie et je perdais la mienne dans un déchirement silencieux que seul mon âme pouvait entendre et ressentir. Un corps sans âme, un cœur mort dont les dernières lueurs seront pour ma fille.

    Je vis Amaria se placer entre mes cuisses, ses yeux d’ébènes me scrutaient avec attention. Elle était télépathe, savait-elle en cet instant à quoi je pensais ou bien respecterait-elle mon esprit comme elle l’avait toujours fait ? Les dernières contractions furent terribles, puissantes. Et je commençais à pousser sur les recommandations de l’Asarienne. Héméra Hasard allait écrire le début de la prophétie d’Ahmad Saria. Elle serait le premier enfant issu de nos deux peuples et moi, j’allais devoir survivre à un homme que j’avais perdu.

    Mon amour pour toi ne s’effacera jamais . Je garderai toujours cette lettre que tu m’avais écrite, Gaïus, celle que tu avais glissée dans cette boite contenant cet ensemble que tu m’avait offerte lors de cette première nuit où nos destins se sont croisés tout comme cet écrou taillé dans une tourmaline d’un orange profond pour le noël de nos retrouvailles.

    « j’ai besoin de toi pour donner du vertige à mes rêves, pour donner de la fièvre à mon corps, pour donner un grain de folie à ma vie…Ne l’oublie jamais… »
    Adieu




~~ Maman d'une petite Héméra ~~




Mes nuits me ramènent à toi. Mes souvenirs sont un trésor qui n'ont que ton reflet

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asaria.forumpro.fr


······ and that's who i am ······
Fille du Prophète
Pacificatrice Asarienne

Nombre de messages : 606
Localisation : Asaria
Age du personnage : 89 ans
Côté coeur : Lui.
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Télépathie,télékinésie, commandemant au feu
Appartenance: Asarienne Pacificatrice
Activité: Médecin urgentiste et Généticienne, co-fondatrice du dispensaire


MessageSujet: Re: (Terminé) Naissance d'un nouveau futur [Pv Pacificateurs] Sam 8 Jan - 0:58:15


    Je laissais Lia installer Mara sur la table d’accouchement, l’aidant à mettre ses pieds dans les étriers et placer le monitoring sur le ventre de la future maman. Nous devions tous et toutes occultés ce qui rongeait notre leader : Gaïus ne revendrait pas vivant de tout cela mais la petite Héméra vivrait avec tout l’amour d’une grande famille. Je passais mes mains sous l’eau clair tandis qu’une infirmière de notre groupe m’attachait les cheveux me secondant pour passer blouse, charlotte et gants stériles. Je suivais les données de l’appareil, les contractions se suivaient toutes les minutes maintenant. Mara avait perdu les eaux et vu l’état où elle se trouvait, je ne pouvais plus la calmer avec une péridurale. Elle allait devoir être courageuse, encore une fois,… encore une dernière fois pour mettre son bébé au monde. Alexander et Lia entouraient cette jeune femme que la vie n’avait pas épargné. Je me souvenais de la mort de mon demi-frère, Gabriel, de ce renfermement à toutes relations, de cette dépression dans laquelle Mara s’était plongée, ne voulant aucune aide, aucun appui, ne devenant plus que l’ombre d’elle même mais toujours là pour les autres. M’asseyant sur un tabouret, entre les jambes de Mara, tout était prêt pour accueillir ce premier bébé, ce premier enfant issu de l’amour d’un Asarien et d’une humaine. D’un petit mouvement de tête, je vis signe à Mara qu’il était temps de pousser :

    - Dès que tu peux, tu pousses, surtout, tu ne te retiens pas !
    Allez ma belle ! Héméra n’attend plus que toi ! Pousses Mara !


    Je mis mes mains pour accueillir la tête du bébé qui sortit dès la première poussée. Bien que ce n’était pas la première fois que je m’étais au monde un enfant, que j’aidais une femme à accoucher, c’était le premier miracle qui scellait nos deux peuples et la venue de la prophétie de mon père Ahmad Saria. Durant des décennies, les Anciens avaient prôné une politique contre toute descendances entre les Asariens et les humains, dégoutant les notre par la haine qu’engendrer les plus faibles…répugnant la population de se lier avec ceux dont leurs gênes étaient modifiés. Héméra était la nouvelle inconnue de ce canevas du futur que nous tissions. Personnes ne savaient pour l’instant de quoi elle hériterait même si déjà dans le ventre de sa mère, elle avait prouvé une puissance énorme avec ses pouvoirs. D’après Mara, elle possédait un don de guérison plus prestigieux que notre blood healer mais là encore, je ne pouvais pas être certaine sans examens approfondis. Cela pouvait être aussi dû aux liens qui unissaient la mère et l’enfant dans le ventre tout comme la télépathie dont elle faisait preuve. Une seule chose de certaine, Héméra possédait le don de l’invisibilité comme son père.

    - Encore Mara, pousses ! Je vois sa tête !

    Une seconde poussée et le bébé se mit à crier. La tête était enfin libre et la petite fille nous démontrait qu’elle avait de la voix. J’assistais Mara pour délivrer son enfant et tout doucement au moment de chaque poussée, ce fut le haut du corps, puis ses bras, ses mains puis ses jambes et ses pieds .

    - C’est une jolie petite fille !

    Un magnifique bébé avec de grands yeux et des cheveux auburn, très fins comme sa maman. Le principal était de reformer ce contact entre la mère et son enfant que je posais sur son ventre durant quelques instants pour qu’elle puisse le toucher et le caresser. Je fis signa à Lia de venir près de moi et je lui remis délicatement le bébé dans ses bras. Je n’avais pas terminé avec Mara, j’allais devoir maintenant l’aider à faire sortir le placenta. Ma jeune assistante paraissait émue, troublée, inquiète, je le devinais dans ses yeux et sur le regard attendrissant qu’elle posait sur Héméra qui gigotait.

    - Lia, poses le bébé sur la petite table, nettoies-le comme je te l’ai appris pour lui retirer toutes les sécrétions de mucosités …..Prends lui sa température, pèses-le, mesures-le ainsi que le périmètre crânien.

    Elle savait le reste, nous avions tant de fois répété tous les gestes. Un collyre antibiotique allé être instillé dans ses yeux afin d'éviter l'apparition d'une conjonctivite provoquée par des germes présents dans les voies génitales de sa maman. Quelques gouttes de vitamine K afin de permettre une bonne coagulation et d'éviter l'apparition de la maladie hémorragique du nouveau né. La désobstruction : un tuyau très fin, installé dans le nez, la bouche et la gorge du bébé permet de désobstruer et d'aspirer les mucosités qui peuvent encombrer les voies respiratoires . Tout cela, Lia le savait avec précisions.

    - Maintenant Mara, tu vas ressentir de nouvelles contractions moins douloureuses . C’est le placenta. Je sais que tu es épuisée, je te demande encore un peu de ta force. Ta fille se porte à merveille et Lia s’en occupe.

    Quelques minutes après, les nouvelles contractions apparurent et soulagèrent Mara. Je la nettoyer, et posais quelques points. L’accouchement s’était déroulé sans problème. La maman se portait très bien malgré tous ses efforts et le bébé semblait être en bonne santé. Je jetais mes gants et ma blouse pour venir auprès de Mara et lui donnait un petit baiser sur son front et rejoindre Lia concentrée sur Héméra.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


······ and that's who i am ······
« Invité »
Invité




MessageSujet: Re: (Terminé) Naissance d'un nouveau futur [Pv Pacificateurs] Ven 14 Jan - 18:15:14

    Je n’étais pas réellement certaine que Mara se trouvait bien parmi nous pendant tout ce temps. Je surprenais l’ailleurs dans ses yeux d’ambre alors que l’équipe réduite se préparait à la venue du Destin. J’ignorais tant à quoi elle pouvait bien penser en ce moment même si je me doutais des quelques personnes vers qui naviguait son esprit. Ça aurait dû être le plus beau jour de sa vie, une nouvelle étape dans ce combat qu’elle nous avait apprit à mener et la prolongation par la vie de l’amour qu’elle partageait avec Gaïus. La première fois qu’elle avait aimé et qu’elle avait porté un enfant, son monde s’était écroulé à cause de la grande puissante de ce monde. Cependant sans l’aide de personne et malgré un plaie béante de part en part de tout son être, Mara s’était relevée et jamais, jamais elle n’avait cessé de donner. A nous qui ne pouvions rien faire pour elle, à tous ceux qui avaient besoin de recevoir… Voilà qu’encore aujourd’hui la panthère de glace réussissait à lui arracher un bout du cœur. S’il vous plait, faites qu’un tel acharnement ne trouve jamais son but… tandis que cela prouvait au moins une chose : le message véhiculé par l’idéologie pacificatrice représentait une menace sur les fondements mensongers de l’opinion collective. Ainsi, si le couple de Pacificateurs avaient été un prologue, Héméra serait le premier chapitre de la réécriture de l’Histoire.

    Je lui parlais, j’essayais de la détendre et de la rassurer en compagnie d’Alex pour qu’elle ne fasse pas attention à l’agitation qui régnait dans l’infirmerie durant la préparation. Nous avions tout prévu pour l’accouchement, mis en place tout le matériel nécessaire, choisi les assistants qui resteraient présents et pourtant l’imprévu de la situation arrivait à me surprendre. Heureusement toutes les fonctions du bébé étaient rassurantes sur le moniteur, je me tournais finalement vers Amaria que l’assistante avait soigneusement et efficacement accommodé. Je lui souris et je hochais rapidement la tête pour lui montrer que j’étais prête à réagir à ses moindres besoins, aussi informulés qu’ils auraient pu être. J’avais tellement d’admiration pour elle, en tant que femme, que médecin ou que fille unique de celui que les Asariens nommaient le Père Créateur. Elle portait elle aussi ce compendium qui avait inspiré l’appellation des siens or elle avait choisi notre cause et la défendait avec une conviction et une ingéniosité qui auraient dépassé l’entendement de ceux envers qui son jeu était double. Et en ce moment même son regard si profond ne cessait d’être empli de sa bienveillante attention. Positionnée entre les cuisses de la leader de tout un espoir, elle prodiguait la marche à suivre et sans même m’en apercevoir, j’étais aussi penchée auprès de Mara et je respirais au même rythme qu’elle, avec la même force et les efforts de paire comme si j’étais capable de soulager un peu les poussées qu’elle ne pouvait pourtant que fournir seule… et mon cœur s’emballait.

    Mes yeux bleus sautaient frénétiquement d’Amaria au moniteur, du moniteur à Alex, d’Alex à Mara avec fluctuation et j’eus l’impression que mon souffle se coupait quand la voix forte de ce bébé déchira l’atmosphère de la salle d’infirmerie. Je ne sais pas quelle tête je faisais, je continuais aussi fidèlement que je le pouvais à encourager Mara à pousser sa fille dans ce monde qui serait nôtre à tous, mais j’étais submergée par l’émotion. Dans les poussées suivantes, Amaria accueillit pleinement Héméra, qu’elle vint ensuite poser sur le ventre de cette si belle maman. Je me redressais, idiotement éprouvée comme si c’était moi qui venais de mettre au monde un enfant puis mes épaules s’affaissèrent sous le poids du soulagement. Je reprenais ma respiration avec cette impression de silence apaisé dans toute la pièce. Nous avions tous les yeux rivés sur cette enfant qui par sa seule existence donnait forme à une prophétie longtemps oubliée et cachée. J’avais le sourire, j’avais le sourire de voir Mara tendre la main à ce petit bout… L’image de ma rencontre avec Mara s’imposa dans mon esprit, pendant une fraction de seconde je pus revoir le village tel qu’il était alors et cette petite fille aux cheveux longs qui me souriait. Les expressions de son visage n’avaient pas tant changées et bien que beaucoup d’évènements se soient passés depuis, je me souvenais que déjà je savais que je la suivrais où qu’elle aille.

    — “Félicitations Maman…”

    Je caressais son bras et soufflais avec un sourire mais pour être franche, les mots me manquaient. Ma Mara était mère, j’avais une foule de choses à exprimer mais les réduire à des phrases me paraissait si dérisoire. Puis Amaria ne tarda pas à attirer mon attention et elle me confia l’enfant avec un rappel de recommandations. Le travail n’était pas tout à fait terminé et je devais maintenant prendre soins de la petite le temps que cela se passe. J’acquiesçais avec confiance. Comme je l’ai déjà dit tout avait été minutieusement organisé depuis des mois. Je savais très exactement tout ce que j’avais à faire, pourquoi je devais le faire et comment je devais le faire. Je pris Héméra dans mes bras et curieusement, ma conversation à sens unique ne perdit pas un instant à se manifester pendant que je l’emmenais vers la table désignée.

    — “Bienvenue toi ! Tu n’imagines pas le nombre de personnes qui ont hâte de te rencontrer, sans vouloir te mettre la pression… Mais ils sont tous géniaux tu verras…”

    Ma voix chantait à moitié et suite à un dernier regard vers mes amis, je me détournais pour concentrer toute ma délicatesse et mon savoir-faire acquis grâce à la généticienne sur Héméra. Elle était minuscule et pourtant déjà si merveilleuse. Il y avait une raison pour que je tourne le dos, je crois que j’étais sur le point de pleurer en croisant ses grands yeux. J’imaginais ceux qui étaient restés dans le couloir en attendant de savoir. Je me demandais si Brooklynn avait mit une distance raisonnable entre Anne et le reste des Pacificateurs, s’ils avaient trouvé comment sauver Mara… ça ne m’empêchait pas de sourire à l’enfant qui remuait des bras et des jambes pendant que je la lavais. Elle aurait du caractère, c’était obligatoire ! Pendant que je lui murmurais des choses, je l’imaginais sans mal entrain de grandir. J’aurai pu avoir des inquiétudes, je devais en avoir dans le fond mais actuellement ma positivité avait amplement le dessus. C’était l’exemple à donner, tout s’était passé correctement, je l’entendais aussi bien dans mon dos pendant qu’Amaria achevait de s’occuper de Mara. Il faudrait bientôt prévenir les autres alors je profitais de mon petit tête-à-tête avec Héméra en lui apportant les premiers soins nécessaires pour ses yeux, sa coagulation et sa respiration. L’assistante d’Amaria m’apportait les produits au fur et à mesure et j’entrepris bientôt de prendre les mesures en ponctuant mes gestes par des sourires, j’ai même dû rire tout doucement en la posant dans la balance. Amaria apparût à mes côtés pendant que je reportais les chiffres sur le dossier qui nous permettrait de suivre la croissance du bébé, je poussais le papier vers elle pour qu’elle regarde : 51,7cm ; 3,4 kg et 34cm tout pile pour le PC. Elle était en parfaite santé et tout avoisinait la moyenne. Bien entendu, Héména devrait passer d’autres examens. Amaria devait examiner les pouvoirs que cette dernière avait reçu et dont Mara nous avait déjà parlé. Mais ça ne rentrait plus dans mes compétences, et surtout ce serait pour plus tard. Là, j’enveloppais doucement ce bébé dans une serviette pour la porter à sa mère et la rassurer.

    — “ Tout est normal, Mara. Elle va très bien.”

Revenir en haut Aller en bas


······ and that's who i am ······
« Invité »
Invité




MessageSujet: Re: (Terminé) Naissance d'un nouveau futur [Pv Pacificateurs] Mer 19 Jan - 1:38:52

« Le Roi est mort, vive le Roi! »


Les vies humaines ne semblaient pas faite pour la course temporelle d’Asaria. Tout allait trop vite et j‘ignore si j‘étais le seul à me sentir écrasé dans sa roue… les Asariens avait le temps. Sur eux ne planait pas cette fatalité qui nous assiégeait. Pour certains, c’était une bénédiction, pour d’autres une malédiction. Gaïus avait choisi d’accélérer le cours de sa vie et dorénavant les chances de le revoir nous quittaient un peu plus à chaque minute qui s’écoulait. Les Pacificateurs n’étaient pas épargnés dans leur structure mais bien plus que ça, Mara ne le serait pas plus dans son cœur de femme. Et c’est cela qui m’importait en ce moment. Elle ne devait pas lâcher prise, je la savais forte mais je la savais anéantie. Cette main dans la sienne ne serait pas suffisante pour la garder avec nous. Son esprit devait déjà flotter dans les méandres de sa tristesse. Je n’étais pas croyant devant la décadence de ce monde mais s’il y’a un dieu quelque part, j’espérais qu’il glisse en Héméra la force de redonner la vie à sa mère, une seconde fois. Si tout est éphémère, qu’il lui accorde au moins le droit de ne pas s’autodétruire sous les épreuves qu’il mettait sur sa route. Ou alors les ficelles du Destin n’était-elle tirée que par un grand sadique qui aimait à nous voir nous débattre jusqu’à l’agonie. Du rire aux larmes, de l’amour à la colère, de la vie à la mort…

… ou de la mort à la vie car derrière cette fin qui semblait inévitable et qui annonçait la fin d’une ère pour les Phénix, un nouveau règne se préparait déjà à surgir des cendres encore chaudes: celui d’Hémèra, fille de Mara et de Gaïus, héritage et notre avenir à tous. Un poids énorme pour un bébé que chacun d'entre nous veillerait à rendre plus léger.


Je n’avais pas quitté Mara et je tenais sa main avec toute la symbolique du sentiment fraternel et dévoué que j’avais pour elle. J’étais devenue meilleur à son contact, j’avais arrêté de me noyer dans ma propre haine grâce à ces efforts et à sa patience. S’il y’avait quelqu’un d’assez fort pour se remettre de tout ça, c’était bien elle. Et si malgré tout, j’étais inquiet… je le lui cachais derrière un sourire inhabituel chez moi: Un léger sourire mais affirmé que tout s’arrangerait quoiqu’il arrive, que les Pacificateurs étaient autour d’elle. On ne laisserait pas l’œuvre d’une grande partie de sa vie s’émietter. J’y veillerai comme chacun des pacificateurs à n’en pas douter. Je l’accompagnais donc de toute ma conviction à travers ce lien qui nous reliait, ne bronchant pas lorsque ces ongles goutèrent ma chair sous la souffrance de ce qu’elle vivait. Je ne sais pas si la voix enjouée de Lia ou la voix assurée d’Amaria avait plus d’effet sur Mara que sur moi… mais c’est avec les cris du bébé que je sentis une tension me quitter comme si on m’arrachait un poids lourd et épuisant. Je n’avais jamais assisté à une naissance et même si j’étais habitué aux cris d’enfants, ceux-là n’avaient pas leur égal dans mon cœur. Mara était mère! J’embrassais à nouveau sa tempe avant de libérer sa main de la mienne pour qu’elle puisse accueillir le bébé librement dans ses bras. Je regardais cette petite chose avec émotion même si je ne pouvais me détacher de l’état d’épuisement moral et physique dans lequel ma sœur de cœur devait être. L’enfant allait bien, c’était au tour de la mère de se remettre sur pieds. Je serai patient, je serai là tout comme elle avait été là pour moi.

Je me détachais un peu des corps en mouvements, je soufflais mon soulagement qu’Héméra aille bien et mon angoisse face à ce qui nous attendait. Ce moment de bonheur et d’espoir ne devait pas occulter que Mara n’était pas tiré d’affaire pour autant quant aux dernières nouvelles qu’Anne nous avait apprises. Mais j’avais un énorme blanc quant à la meilleure façon d’agir, je ne savais plus quoi faire. Liam avait dû être contacté, il devait être en train de secourir Gaïus. Nous étions coincé avec trop peu d’informations pour pouvoir réagir, nous ne pouvions qu’attendre et je détestais ça.

Enfin, je finis par réagir à ma main qui me lançait. Je n’y avais guère prêté attention jusqu’à ce que je me rende compte qu’elle ruisselait. Rien de bien effrayant, les ongles de Mara sous la force de sa douleur avait entaillé ma chair, ce n’était que quelques coupures et je doutais qu’elles soient bien profondes. Je m’approchais d’une table ou je récupérais une compresse pour éponger les plaies… jetant quelques regards sur cet avenir qu’il nous fallait désormais protéger plus que nos vies.
Revenir en haut Aller en bas

Leader des Pacificateurs ; Humaine

······ and that's who i am ······
« Mara Jade »
Leader des Pacificateurs ; Humaine

Nombre de messages : 12149
Localisation : Asaria et ses plaines.
Age du personnage : 30 ans
Côté coeur : A tout jamais Lui
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Maniement des armes blanches et à feu,combattante redoutable
Appartenance: Humaine Pacificatrice
Activité: Indépendante et Libre


MessageSujet: Re: (Terminé) Naissance d'un nouveau futur [Pv Pacificateurs] Mar 25 Jan - 23:40:35


    Citation :
    Encore Mara, pousses ! Je vois sa tête !

    Je tenais fermement la main d’Alex, ne me rendant pas compte que je lui faisais mal, ni même que mes ongles lacéraient sa chair. Je poussais, encore, avec la voix d’Amaria qui me guidait, cette sensation de déchirement, cette impression de laisser échapper quelque chose de son propre corps. Ce n’était plus la même douleur que celles des contractions, c’était une délivrance qui amenait à soulager tout mon corps. Et puis, ce fut le cri…un merveilleux cri…celle de ma fille. Mes larmes coulèrent sur mes joues sans que je puisse arrêter toute l’émotion qui naissait en moi. Elle me l’a posa contre moi, enveloppé d’un petit drap. Ma main lâcha celle de mon frère de cœur. Je crois bien qu’il avait autant souffert que moi à travers ce que je lui avais infligé sans m’en rendre-compte. Mes doigts caressaient, tremblants, ses cheveux fins, tracés son délicat petit nez, ses petites lèvres qui s ‘ouvraient sous son cri de présence. A cet instant, mes pensées s’envolèrent vers Gaïus, j’aurai tant voulu qu’il soit là, qu’il assiste à la naissance de notre fille et découvre notre joyau. Mais, il avait fait des choix celui de se sacrifier pour qu’Héméra et moi ayons une chance de survivre. Il aurait pu trouver un appui auprès des Pacificateurs mais Gaïus avait toujours été ainsi : un solitaire, préférant mettre en péril que sa propre vie que celles des autres. Il s’était livré à ce Mercenaire pour tomber dans les griffes d’Alianka. Les gigotements de ma fille me rappelèrent à la réalité et Amaria me la retira doucement pour la donner à Lia, pour qu’elle lui fasse les examens nécessaires. Je savais qu’elle était entre de bonnes mains.

    Sur les recommandations d’Amaria, je me reconcentrée sur les prochaines contractions, qui seraient moins douloureuses mais toutes aussi vives pour la sortie du placenta. J’avais la sensation d’être à bout de force, de ne plus avoir aucune énergie. Le sourire de mon amie qui se tenait devant moi, son calme comme toujours et sa maitrise parfaite des évènements me soulageait. Les contractions arrivèrent au moins où je tournais mon visage vers Lia qui m’annonçait que tout allait très bien pour Héméra tandis qu’ Alex qui s’était éloigné de moi. Je poussais encore, atteignant mes dernières limites quand Amaria me répondit que je pouvais enfin souffler. Elle me fit les soins, pour enfin basculer le fauteuil et retirer mes jambes des trépieds pour détendre mes jambes et souffler un peu. J’étais fatiguée, écartelée entre mon bonheur de voir mon bébé et ma tristesse de savoir que j’avais perdu l’homme que j’aimais. Je n’avais pas pu lui dire au revoir, ni lui dire combien je l’aimais. Le Mercenaire avait utilisé sur moi ses pouvoirs et ils avaient disparu tous les deux.

    Lia revint avec Héméra dans ses bras qu’elle me donna. Elle s’était apaisée contre ma peau et Amaria m’expliqua que même si mon bébé était lui aussi épuisé par tout ce qu’il venait de vivre et ce nouveau monde dans lequel il venait de montrer son petit bout de nez, il fallait commencer très rapidement le début de succion pour la montée du lait. Elle m’aida à installer ma fille dans le creux de mon bras ainsi que son visage près de ma poitrine ou elle chercha instinctivement mon sein. Elle nous couvrit d’une petite couverture pour garder la chaleur mère-fille.


    - Vous pouvez faire entrer tous ceux qui attendent dehors. Je sais qu’ils sont impatients de voir Héméra.

    Je leur devais bien cela. Michael, Brooklynn, Nate et tant d’autres qui avaient attendus patiemment mon accouchement, qui avaient été tous à mes petits soins encore bien plus, là quand Anne s’était montrée désagréable. Je crois que je ne saurai jamais le fin mot de cette histoire. Puis, avant que je puisse reprendre la parole pour poursuivre tout devint flou autour de moi, impossible de savoir ce qui se passait véritablement. J’avais entendu Lia crier qu’elle tenait Héméra, Amaria demandait à une infirmière de me poser une perfusion. J’entendais les voix autour de moi alors que je sombrais dans un semi-coma. Comme si je me détachais de mon corps pour observer tout cet affolement et cet effervescence. Je voyais l’écran du moniteur indiquant une tension et un pouls très bas…. Le poison de ce tatouage envahissait chaque pore de ma peau. Héméra ne me protégeait plus et maintenant le terrible cadeau de Jezebel Hell n’avait plus aucune résistance pour ronger mon corps. C’était étrange, impressionnant de voir les tremblements et les spasmes de mon corps désarticulé, les visages inquiets de mes amis. Je comprenais maintenant l’apparition de ce tatouage qui n’était autre que la vengeance amère de cet Ancien envers moi, pour lui avoir retiré son ami, pour avoir éloigné cet homme qui s’était retourné contre sa propre mère et sa race…pour avoir fondé avec lui les Pacificateurs.

    Allais-je mourir ? Peut-être…je sentais disparaitre la vie lentement, impuissante à tout ce qui m’arrivait.

    N’oubliez jamais que vous portez toutes et tous l’espoir d’un monde nouveau. N’oubliez jamais que vous êtes cette lueur éternelle …N’oubliez jamais la puissance de vos cœurs…




~~ Maman d'une petite Héméra ~~




Mes nuits me ramènent à toi. Mes souvenirs sont un trésor qui n'ont que ton reflet

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asaria.forumpro.fr


······ and that's who i am ······
« Invité »
Invité




MessageSujet: Re: (Terminé) Naissance d'un nouveau futur [Pv Pacificateurs] Dim 30 Jan - 19:48:55

    Mes yeux cobalt étaient posés sur cette maman qui tenait désormais sa fille contre elle. Au fond de moi murmurait cette petite voix lointaine qui me disait que ce répit ne serait que trop court mais cet instant était nécessaire. Avec toute la douceur que j’avais envers Mara depuis toujours, je balayais ses quelques mèches de cheveux humides qui barraient son front en dominant l’ardeur de tout mon souffle. Je voulais lui paraître sereine, émue, heureuse mais forte. Dans un sourire sincère, j’effaçais les larmes de ses joues rosées par l’effort qu’elle venait de fournir et qui ne prenait pas pour autant une véritable fin. Je n’étais pas dans sa tête, j’ignorais si Amaria oserait braver les frontières de l’esprit de Mara pour connaître avec certitude ses craintes et son désespoir. N’était-ce pas trop cruel de ne lui offrir une vie en échange d’une disparition ? L’ombre était tapie et n’attendait qu’un maigre relâchement de notre part à tous… je souffrais qu’elle souffre mais je ne montrais rien de tout cela. Il ne fallait pas.

    Lentement je décidais de m’éclipser pour laisser Amaria poursuivre son travail auprès de notre leader et de notre modèle. L’atmosphère baignait dans un calme qui ne cachait que nos tempêtes intérieures et pour palier à cela je ne trouvais rien de mieux que de m’occuper des autres. Du coin de l’œil j’avais observé Alexander prendre une petite distance et à en voir son visage détourné il devait se poser nombre de questions. J’imagine que nous en avions tous quant à ce qui allait se produire à présent. Cette Anne et ses coups de poignards nous avait ébranlé avec des révélations que j’avais refusé de croire. Mais si c’était vrai ? Une seule chose me paraissait limpide : nous devions empêcher le pire de s’abattre sur les Pacificateurs, sur celle qui m’avait sauvé de la noirceur.

    — “Tu permets ?”

    J’avais rejoint Alexander et je lui montrais le petit flacon de verre qui contenait un désinfectant incolore que je venais de saisir sur une étagère de produits. Sa blessure n’était pas ce qu’on pouvait qualifier de grave mais les ongles de Mara avaient entaillé la chair au point de la faire saigner. Une pensée traversa mon esprit et me fit sourire mais je n’en dit rien. Ma question était certainement rhétorique puisque de toute façon je venais d’ouvrir le flacon en ôtant la compresse des mains d’Alexander pour l’en imbiber.

    — “Tu envisages quelque chose ? Il faut les faire mentir…”

    Le ton de ma voix était assez bas mais ce n’était pas parce que je craignais que Mara m’entende… ou peut-être que si, je ne sais pas. Je parlais de Gaïus et d’Anne, de leur présage macabre auquel je m’étais opposée avant l’arrivée d’Héméra. J’ignorais si je pourrais faire plus qu’y croire de toutes mes forces mais le cœur y était… Je jetais un regard attendri sur les deux mentors qui guidaient ma vie chacune à leur manière mais j’étais inquiète en tamponnant machinalement la compresse sur la main écorchée d’Alexander. Loin de moi l’idée qu’il ne puisse s’en occuper tout seul mais l’infirmière prenait le pas quelques fois. J’avais fait ce geste si souvent et il m’était plus familier, à moi qui venais d’assister l’accouchement de ma… sœur. Et cette sœur se déclara prête à accueillir le reste de notre si grande famille. Je tendis le coton tissé à Alexander avec un clin d’œil et je me détournais pour rejoindre la porte. Je les imaginais parfaitement, tous, rongeant leur frein dans le couloir. Ils avaient dû organiser quelque chose avec Liam depuis le temps mais le temps devait leur sembler long, coupé de nous. La main sur l’ouverture de la porte, je pris une grande inspiration en espérant afficher l’air suffisamment pimpant qu’ils me connaissaient pour effacer mes traits tirés par les soucis. J’ouvris en grand pour qu’ils voient déjà derrière moi Mara et Héméra sous la bienveillance d’Amaria.

    — “Devinez qui veut bien vous voir !”

    Je leur fis un signe de la tête vers l’intérieur de la pièce et je me décalais pour qu’ils entrent. Successivement, ils pénétrèrent dans l’infirmerie pour entourer Mara, la féliciter, complimenter ce magnifique bébé qui représentait tant pour l’avenir du monde entier. Mais vite, trop vite, il y a eu ce bip effroyablement reconnaissable depuis le moniteur. Je sus avant même d’y glisser un regard ce qui était entrain de se passer.

    — “Mara !”

    Mon premier réflexe fut cependant de reprendre Héméra dans mes bras en prenant soin de tirer avec elle sa couverture pour la garder au chaud avec l’odeur de sa mère. Mais dans la précipitation de l’agitation qui venait de surgir, elle se mit à pleurer. Échangeant un regard suppliant avec Amaria, celle-ci s’occupa de charger les assistants de s’affairer avec elle aux soins le plus rapidement possible. Mara semblait nous quitter et je dû m’éloigner pour essayer de calmer la petite que je tenais contre moi. Derrière le rempart des Pacificateurs soucieux de celle qui portait notre symbole, je retenais mes larmes et c'était dur parce que je ne voulais pas cela. De la voir secouée ainsi de spasmes qu’ils essayaient de contenir malgré leur violence, tout indiquait un état critique, soudainement comme sorti de nul part et dans ma tête les multiples volontés s’entrechoquaient, en panique. J’avais envie de protéger cette enfant, j’avais envie de protéger sa mère. Mara ne devait pas mourir. Mara ne pouvait pas mourir. Si je tentais de bercer Héméra dans mes bras en lui chuchotant une mélodie entrecoupée par ma respiration affolée, c’était aussi pour me calmer moi-même car je me déchirais. Je fermais les yeux en appuyant mon front sur la tête de ce bébé que j’avais chéri bien avant qu’il ne nous rejoigne… Je vous en prie, faites quelque chose. Sauvez la…
Revenir en haut Aller en bas


······ and that's who i am ······
Pacificatrice Asarienne

Nombre de messages : 2374
Age du personnage : 27 ans
Côté coeur : Un Ange
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Télépathie // Dazzler // Illusion
Appartenance: Pacificateur
Activité: PDG d'une société de haute couture et de mannequinnat


MessageSujet: Re: (Terminé) Naissance d'un nouveau futur [Pv Pacificateurs] Dim 30 Jan - 22:14:48


    Je n’avais jamais trouvé le temps si long, observant toutes les deux secondes le sas de l’infirmerie qui restait fermé. J’avais reconduit Anne, lui sommant presque de ne plus revenir semer le trouble en Mara. C’était la première fois que je m’étais permise autant de fermeté avec une personne et encore plus avec une soit disante alliée. Je ne me connaissais pas un tel don de défendre ce qui m’était le plus cher mais là, cette femme avait dépassé les limites qu’elle n’aurait jamais du franchir. Le calme était revenu dans le couloir. Nate et Michael adossés contre le mur et moi faisant les cent pas, des vas et viens devant cette porte qui ne s’ouvrait jamais. Tout était bien trop cloisonné pour que l’on entende ce qui se passe. Ho bien sur, j’aurai pu juste me concentrer avec mon ouïe et savoir ce qui se déroulait à l’intérieur. Mais non, je ne pouvais le faire, c’était le moment de Mara er dès qu’Héméra serait parmi nous, Lia ou Alexander viendraient nous chercher pour la bonne nouvelle.

    Les minutes s’écoulèrent, beaucoup trop vite ou trop lentement, tout dépendait de l’état d’inquiétude dans laquelle ou se trouvait plus ou moins toutes et tous. Enfin, la porte s’ouvrit avec le sourire lumineux d’une Lia et moi me figeant presque à ses lèvres et aux mots qu’elle venait de prononcer. Tout allait pour le mieux, et dans le dos de la jeune infirmière, je pouvais apercevoir Mara et son bébé ainsi qu’Amaria qui terminait ses soins. Et puis tout s’effondra…son sourire…le mien…nos regards qui scrutaient ce bip qui résonnait dans la salle, mon cœur qui tambourinait à une vive allure, la voix d’Amaria qui hurlait ses ordres, le personnel soignant qui s ‘activait autour de notre leader. Je n’étais pas médecin, je n’avais aucune notion dans ce domaine là mais je savais qu’à cet instant on était entrain de la perdre. Je fis quelques pas pour entrer à l’intérieur, cherchant Alex qui venait de rejoindre Mara. Cela ne servait à rien de se mettre au milieu, elle était déjà entre de très bonnes mains.

    Lia reprit Héméra dans ses bras. La petite fille criait et elle essayait de la calmer alors que tout le monde tentait de garder sa maman parmi nous. Nous étions impuissants. Etait-ce dont là la vengeance de cet Ancien qui avait gravé ce tatouage au niveau de la nuque de notre leader ? Je ne pouvais pas rester ainsi sans rien faire. Je voyais Lia craquer et pourtant donner toute son amour et son affection au petit bout de chou qu’elle tenait blottit contre elle. J’écoutais la berceuse qu’elle tentait de lui chanter, entrecoupée de ce flot d’émotions qui l’envahissait. Doucement, je posais ma main sur son épaule, prenant la délicate main d’Héméra dans la mienne, pour donner à ce petit bébé d’autres points de concentration que celui de sa mère. Elles avaient été liées pendant neuf mois et d’après ce que nous avait raconté Mara, sa fille était dotée de pouvoirs extraordinaires et même maintenant, nous ne savions pas si la petite fille ressentait ou pas le mal l’aise de sa mère.

    Nous perdions trop de temps, j’en étais certaine. Héméra avait protégé sa mère durant toute la grossesse mais là, Mara était désormais livrée à elle-même et face au poison du tatouage elle ne pouvait rien. Alors, la seule solution était de trouver l’antidote qui pourrait la sauver. Amaria allait tout faire pour la maintenir en vie et nous n’avions que peu d ‘heures devant nous pour chercher cet Ancien, traverser les terres sauvages pour nous rendre sous les dômes. Je laissais Lia pour m’approcher d’Alex, sentant son angoisse tout comme sa crainte de voir mourir celle qu’il considérait comme sa sœur… lui murmurant quelques mots.


    - Il faut retrouver Jezebel Hell. Lui seul pourra sauver Mara. Il ne faut pas perdre de temps Alex. Il faut partir d’ici et nous rendre sous les dômes.

    Nous avions encore un allié là-bas en la personne de Liam Holloway qui n’avait certainement pas du être averti. Et ci c’était le cas contraire, il nous aidera à retrouver cet Ancien. Affronter une Longue-Vie ne serait pas facile. Liam et moi étions télépathes. A nous deux, nous pourrions fusionner nos pouvoirs pour contrer et forcer Jezebel à nous livrer le sérum qui sauverait Mara.

    - Alex, il faut partir, maintenant. Les heures sont comptées pour Mara.

    Le trajet entre le QG et les dômes étaient presque de 2h30/3h en voiture. Même une moto ne serait pas assez rapide. Puis soudain, je me rappelais que l’un des Pacificateurs responsables des communications posséder le don de téléportation. Doucement, le pris Alex par la main. Je devais le faire sortir de cette peine qui le rongeait. Nous fîmes quelques pas et un peu en retrait, je pris son visage tendrement entre mes mains pour que nos regards se croisent et qu’il réagisse à mes mots.

    - Tu as tout mon soutien et Mara sera sauvée. Viens…il faut partir. Je connais un moyen de nous déplacer le plus rapidement possible. Dylan es un Asarien doté de téléportation, il nous amènera jusqu’en Asaria. Il va falloir joindre avant Liam et lui raconter tout ce qui vient de se passer…Nous aurons besoin de lui pour contrer cet Ancien...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


······ and that's who i am ······
« Invité »
Invité




MessageSujet: Re: (Terminé) Naissance d'un nouveau futur [Pv Pacificateurs] Sam 5 Fév - 16:35:22

Lorsque votre cœur manque de s’arracher à chacun de ses battements, vous réalisez à quel point la personne qui le fait battre est importante pour vous. Mara m’était précieuse. Trop précieuse pour croire que quelqu’un, Ancien ou non, arriverait à la détruire. Elle était née avec cette force de conviction qu’il aurait été normal d’envier et comme tout grand frère, je prenais sur moi de construire cette même certitude qu’elle allait survivre, qu‘elle ne vivait pas ses dernières heures sous nos yeux. Je l’avais dit et je le disais encore, je ferai n’importe quoi pour elle, même si ma vie devait se substituer à la sienne. Mais dès que je posais mes yeux sur Héméra, il y’avait cette force qui emplissait mes veines et qui me disait que les Pacificateurs sauraient déjouer les tours du destin. Elle était le symbole de l’impossible devenu possible, une toute petite chose qui bousculerait les mentalités.

Je tamponnais distraitement la plaie, le regard plus attiré vers ce nouveau couple que par la légère blessure lorsque Lia me tira des quelques pensées qui germaient en mon esprit. Je regardais pensivement le flacon de désinfectant et la laissait soigner la plaie avec plus de délicatesse que j’en faisais preuve. Je ne tardais pas à lui répondre, je songeais déjà à ce que nous devions faire depuis de longues minutes mais si j’avais une base, je n’avais pas de plan pré-établie et nous devrions certainement improviser et donc nous mettre en danger de façon plus prononcé. Je n’aimais pas l’idée que l’un d’entre nous puisse être blessé mais on manquait de temps. Autant que possible, on réduirait les dommages mais je ne pouvais concevoir de rester là à attendre, même si Mara allait bien pour le moment:

_ Il faudrait savoir où en est Liam, retrouver Jezébel

Gaïus devait être notre allié, pourtant aujourd’hui, je le détestais. Qu’il veuille mettre sa vie en danger pour sauver Mara était louable, je ne lui jetterais pas la pierre pour ça mais nous quitter en nous envoyant Anne pour nous révéler ce genre d’élucubrations alors que Mara n’était pas au mieux de sa forme était impardonnable. La colère n’était pas bonne conseillère alors je prenais sur moi pour me concentrer sur l’essentiel du moment mais s’il s’en sortait et j’y comptais bien, il nous devait quelques explications et cette fois ci, quelque chose de clair, pas ces discours métaphoriques où rien n’est précis.

Lia partait ouvrir la porte pour laisser nos compagnons voir la petite fille qu’on attendait depuis des mois et je laissais tomber le coton tâché de sang et d’alcool dans la poubelle. J’allais retourner dans la salle que nous avions précédemment quitté pour prendre contact avec Liam, jugeant qu’il était préférable de ne pas perdre de temps à s’adoucir devant l’enfant alors que le mal planait au-dessus de nos deux anges. Soudain, la machine s’emballe, mon regard se tourne vers ma sœur - vision de cauchemar- elle est au plus mal. Deux minutes, voilà à peine le temps que ce poison lui a accordé avec Héméra hors de son corps. Je n’ose imaginer alors le temps qu’il nous reste. Ma respiration s’affole alors que je reste inerte à la regarder durant quelques secondes avant de la rejoindre mais je dois me rendre à l’évidence, je ne peux rien faire ici, Lia et Amaria sont à même de stabiliser l’état de Mara et je me reculais.

Je répondis silencieusement à la voix de Brooklynn en posant ma main sur son poignet pour quitter l’infirmerie et aller au calme, là où la vision de ma sœur à l’agonie ne distrairait pas ma concentration. J’étais entièrement d’accord avec Brook, il fallait trouver Jezebel et agir vite mais face à un Ancien, je craignais d’être impuissant. Je la suivais d’un pas vif, entrant dans la salle de communication à sa suite et la laissait entrer en contact avec Liam tandis que je cherchais Dylan qui bien sûr n’était pas là. Rapidement, je rejoins Brook avec le Pacificateur doté du don de téléportation courant presque à côté de moi pour suivre mon pas pressé.
Revenir en haut Aller en bas


······ and that's who i am ······
« Invité »
Invité




MessageSujet: Re: (Terminé) Naissance d'un nouveau futur [Pv Pacificateurs] Mar 8 Fév - 14:40:25

    Je soutenais Mara du mieux que je le pouvais, mais mes oreilles trainaient et écoutaient avec une fascination incrédule cette fille débiter les projets de Gaïus, ses dernières volontés, de même que sa vision de l'avenir. J'étais incrédule, parce que je la trouvais horriblement sans gêne d'oser parler ainsi alors que Mara était mal et allait accoucher d'un moment à l'autre! Cela ne pouvait pas attendre que le bébé soi né et la mère plus reposée? Mara était une battante, je le savais, mais comment trouver la force de se battre après avoir perdu l'être qu'on aime? Elle avait déjà souffert de cela une fois, se relèverait-elle d'une deuxième attaque de ce genre? Bien sûr, il y avait son bébé et elle devait trouver la force de continuer pour lui... Pour nous qui la soutenions et étions sa famille.

    Mon cœur se serra en songeant à ce qu'elle avait enduré et endurait encore. Brooklyn se montra sans pitié pour cette femme qui venait anéantir Mara, de même qu'Alexander qui se montra ferme, mais relativement courtois. Lia dénigrait ses paroles avec force et conviction. Ses larmes n'émouvaient pas grand monde, elle était le corbeau annonçant le malheur. Lia avait raison, l'avenir n'était pas figé, l'Armadan ne montrant que des possibles, mais chaque décision pouvait faire changer cet avenir. Il devait le savoir, que lui était-il passé par la tête? Et ce tatouage qui tuerait Mara si on ne trouvait pas la clé... Gaïus nous avait tous menti, mais était-il condamnable pour autant? Il aimait Mara, sincèrement.

    Alianka voudrait cet enfant... Je le savais déjà. J'avais parlé à Héléna, sans me dévoiler, mais j'avais songé à cette éventualité... Et voilà qu'on nous apprenait qu'elle avait des informations capitales. Hélèna était décidément impliquée jusqu'au cou. Liam le savait-il seulement? Elle devait publier son article. Amaria intervint, glaciale, avant de se faire plus chaleureuse en s'approchant de Mara et en l'exhortant à écouter Lia. Elle devait accoucher, devenir femme et mère, avant d'être meneuse de notre groupe. Mais Mara s'agrippa à moi, avant de partir, me suppliant de prévenir Liam. Je hochai la tête doucement, serrant brièvement Mara contre moi, rassurant :


    - "Je vais m'en occuper Mara, fais-moi confiance. Occupe-toi de toi et de ton bébé."

    Je déposai un baiser sur son front, avant de la laisser partir avec les femmes et Alexander pour son accouchement. Pourtant, ses dernières paroles, résonnèrent funestement dans nos têtes et nos cœurs. J'eus envie de lui répliquer que tout irait bien, mais ce n'étaient que des mensonges. Rien n'irait bien si Gaïus mourrait.

    J'aurais aimé la porter, l'assister, mais j'avais une mission à accomplir. Prévenir Liam. Je les laissais donc accompagner la future maman, tandis que Brooklyn s'occupait d'Anne. Je m'éloignai un peu, jetant un coup d'œil à la vue en 3D. Il y avait tant de choses à faire et si peu de temps. Je composai le numéro de Liam, attendant qu'il décroche. Quand ce fut fait, je lui exposai rapidement et de façon aussi concise que précise les évènements. Mara qui était en train d'accoucher, alors qu'elle avait été malmenée par un mercenaire qui avait enlevé Gaïus pour le compte d'Alianka. Je lui révélai aussi les mensonges de Gaïus. Qu'il avait entrepris de bâtir une cité, Utopia, mais que ni lui, ni Mara, ni leur fille ne se trouvaient dans sa vision de ce futur. Que Mara avait un tatouage qui la tuerait si on ne trouvait pas la clé... Clé que Gaïus avait commencé à chercher. Que ce bébé était le début d'une nouvelle ère, que le sang asarien se diluerait avec le sang humain.
    Je lui révélai aussi qu'Alianka voudrait cette enfant, pour empêcher le futur de se mettre en marche.
    Enfin, je lui expliquai qu'Hélèna avait tout ce qu'il lui fallait pour publier un article, que le monde sache ce qui était en train de se passer. Que c'était notre seule chance d'avoir une petite victoire que la Grande Conseillère qui détenait Gaïus, qui risquait de mettre la main sur leur fille... Alors que les jours de Mara étaient comptés.
    Sans Gaïus, nous ne pouvions pas sauver Mara. Il était le seul à savoir quelque chose sur ces clés pour la sauver.

    Liam m'apprit alors être devant la tour, avec Héléna, qui avait été contactée pour ce rendez-vous. Je fronçai les sourcils, lui rappelant que cet article devait absolument voir le jour et que cela ne servait à rien de jouer les héros. Ils ne pouvaient rien contre Alianka, pas sans aide...

    La conversation se termina sur d'ultimes recommandations. Je lui assurai le tenir au courant des évènements.

    Maintenant, il fallait attendre, attendre que le bébé naisse, de savoir si Mara irait bien.

    Et après un temps qui me sembla infiniment long, la porte s'ouvrit sur une Lia ravie. Mara et Héméria étaient derrière elle et semblaient aller bien... Jusqu'à ce que tout s'effondre. Affolement, peur, panique... Amaria essayait de sauver Mara, alors que Lia et Brooklyn s'occupaient du bébé. Comme dans un brouillard, j'entendis les paroles de Brooklyn. Oui, il fallait la sauver. Tout s'enchaina très vite et ils filèrent trouver Dylan. Je laissai échapper un juron et courus derrière eux, avant de les rattraper à temps.


    - "Attendez!"

    Alex et Brooklyn me regardèrent et je repris :

    - "Liam est au courant, je m'en suis occupé. Il se trouvait devant la Tour quand je l'ai appelé. Avec Hélèna. Il ne sait pas encore que la petite est née, mais il est au courant de tout le reste : des révélations d'Anne, de la capture de Gaïus, du mal qui ronge Mara. Je pense qu'il va essayer de sauver Gaïus, avec Héléna. Si vous voulez le trouver, c'est à la Tour que vous devez aller. Je vais le prévenir de votre arrivée... Il est déjà dans une camionnette nous appartenant avec deux des nôtres et ils contrôlent déjà la Tour. Je vais vous précéder avec mon ubiquité pour le mettre au parfum et je pourrais ainsi contrôler le service informatique de la Tour. Je serais plus utile là bas qu'ici, de toutes façons. Comme vous.

    Il fallait que je me rende utile. Je leur adressai un petit sourire, avant de m'asseoir et de me projeter dans la camionnette, abandonnant mon corps aux bons soins de mes amis et précédant Brook et Alex prêt de Liam et Héléna.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


······ and that's who i am ······
« Contenu sponsorisé »




MessageSujet: Re: (Terminé) Naissance d'un nouveau futur [Pv Pacificateurs] Aujourd'hui à 16:20:05

Revenir en haut Aller en bas

(Terminé) Naissance d'un nouveau futur [Pv Pacificateurs]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Le futur prochain codex orks
» Hermione Granger ( terminée)
» "Je ne pense jamais au futur. Il vient bien assez tôt." [Aël T. Demareck/Fletcher Salir] [Terminé]
» Un nouveau Shichibukai !
» nouveau laby ror et tot la solution pour le parcourir
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Asaria, terre de prophétie :: Hors Dômes : Terres Sauvages :: Qg Pacificateur :: Infirmerie-