Partagez|

«
Aaron Williams
»

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar
······ and that's who i am ······
Pacificateur Asarien

Nombre de messages : 95
Localisation : dans son labo, au centre de recherches ou au QG des Pacificateurs
Age du personnage : 27 ans
Côté coeur : Pense que l'amour n'est pas pour lui
Points : 0



MessageSujet: Aaron Williams Lun 20 Mai - 21:22:26



Identity





Aaron Williams
Aucun surnom à ma connaissance
J'ai 27 ans
Le SEER coule dans mes veines depuis ma conception
Je suis mon instinct ... ou mon coeur...
Généticien au Centre de Recherches & espion pour les Pacificateurs
Pacificateur
Scénario ? OUI – NON.



feat. Travis Fimmel

Psychology and more


Mara,

Tu sais, au début l'homme n'avait que ses mains pour survivre. Ses mains et son intelligence. Il a compris qu'il devait mettre les unes au service de l'autre. Il a pris conscience qu'il pouvait façonner le monde selon les idées qui se formaient dans sa tête. Enfin plus ou moins. Il a aussi eu ses échecs, mais chaque fois il en apprenait quelque chose. Mais tu sais Mara, il a rapidement compris aussi qu'il pouvait le dominer, acquérir du pouvoir et ... séduire les autres avec ce qu'il faisait de ses mains. Tu te demandes pourquoi un type comme moi, un Asarien, a ce genre de pensées et surtout sur quoi il les fonde. Certains pensent que l'évolution est le fruit du hasard et que c'est la chance ou la malchance, selon qu'ils sont Asariens ou des tiens, qui a fait aboutir le père d'Amaria dans ses recherches. Moi je crois au contraire que rien n'arrive jamais par hasard. Je ne dis pas qu'il a voulu ce qui est à présent. Je pense que sa création a échappé à son contrôle, est allée au delà ce qu'il imaginait et espérait pour l'Humanité. Mais tu vois, je suis convaincu qu'il est l'instrument d'une force qui l'a dépassé, qui nous dépasse tous, et que nous comprendrons peut-être un jour. Je pense que le sérum devait être trouvé pour nous ouvrir les yeux sur quelque chose qui est devant nous depuis longtemps mais que nous ne voyons pas... Le jour où nous ne serons plus aveugles, alors nous ne considérerons plus le SEER comme une bénédiction ou une malédiction mais juste comme une étape dans notre Histoire, une étape douloureuse mais néanmoins nécessaire.

J'ai lu tant de livres très anciens, et visionné tant de documents. J'ai toujours été passionné par ce qui nous a précédé. Mais comme tu ne l'ignores pas, ce n'est pas très bien vu du gouvernement. Depuis mon plus jeune âge, je traque les informations sur le passé. Tu souris ? Ah oui, toi ce qui te préoccupe c'est le présent, et l'avenir bien sûr, pour Héméra. Laisse moi te dire que ton ami n'est pas si dingue. L'avenir ne se construit jamais que sur les fondations du passé. A mon tour de sourire, mais tu vois ce n'est pas ici que nous comprendrons nos racines. Ici tout est neuf, sans âme et sans passé. Je l'ai compris très tôt. Gamin déjà, la nuit venue, je sortais du Dôme en cachette. Quand mes parents l'ont su la première fois, j'ai cru qu'ils allaient me frapper, entrer dans une rage folle, ce qui n'est pas du tout dans leur caractère. Un enfant Asarien dehors, avec tous ces rebelles qui traînent. Ils ont frémi de mon inconscience. Déjà à l'époque, je crois que je ne me sentais pas plus Asarien ou plus humain, j'étais juste Aaron, ce gamin curieux qui voulait comprendre... Je partais avec celui que les autres appelaient notre "esclave". Nous allions en expédition. Vers les hautes montagnes du sud qu'on voit à l'horizon, à travers le Dôme, au dernier niveau de la Coupole d'Orient. C'est magnifique, si tu savais, beau à couper le souffle et à en pleurer... Un jour je t'y emmènerai. Là-bas, entre deux sommets, sur un col, nous avons trouvé une ancienne base, ooh oui! Très ancienne, datant de bien avant la Pluie de Feu. Il y avait écrit US. NAVY Base 601 sur les murs lisses des bunkers. C'est là que j'ai trouvé des livres. Qui sait encore ce que sont les livres ?  Qui à part un ancien comme Leroy ? Des sources de savoir si obsolètes qu'on ne peut pas mettre à jour ni envoyer par la voie des ondes ... mais pourtant la mémoire de notre Histoire commune, le témoignage de nos origines à tous. J'ai trouvé des machines aussi, dans cette station, des machines qui ressemblent à nos terminaux de communication mais en tellement archaïque. Tu en rirais. Pourtant il y avait des données, des mines de données et des milliers d'heures d'enregistrements. Un véritable trésor. Certains Asariens voient le futur mais moi je peux me vanter de connaître des pans du passé que même les Anciens ignorent. Oh bien sûr, ils ne savent pas et tu es la première personne à qui j'en parle. Je porte ce secret depuis dix ans et j'avais besoin de le partager.

Avant, les hommes se servaient d'un crayon pour faire des calculs et de leur intellect aussi bien sûr. Ils faisaient des observations avec leurs yeux, partaient en expédition eux-même pour découvrir de nouveaux milieux. Tu imagines ce qu'ils devaient ressentir. Comme ce devait être autrement plus merveilleux que de piloter des sondes et des drones en étant à l'abri derrière un écran. Sentir le froid ou le feu du soleil sur sa peau, fouler un sol que nul autre peut-être n'a encore foulé... Mara, est-ce que tu imagines, ce que nous, Asariens, aurions pu ressentir si nous avions continué à vivre dans cet élan et avions partagé ce don au lieu de nous servir du SEER pour asservir une partie de nos semblables ? Si nous avions juste utilisé le fabuleux cadeau qu' Ahmad avait fait à l'Humanité, pour amplifier nos sensations, voir plus loin, plus haut, imaginer plus fort, aimer et vivre plus intensément encore, chaque parcelle de ce qui nous entourait, chaque vie qu'il nous était donné de croiser? Mara, tu as raison de dire que je suis un rêveur idéaliste, peut-être comme le sont tous les chercheurs ou peut-être, comme le sont tous les enfants, avant qu'on n'étouffe en eux cette curiosité et cette faculté de croire que tout est possible. Mais je sais que la réponse à cette impasse suicidaire que nous vivons est à la fois là dehors, au delà des Dômes, et en nous, dans la quête de l'infiniment petit, dans les replis du génome humain et c'est pourquoi, je continuerai le combat sur les deux terrains à la fois. A vos côtés.

C'est aussi cette conviction qui m'a poussé à entrer au Centre de Recherches après avoir achevé mes études. J'aurai pu me lancer dans des recherches clandestines et indépendantes, mais je sais qu'en allant à la source, à l'origine, nous avancerons plus vite et pour cela il faut quelqu'un dans la place. On ne change jamais plus sûrement un système que de l'intérieur. Au centre, j'ai tout sous la main pour expérimenter mes théories sur moi-même tout en les surveillant. Non, ne te fâche pas... Ne prends pas cet air triste. Je parie que tu penses au père d'Amaria et que tu te dis en lisant ces lignes que je finirais aussi mal que lui, ou pire ... Ce qui serait pire, ce serait de ne rien tenter en sachant ce que je sais et en ayant vu ce que j'ai vu. Mais je t'en parlerai plus longuement lorsque nous nous verrons, la prochaine fois. Nous sommes bien plus vivants dans notre lutte que tous ceux qui veulent empêcher notre voix de s'élever par peur de perdre cette hégémonie qui les figent eux-même dans l'ambre sombre de leur pouvoir. Ils seront bientôt aussi secs que ces rois recouverts de bandelettes qui se faisaient enterrer avec leur trésor, leurs esclaves et leurs animaux vivants. Des momies, qui ne ressentent plus rien, voilà ce que sont les amis de mes parents pour la plupart, voilà ce que sont mes collègues au Centre.

J'avais peur de devenir comme eux parce que le SEER coule dans mes veines. Mais je suis convaincu qu'il ne change pas ce qui est inscrit dans les gènes d'une personnalité, ou une lignée, il l'amplifie juste progressivement. Il est donc fort probable que ton ami finisse fou, ascète et vieux garçon, si on considère mes talents innés pour la communication, à savoir ma tendance à parler tout seul et à ne rien dire quand je suis en société. La preuve de ma grande sociabilité: je n'aurai jamais pu te dire de vive voix tout ce que je viens de t'écrire sur ce message hologramme. Le père des Asariens n'a pas inventé une formule qui rend les humains mauvais, il a découvert le catalyseur de leurs véritables désirs. Je pense néanmoins que le sérum n'agit pas pleinement  dans les premières années. Il doit opérer un changement lent et progressif des connexions synaptiques et libérer au fil des années la véritable personnalité de chaque individu, outre le fait de décupler ses facultés intellectuelles et physiques, il va sans dire...J'espère vraiment que je ne deviendrais jamais aussi monstrueux que certains des miens. Il est déjà bien assez troublant de penser que dans une trentaine d'années, j'afficherai toujours ce physique de jeune premier alors que je verrais les années passer sur certaines personnes auxquelles je tiens. C'est un des effets du sérum que j'apprécie le moins. J'aime les sillons que laissent les années sur la peau de vos anciens. Ce que vous appelez les rides et qui nous viennent à nous, beaucoup plus lentement. Ces marques sont pour moi autant de signes que vous êtes plus vivants que nous. Joies et peines se lisent sur vos visages comme dans un livre ouvert et je vous trouve tellement émouvants et beaux. Enfin, il faut que je me fasse une raison: mon physique ne reflètera jamais ma maturité. Je le prends comme un jeu, comme "se déguiser" un peu et cela rend les choses plus faciles. Et puis c'est toujours utile pour avoir quelques passe droits avec les secrétaires ou les assistantes des grands pontes du Centre. Quand je suis avec vous je peux enfin être moi et c'est là que je me sens vivant.

J'ai écris un vrai roman, ce soir. Désolé Mara. Je l'envoie sans me relire, sinon je risque de ne plus avoir le courage de le faire et de l'effacer.

Prends soin de toi et d'Héméra.


NOTES PARTICULIÈRES :

Aaron

  • est le type même du faux calme qu'il vaut mieux ne jamais énerver


  • n'est pas timide, aime la discrétion. Nuance !


  • préfère les actes aux mots.


  • se livre très peu mais peut tout savoir de vous dans une étreinte.


  • est très sensible mais le cache.


  • a une fâcheuse tendance à se mettre en danger


  • aime les grands espaces sauvages et la nature à l'état brut


  • a des convictions sur le sens de l'existence des Asariens


  • a la malchance de tomber amoureux des femmes qui ne veulent pas de lui


  • cultive parfois son côté gravure de mode sans cervelle pour savoir ce que les gens pensent (les amène à baisser leur garde en se faisant passer pour un garçon d'une grande niaiserie, ce qui a le don de faire hurler de rire les femmes qui le connaissent quand elles en sont témoins)


  • ne partage aucun centre d'intérêt avec ses parents malgré toute l'affection qu'ils se portent mutuellement. Ne leur ressemble sur aucun point excepté le respect et la tolérance.


  • a souvent le sentiment de ne pas être à sa place


  • entretient sa solitude pour cacher sa vulnérabilité


POUVOIRS ASARIENS :

J'ai ce pouvoir très déstabilisant, qu'on nomme l'Armadan. Sentir les états d'âme des personnes qui me sont proches, mais aussi voir le passé et le futur de ces personnes si j'entre en contact physique avec elles. Lorsque j'étais enfant, je n'avais ce pouvoir qu'à travers les objets inanimés. En touchant une chaise, je pouvais voir qui s'était assis dessus par le passé ou allait s'y asseoir. Ce don m'a notamment permis de voir beaucoup de choses dans la station militaire de l'US NAVY que j'ai découvert à 17 ans. Mes pouvoirs étaient alors très accrus du fait des bouleversements de l'adolescence et j'ai vu des pans de vie des hommes qui avaient vécu là plus d'un siècle auparavant, bien avant la Pluie de Feu. J'ai aussi vu comment vivaient les hommes avant la découverte du SEER, vu à quoi ressemblait encore la planète, y compris l'endroit où a été construite Asaria, avant les bombes. J'ai eu des flashs expliquant la présence de cette base militaire. Mais j'ai du mal à tout ordonner et mettre en place. C'est comme un immense puzzle dont l'image globale m'échappe encore. S'appliquant aux êtres vivants, ce pouvoir est presque une malédiction car il limite ma vie sociale et affective. Effleurer le bras de la femme que j'aime en secret et la voir dans les bras d'un autre n'est pas une expérience que je souhaite revivre. Savoir quand mes parents s'en iront, non plus... On me trouve distant et secret mais j'ai sans doute mes raisons...

J'ai aussi un petit talent télépathe léger qui me permet de bloquer les petits curieux qui seraient tentés de venir fouiller dans mon cerveau. C'est bien utile quand on a une double vie. En revanche, est-ce parce que j'ai déjà assez à faire avec l'empathie, je m'en sers rarement pour savoir ce que les autres pensent. Je préfère les mener à se démasquer eux-même en parlant.

Ah, j'oubliais, j'ai aussi la possibilité de me transformer en un animal. Donc ne soyez pas surpris si vous vous réveillez à côté d'une grosse peluche alors que vous vous êtes endormi à côté d'un homme , mesdemoiselles. Non, je plaisante.

Spoiler:
 

Biography


Ils n'étaient pas peu fiers Monsieur et Madame Williams, ce jour  de juin 2110, jour de la remise des diplômes aux doctorants. Sorti major de ma promotion avec les chaleureuses recommandations du jury, j'avais une voie toute tracée qui s'ouvrait devant moi et venait couronner des années d'études très rondement menées avec un double cursus en génétique humaine et en génie nano mécanique. Deux spécialités qui étaient grandement encouragées par le gouvernement dont le centre de Recherche était un grand consommateurs de jeunes diplômés. Non qu'ils succombent sous la charge de travail pourtant assez considérable mais beaucoup étaient la cible des rebelles ou des trafiquants qui essayaient de faire pression sur eux pour avoir quelques nouvelles découvertes sur leur marché très illégal. Il n'était donc pas rare que des chercheurs se fassent enlever ou soient victimes d'attentats. Cet aspect de ma nouvelle activité plongea Mère dans une profonde angoisse alors que Père se glorifiait d'avoir un fils courageux et assez brillant pour que le Ministère de la Recherche l'intègre aussitôt au projet en cours.

Cette époque me paraissait lointaine, même si deux petites années seulement s'étaient écoulées depuis. Tout était alors plus simple, du moins en avais-je l'illusion. Etudiant sérieux et passionné, travailleur acharné, je ne me trouvais pourtant pas de mérite, sachant que mes gènes modifiés dopaient mon intelligence. J'aurai tellement voulu pouvoir choisir. Comme les anciens qui avaient désiré l'injection, l'avaient parfois payé au prix fort, le prix du sang. Moi j'étais né avec un cerveau mutant, génétiquement modifié par l'homme et non par la nature. Je ne tirais aucune gloire de tout apprendre et comprendre rapidement. J'aurai été fier si j'avais obtenu mes deux doctorats avec un cerveau et des moyens simplement humains. Ma vie ressemblait pour moi à une de ces reproductions trop parfaites d'un tableau de maître : artificielle et sans âme.. Lorsque je n'avais pas le nez plongé dans les livres ou l'esprit occupé à rédiger quelque article pour une revue scientifique sous la coupe gouvernementale, je passais mon temps dans des loisirs futiles durant lesquels des filles futiles me draguaient outrageusement à ma plus grande perplexité, moi qui me trouvait ennuyeux comme un bonnet de nuit comparé aux fils ou neveux des voisins ou des amis de mes parents. J'en mettais quelques unes dans mon lit car pour le sexe, il en allait comme pour le reste: j'étais curieux et j'aimais expérimenter ces rites d'appariement pour assurer la pérennité de l'espèce. Le fait qu'on puisse y trouver du plaisir me paraissait évident et subsidiaire même si apportant une satisfaction éphémère qui n'était pas à négliger. Je ne niais pas plonger dans cet état d'euphorie et de béatitude qui précède et clôture le coït et, comme pour les exercices pratiques des autres domaines, je présentais des aptitudes prometteuses appréciées de mes partenaires.

Les choses se compliquaient toutefois lorsque les filles s'attachaient et espéraient davantage qu'un accouplement expérimental. Ce que je ressentais toujours avant même qu'elles aient elles-mêmes pris conscience de leurs secrètes attentes. C'était alors un mortel ennui de succession de crises de larmes et de flash me laissant entrevoir la prétendante, quelques années plus tard, au bras d'un brave garçon, une maison idéale, un époux idéal, un unique et cher enfant idéal, un chien synthétique idéal, et une envie de partir en courant tout aussi idéale. Ce que je faisais en général à chaque fois. Mortelle sensation de répétition infinie du même scénario. Je peinais à avoir des amies, puisqu'elles finissaient toutes par vouloir devenir autre chose. Je peinais à avoir des amis, puisqu'ils me jalousaient de trop attirer le vol des ces jolis papillons de nuit qui ne demandaient qu'à se brûler les ailes. Quant à ceux qui n'étaient pas en concurrence sur ce plan, avec moi, ils m'enviaient ma réussite. Vie monotone juste émaillée de brèves phases d'excitation lorsque une piste de recherche aboutissait mais vite assombrie par la conscience de plus en plus aigüe que je ne contrôlais rien des applications qui étaient données à mes découvertes. Vie  rythmée des petites mesquineries et flagorneries de mes pairs qui, tout en redoutant mon esprit incisif et en admirant mon côté défricheur de l'inexploré, m'auraient bien cloués au pilori de l'hérésie, si Asaria avait eu une religion. Oui, la vie me paraissait simple et linéaire à cette époque, sans surprise et sans espoir de changement.



~~~~~~~~~~




J'étais bien quelque peu gêné parfois, lorsque nous sortions entre collègues de voir de quelle façon ils considéraient et traitaient les humains. Ils disaient les humains quand je disais les hommes. Ils disaient les humains dans le meilleur des cas, paroles de modérés. Dans la bouche des plus vindicatifs, les termes étaient tout autres: "animaux", "chiens", "vermine", " ridés", "édentés", et le pire était à entendre lorsque les plaisirs de la chair étaient abordés. Tout était permis sur des femmes ou des hommes humains, viol, meurtres, le tout filmé et circulant ouvertement, sans aucune pudeur. Voir une femme succomber aux assauts de mes congénères m'avait d'abord fait vomir, stricto sensu et j'avais dû sortir de chez ce collègue qui projetait ses captures hologrammes comme on montre une oeuvre d'art à ses amis. Assis sur le perron, encore secoué de haut-le- coeur, j'entrevis pour la première fois, ce soir-là, l'absurdité de notre existence, telle que nous la construisions. Au delà des corps que mes semblables suppliciaient, c'était la vie dans son essence qu'ils foulaient au pied. En traitant de la sorte des hommes et des femmes, ils s'infligeaient à eux-même une rupture avec ce qui avait été bon et beau en nous, ne gardant que le pire. Une blessure inguérissable était en train de gangrener et de creuser entre les Asariens et leurs origines. Je me trouvai alors méprisable de pleurer non pas seulement sur les victimes de ces supplices mais aussi sur les misérables bourreaux qui les leur infligeaient. A cette époque, je voulais croire encore que quelque chose de bien pouvait être sauvé dans l'âme asarienne.

Lorsque j'ai croisé le chemin des Pacificateurs, j'aurai dû être un de leurs plus fervents mais il n'en fut rien. Je ne leur reprochais pas de désirer la paix mais de croire qu'elle fût possible avec les Asariens, avec les miens. Je ne me laissai pas facilement convaincre d'intégrer leurs rangs mais encore moins de partager leur espoir. Qui mieux qu'un loup sait comment est la meute ?  Et encore, je ne leur servis jamais ce poncif car je le trouvais insultant pour le noble animal auquel il faisait référence. Les Asariens étaient trop corrompus et avilis pour être comparés à ces canidés sauvages qui peuplaient jadis les forêts de notre vaste Terre. En devenant Pacificateur, j'avais aussi découvert pour la première fois la peur de perdre davantage que ma propre vie. Je savais que la mort des êtres chers, mes parents en l'occurrence, me plongerait dans un profond chagrin mais rien ne m'avait préparé au jour où je prendrais conscience qu'en perdant une personne, je perdrais le seul sens que je venais de trouver à ma vie. Ce jour-là, le mépris et le dégoût que j'avais pour le comportement de la majorité de mes congénères se mua en haine. Rares étaient les longue vie qui trouvaient grâce à mes yeux, hormis ceux qui avaient rejoint la cause pacifiste. Depuis, je m'efforçais avec rage et application de me donner une raison de trouver grâce à mes propres yeux. Comme si ma seule prise de risque pouvait effacer ne serait-ce qu'une infime partie de l'infamie commise par les miens. Mais j'étais trop lucide pour croire que ce pouvait être le cas.




~~~~~~~~~~



Le rapport sur les bio nanites traînait sur ma table d'études depuis la veille au soir. J'étais allongé dans le canapé qui trônait dans mon vaste bureau, jouant avec une balle en mousse censée me détendre. Elle rebondit contre le mur d'en face et faillit atterrir dans la tasse de café synthétique que m'apportait Ghislaine, ma secrétaire (esclave administrative, disaient les collègues, bien que parfois ils fissent des leurs un autre type d'esclave). J'étais énervé, voire contrarié et en colère. Je lâchai un gros soupir avant de prendre la tasse et les biscuits au chocolat de synthèse lui aussi.

- Merci Ghislaine. Vous pourrez rentrer chez vous après cela. Je risque de finir tard ce soir et de dormir ici cette nuit Dis-je en considérant d'un air sombre ce rapport sur les dernières expériences en date du gouvernement.

Expériences qui avançaient beaucoup trop vite et trop bien à mon goût. J'hésitais quant à savoir ce que je pouvais et devais en dire aux Pacificateurs. La réaction risquait d'être cette fois-ci, peu pacifique. Et je n'osais même pas envisager ce qui pourrait arriver si cela venait aux oreilles des Rebelles ou des Children of Abyss. J'avais depuis quelques temps entendu parler de recherches sur des micropuces et d'expériences plus ou moins heureuses sur des cobayes humains mais voilà qu'ils demandaient à présent ma collaboration pour un nouveau programme de contrôle des humains très innovant. Il ne s'agirait plus de leur injecter une puce pour les localiser et les contrôler par la douleur ou les impulsions mentales et électriques mais de "coloniser" leur corps et leur cerveau avec des nano processeurs capable de le reconstruire de l'intérieur. Un violente envie de gerber m'avait saisi lorsque j'avais parcouru le préambule et compris de quoi il retournait. Qui plus est, ils me citaient dans les remerciements et me créditaient au nom de ma thèse sur les micro nanites réparatrices. Ils étaient en train de récupérer deux années de travail que j'avais mené dans l'idée de contribuer à sauver des vies mais je me doutais bien que leurs intentions étaient quelque peu diversifiées et que les progrès curatifs, s'ils étaient explorés, seraient réservés exclusivement aux Asariens. Mais ce que les nanites pouvaient reconstruire, elles pouvaient aussi le détruire. Il suffisait de mettre au point un programme et de l'entrer dans le serveur central qui commandait ces milliards de petits soldats dont la taille était inférieure au micron. Ils avaient bien lu mes travaux et les avaient réinvestis avec application. Au passage ils avaient guéri "provisoirement" une centaine de cobayes souffrant des conséquences de la malnutrition. Le caractère provisoire de la guérison étalait au grand jour le cynisme dont mes semblables étaient capables.

Ne rien dire serait criminel mais comment décider ce qu'il fallait dire et ce qu'il fallait taire pour ne pas risquer de provoquer un début de guerre civile ? Aucun document ne pouvait sortir de l'enceinte du Centre sous peine de mort immédiate. Je devais donc tout mémoriser, le seul support qu'ils ne pouvaient pas encore sonder avec un succès incontestable étant le cerveau. Lorsque tout serait bien gravé là-dedans, j'aurai encore à trier et choisir ce que je devais partager avec mes amis sans risquer de créer un vent de panique. Je craignais déjà qu'ils ne me voient comme un monstre mais je ne pouvais les laisser dans l'ignorance.



 



Relationship


• Amaria Saria Feat. Famke Jenssen — Pacificatrice Asarienne.
Il partage avec la fille du prophète cette même passion pour la recherche et la génétique. Très respectueux envers cette Asarienne mystérieuse, il salue son intelligence et sa répartie tout comme cette discrétion et cette sensibilité qui semble émaner d’elle en permanence. C'est une excellente amie avec laquelle il aime aussi bien travailler que prendre une pause derrière un verre en fin de soirée.

• Mara Jade Feat. Kate Beckinsale — Pacificatrice Humaine.
Son leader, cette femme envers laquelle il a un très grand respect. Son lien avec elle se décline en une belle amitié et un respect évident. S’il n’est pas un grand bavard auprès des femmes, Mara a cette lueur au fond des yeux qui le fait craquer et auprès de laquelle il se sent bien. La jeune humaine l'a tout de suite accepté dans son groupe.

• Leroy McStone Feat. Chris Pine — Ancien.
Il a assez passé son temps à la bibliothèque pour croiser et faire la connaissance du propriétaire de ce prodigieux établissement qui renferme mille et un trésors. C’est par pur hasard qu’ils comprirent leur appartenance au même groupe alors que le jeune chercheur était un membre tout récent du groupe. Depuis, Aaron considère Leroy comme un véritable ami respectant cet Ancien qui joue sa vie au sein de ce gouvernement.

• Jessica Warner Feat. Eva Mendes — Asarienne
La plantureuse bombe latine du Light of Diamond, night club qu'il apprécie énormément au point de venir se détendre de nombreux soirs.. Cette femme est d'une beauté fatale mais derrière cette image de tigresse, Aaron a perçu tout autre chose de plus profond, de différent grâce à son pouvoir sur l'Armadan. Il ne sait pas comment définir cette sensation. Telle une vipère, elle glisse entre ses mains, évitant des questions trop embarrassantes. Pourtant, derrière ses grands yeux ambrés, se cache une autre femme qu'il aimerait bien toucher et mieux connaitre.


Test rp


HRP:
Spoiler:
 


"Il faut toujours se méfier de l'homme tranquille." Non, cette maxime n'était pas tiré d'un grand classique philosophique ou d'un discours célèbre. Aaron l'avait entendue dans un vieux divertissement mettant en scène des hommes à cheval et portant des chapeaux à large bord. Les archives de Leroy le classaient au rayon "western". Le petit garçon facétieux qui sommeillait dans l'âme du jeune chercheur avait beaucoup aimé ce "film" où le justicier n'est pas celui qui porte l'insigne mais celui qui a la conviction que le plus démuni doit aussi être entendu. Et puis il y avait ces bêtes étranges avec de longs membres et des poils longs fixés sur la tête et aux fesses. Les mémos du petit Aaron les avaient qualifiés d'equus caballus. Il trouvait l'animal imposant et beau mais peu pratique. Ce qui expliquait sans doute qu'il n'ait pas été reproduit en synthèse. Trop archaïque de se déplacer sur son dos alors qu'on disposait de voitures à gravitation magnétique qui glissaient sur les flux comme un surfeur jadis sur la vague.

Enfin, pour l'heure, l'homme n'était pas tranquille du tout mais c'était plutôt lui qui se méfiait. Un cheval au petit trot aurait largement dépassé le vieux camion poussif qui leur servait de véhicule. Cet engin fonctionnait encore avec un moteur à énergie solaire et semblait avoir des ratées tous les cinq tours de roue. Bon sang ! On allait bientôt y arriver à ce relais ? Cela faisait six heures qu'ils avaient quitté la protection du Q.G. et le temps qu'ils mènent à bien leur mission, ils auraient tout juste le temps de regagner le Phénix avant le lever du soleil. En zone montagneuse la lumière tapait particulièrement dur et il n'avait pas spécialement envie de finir en barbecue. Les autres membres de l'expédition, tous humains, ne risquaient pas grand chose à part des coups de soleil, car les journées étaient chaudes. Le soleil était peu clément passées les vapeurs matinales qui s'élevaient du sol en volutes blanchâtres, rappelant que les nuits restaient fraîches en dehors de la protection de l'enceinte de verre, même si la Pluie de Feu avait singulièrement accéléré le réchauffement climatique.

Aaron avait récupéré des données enregistrées il y avait plus de cent ans par des récepteurs très archaïques qu'il avait trouvé à la vieille base militaire. Le gouvernement Asarien donnait ses propres nouvelles de "l'extérieur" et ne cessait de rappeler qu'il était urgent de ne pas tenter de s'éloigner du nid protecteur que constituait Asaria. A les en croire, tout n'était que désolation dans l'hémisphère nord, et l'enfer s'était refermé sur les malheureux Asariens qui avaient trop tardé et avaient été ensuite trop atteints pour entreprendre la grande transhumance. On brossait le tableau d'êtres difformes et brûlés, souffrant le martyre, avant de rendre leur dernier soupir. On parlait de terre stérile devenue inculte par le feu et les radiations. On mentionnait également que tous esclaves ayant péri là-bas, les Asariens qui auraient l'étrange idée d'y tenter un retour se trouveraient dans une grande "solitude" et bien démunis de main d'oeuvre pour les servir. Toujours ce cynisme cruel des Longue-Vies.

Aaron, lui, se demandait si la vie n'avait pas pu survivre autour de l'autre pôle, de la même façon qu'elle avait perdurée ici, sur la terre d'accueil d'Asaria. Après tout, si le froid avait étrangement amorti l'effet des radiations et le souffle thermique au Sud, il n'était pas impossible qu'il ait fait de même au Nord. Tout dépendait en fait des lieux d'impact des nombreuses bombes thermonucléaires. Et ces informations, si elles avaient été collectées et conservées, ne pouvaient être détenues que par le gouvernement qui les cacherait ou en dévoilerait uniquement les parties qui lui étaient favorables. Ce qui était plus que troublant, c'était ces échanges enregistrés entre la base de l'US Navy et les responsables de la force de coalition américaine au sujet d'expériences de survie en milieu hostile et de mesures de radiations en  milieu naturel sub arctique mentionnaient qu'apparemment, à l'époque où la base américaine était active, les coalitions de l'Est se livraient aux mêmes expérience en Sibérie. Les deux blocs politiques les plus puissantes avaient entamé des expériences sur la survie en cas de conflit majeur. Rétrospectivement cela avait de quoi donner des frissons dans le dos et Aaron s'était demandé si les scientifiques de l'époque avaient pu imaginer à quel point leurs hypothèses pourraient se révéler fondées. Assurément non. L'Homme joue à se faire peur en agitant des spectres sous son propre nez, mais arrive toujours à se convaincre que les monstres n'existent pas vraiment. Quoi qu'il en soit ces échanges enregistrés et datant de quelques années avant la Pluie de Feu devaient être portés à la connaissance du public car même s'ils démontraient tristement que les politiques et militaires de l'époque n'ignoraient pas les risques du terrible équilibre de la mort qui était engagé, ils ouvraient aussi une perspective d'espoir concernant ceux qui étaient restés au nord. Peut-être qu'Asaria n'était pas le seul petit îlot de vie au milieu d'un océan de désolation. Le peuple avait besoin de croire que sa liberté pouvait avoir d'autres frontières que les Dômes et même si les espoirs étaient déçus, même si les expéditions ne trouvaient que mort et cendres en recherchant la vie, au moins, ils auraient essayé, et peut-être ce but réunirait-il tous les exilés et leur ferait oublier la haine qui les dressait les uns contre les autres, durant quelques temps... Peut-être... Parfois Aaron se surprenait à en rêver et dans la minute suivante, il pestait contre sa naïveté qui revenait souvent en vagues aigües.  

La séquence était courte mais suffisante et sa qualité défiait aisément toute expertise qui voudrait la faire passer pour un médiocre trucage. Pour une fois, ce n'était pas un rapport scientifique couvert de formules hermétiques et de courbes, de combinaisons protéiniques, qu'il avait apporté au Q.G. des Pacifistes mais une copie de cet enregistrement qui redonnerait peut-être une lueur d'espoir. Des êtres vivants humanoïdes, Asariens ou pas, auraient peut-être pu trouver  asile au nord sur des terres ayant une climatologie originelle similaire à celle qui servait de berceau à Asaria. Les lieux d'implantation de ces expériences anciennes semblaient être les lieux à explorer en priorité. C'était quelque chose que les Pacificateurs se devaient de faire connaître au public.Même si la majorité des Longues-Vies n'avait aucune raison de vouloir quitter le confort des cloches de verre, certains rares courageux se poseraient les bonnes questions et les humains sauraient qu'un avenir plus libre les attendait peut-être sur des terres lointaines, avenir incertain mais libre...

L'opération de diffusion sauvage sur un émetteur gouvernemental était trop tentante. Il ne s'était même pas posé la question et s'était porté volontaire immédiatement pour être du commando. Il était en vacances forcées après qu'un malheureux incendie ait ravagé le système électronique de fermeture des sas de décontamination de son labo. L'enquête peinait encore à établir quelle défaillance technique avait pu provoquer de tels dommages. Aaron s'était offert les vacances qu'on ne lui offrirait jamais. Depuis une semaine il crapahutait hors du Dôme, bivouaquant à la belle étoile et s'abritant dans les grottes qui parsemaient la barrière montagneuse, du levé du jour à la tombée de la nuit. Il se mettait en chemin sitôt les derniers rayons du soleil disparus. C'était l'un de ses plus vifs regrets : ne pouvoir contempler un lever de soleil. Comme cela devait être magnifique dans la barrière montagneuse. Il en avait un sorte d'avant goût en assistant à son déclin derrière les montagnes dont les crêtes poudroyaient alors dans un camaïeu d'ocres et d'orangers. Il s'était promis d'assister à l'un d'eux un jour, en se couvrant. Ce jour-là, il le savait, il ne le partagerait qu'avec un être exceptionnel. Il avait fait ainsi des relevés topographiques du versant nord de la barrière du sud. Derrière, personne ne savait ce qu'il y avait. Il fallait plusieurs semaines pour franchir les sommets. Il se sentait plus vivant que jamais au milieu des ces étendues désertiques qui avaient été glaciales, il le savait. Sa barbe avait poussée et il avait plus du baroudeur que du rat de laboratoire. Il en profiterait toute fois pour récolter un peu de ce lichen étrange qui poussait au pied du relais. La grande tourelle bétonnée et hérissée de fil de fer barbelés triples étoiles apparut bientôt à l'horizon. Son canon à ondes longues portées orientable était tourné vers Asaria. Il savait qu'aucune information de l'extérieur n'arrivait dans ce récepteur émetteur. Le gouvernement fabriquait ses propres images, ses propres infos, les envoyait ici puis les renvoyait sur tous les relais de la cité pour donner l'illusion qu'Asaria était empathique des terribles réalités du monde. Ils allaient court-circuiter l'émission et la remplacer par leur propre programme.

La silhouette du pylône grossissait à vue d'oeil alors que le camion soulevait une poussière fine sur la piste cahoteuse défoncée par les crues de printemps. Le camion de devant qui ne valait guère mieux transportait un petit groupe d'hommes chargé de la protection de la mission. Si un pacificateur n'attaquait jamais, il devait se défendre. Aaron, accoudé à la portière, se demandait bien pourquoi ce fichu camion ralentissait soudain puis s'arrêtait.

- Y a quelque chose qui cloche ... Passe la marche arrière et fonce, Doug ! Fais ce que je te dis, bord...

Il n'eut pas le temps de se poser trop la question. Le juron se perdit dans le bruit assourdissant de l'explosion et ils virent l'arrière du camion qui les précédait se soulever et partir en miettes, soufflé par un brasier infernal. L'essieu passa en sifflant par dessus leur cabine et vint s'écraser sur la bâche de leur remorque tandis que Doug faisait fumer les pneus.

- Ces enfoirés nous allument au lance-rocket ! gueula Aaron pour masquer son impuissance.

- Sans déc ? Moi j'aurai plutôt dit que c'était une bombe thermique à guidage infrarouge. Je vois personne et ils doivent nous tirer de la montagne.

Aaron hocha la tête négativement.

- Ils auraient pas sorti le grand jeu juste pour nos beaux yeux! C'est pas la milice gouvernementale, c'est les Rebelles.

Doug fit un demi-tour volte face qui arracha des bruits de protestation inquiétants au bas de caisse rouillé du mastodonte.

- Chais, pas mec ! Mais j'vais pas attendre qu'ils arrivent pour leur demander. Appelle la base.

Aaron se baissa pour tirer la radio à ondes courtes qui était planquée sous le siège. Une antiquité qui fonctionnait de manière un peu mystérieuse pour les jeunes pacifistes mais que le généticien avait eu tout le loisir d'étudier les samedis soirs où il préférait s'isoler dans l'atelier de la maison familiale plutôt que de sortir encore. Il y avait certains week end comme ça, depuis qu'il avait intégré les rangs des Pacifistes, où même de la part de Jessica qui le fascinait, les propos anthropophobes l'excédaient . Comment pouvait-on avoir un physique à faire bander un mort et avoir tant de froideur dans le regard, sucer comme une déesse - du moins le supposait-il, n'ayant jamais eu la chance d'expérimenter, à la mine réjouie des mâles qu'il voyait sortir du bureau de la patronne du Light of Diamond lorsqu'il lui arrivait de s'y rendre - mais avoir une bouche d'où sortaient des propos si haineux .

Il actionna le commutateur de la radio en se relevant mais lorsqu'il jeta un oeil dans le rétroviseur, son geste se figea.

- Doug !!! Arrête ce camion! Ou fais demi-tour ! On a deux gars en vie qui nous font des signes.

Doug jeta un oeil nerveux au rétro latéral.

- Aaron, si on y retourne on crève tous ... Tu le sais aussi bien que moi. Ils nous tireront comme à la parade.

Aaron avait reposé la radio et réfléchissait, les yeux exorbités, fixant le petit miroir dans lequel deux des leurs faisaient des signes désespérés les invitant à revenir. Pourquoi ne tentaient-ils pas de courir vers le camion ? De les rejoindre ?

- Putain de sa mère la salope !Hurla Aaron. C'était pas un lance rocket ! C'est des mines. Ils ont sauté sur une mine. Arrête le camion, je vais les chercher. Arrête! J'te dis ! Si ça se trouve il y en a aussi plus loin. On a le cul bordé d'nouilles  de pas avoir sauté aussi !

Cette fois-ci, Doug freina net et le considéra ahuri.

-Hé ben mon gars, t'as élargi ton vocabulaire! Mais tu devrais aviser la base. Si tu mets en péril la mission pour sauver deux gars, tu vas te faire allumer !

Aaron se passa le bras sur le front pour essuyer la sueur avant de répondre en sautant du camion, un étrange sourire sur les lèvres:

- Eh bien soit ! qu'elle m'allume, j'attends qu'ça !

- P'tit con ! J'l'appelle! Répondit laconiquement Doug avant de se pencher pour empoigner la radio.

Sur le côté de la piste, la grande silhouette d'Aaron avançait lentement, un pas après l'autre, se penchant parfois pour balayer délicatement la poussière du bout des doigts. Il avait attaché ses cheveux avec l'élastique qu'il portait toujours au poignet et les yeux rivés sur le sol, méthodiquement, il mémorisait l'un après l'autre les emplacements où il posait ses pieds.



You


PRÉNOM / PSEUDO : Matt
ÂGE : 33
COMMENT AVEZ-VOUS DÉCOUVERT ASARIA ? sur un top site
FRÉQUENCE DE CONNEXION : au moins une fois par semaine pour poster
MOTS DE PASSE ENVOYÉS A ? Ok by Mara


Dernière édition par Aaron Williams le Dim 7 Juil - 0:36:48, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
······ and that's who i am ······
Pacificateur Asarien

Nombre de messages : 95
Localisation : dans son labo, au centre de recherches ou au QG des Pacificateurs
Age du personnage : 27 ans
Côté coeur : Pense que l'amour n'est pas pour lui
Points : 0



MessageSujet: Re: Aaron Williams Mar 21 Mai - 20:35:44

Bonsoir à tous,

Je double poste mais je suis un peu contraint de le faire pour vous signaler que je pense avoir fini ma fiche. Si j'ai oublié quelque chose, je l'ajouterai. Si j'ai fait des contresens ou des incohérences, je vous prie de m'en excuser. Je corrigerai bien entendu également. J'attends vos impressions et vos observations. Bonne lecture !

PS: merci par avance au modérateur qui supprimera ce double post si ma fiche est validée

PS2 : si la musique vous gêne, il suffit de cliquer sur le bouton pause du lecteur.
J'illustre beaucoup mes rps mais si cela vous gêne j'éviterai de le faire (rassurez-vous, je n'activerai pas la lecture auto dans les rps)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Leader des Pacificateurs ; Humaine
avatar
······ and that's who i am ······
« Mara Jade »
Leader des Pacificateurs ; Humaine

Nombre de messages : 12149
Localisation : Asaria et ses plaines.
Age du personnage : 30 ans
Côté coeur : A tout jamais Lui
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Maniement des armes blanches et à feu,combattante redoutable
Appartenance: Humaine Pacificatrice
Activité: Indépendante et Libre


MessageSujet: Re: Aaron Williams Mer 22 Mai - 14:31:06



Re-bonjour Wink
Ta fiche est à présent en lecture auprès du staff.
Je reviendrai te voir au plus vite pour ta validation.





 

~~ Maman d'une petite Héméra ~~




Mes nuits me ramènent à toi. Mes souvenirs sont un trésor qui n'ont que ton reflet

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asaria.forumpro.fr

Leader des Pacificateurs ; Humaine
avatar
······ and that's who i am ······
« Mara Jade »
Leader des Pacificateurs ; Humaine

Nombre de messages : 12149
Localisation : Asaria et ses plaines.
Age du personnage : 30 ans
Côté coeur : A tout jamais Lui
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Maniement des armes blanches et à feu,combattante redoutable
Appartenance: Humaine Pacificatrice
Activité: Indépendante et Libre


MessageSujet: Re: Aaron Williams Jeu 23 Mai - 20:15:08




Félicitations
ta fiche est Validée !


Je te remercie pour toutes tes modifications que tu as apportées à ta fiche.
Ta plume est très agréable à lire.

Et maintenant place au jeu !

Les terres d'Asaria s'ouvrent désormais à toi !
J'espère que tu as bien pris connaissance de toutes les informations nécessaires, rempli ton profil et ta fiche de personnage (» Informations complémentaires). Allez, un dernier effort : je t'invite à créer ta fiche de sujets, ta fiche de relations et à procéder aux diverses demandes dont tu pourrais avoir besoin (Rp, maitre/esclave, logement ou autre...)

Le flood et la Chatbox t'attendent aussi, alors n'hésite pas à nous rejoindre !

Très bon jeu à toi et au plaisir de te croiser sur nos terres de Prophétie !
Amuse-toi bien parmi nous !






 

~~ Maman d'une petite Héméra ~~




Mes nuits me ramènent à toi. Mes souvenirs sont un trésor qui n'ont que ton reflet

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asaria.forumpro.fr

Ancien ; Longue-VieT
avatar
······ and that's who i am ······
Ancien ; Longue-VieT

Nombre de messages : 3618
Localisation : Asaria
Age du personnage : 122 ans
Côté coeur : Apprivoisé par une Panthère
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Pyrosie - Empathie - Aérokinésie
Appartenance: Ancien / Longue-vie
Activité: Ministre de la Sécurité & Résponsable de la Milice


MessageSujet: Re: Aaron Williams Ven 24 Mai - 8:23:25

Bienvenue, et cette fois officiellement, traître !!!
Bon jeu sur Asaria Wink


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
······ and that's who i am ······
Grande Conseillère de la Cité
Ancienne ; Longue-Vie

Nombre de messages : 2643
Localisation : Dans tes fantasmes les plus fous
Age du personnage : 132 ans
Côté coeur : La glace est éternelle seul le feu en est le maitre.
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Télépathie ,télékinésie ,invisibilité
Appartenance: Ancien
Activité: Dirigeante du gouvernement.


MessageSujet: Re: Aaron Williams Ven 24 Mai - 8:37:10

Bienvenue Monsieur Williams.
Votre perte est au bout du chemin.



Le pouvoir se définit par la possibilité d'en abuser




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
······ and that's who i am ······
« Child of Abyss » Asarienne

Nombre de messages : 2805
Localisation : Les Abysses
Age du personnage : 28 ans
Côté coeur : L'autre partie de moi.
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Animorphing (Panthère), Domino, Moonstar
Appartenance: Children Of Abyss
Activité: Voleuse, s'occupe des vivres pour son groupe.


MessageSujet: Re: Aaron Williams Ven 24 Mai - 14:27:04

Unnnnnn Aniiimorpheeeeeeee !!!! *.*

Bienvenue Aaron
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
······ and that's who i am ······
Pacificateur Asarien

Nombre de messages : 95
Localisation : dans son labo, au centre de recherches ou au QG des Pacificateurs
Age du personnage : 27 ans
Côté coeur : Pense que l'amour n'est pas pour lui
Points : 0



MessageSujet: Re: Aaron Williams Ven 24 Mai - 16:59:14

Je sais Tomas, je sais... Te remettras-tu jamais de ma défection ? Je comprends. Tu fondais tant d'espoirs sur notre couple. Mais tu dois modérer ton dépit, ça devient louche. Regarde, Alianka est tellement jalouse qu'elle souhaite ma perte avant même de m'avoir croisé. Si elle connaissait mes talents ...

Quel accueil chaleureux Madison ! Tu aimes les gros toutous à tendance loup ? On se connait ?

Merci de votre accueil !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
······ and that's who i am ······
« Child of Abyss » Asarienne

Nombre de messages : 2805
Localisation : Les Abysses
Age du personnage : 28 ans
Côté coeur : L'autre partie de moi.
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Animorphing (Panthère), Domino, Moonstar
Appartenance: Children Of Abyss
Activité: Voleuse, s'occupe des vivres pour son groupe.


MessageSujet: Re: Aaron Williams Ven 24 Mai - 17:32:17

On se connait ? non, je ne pense pas Aaron.

Pour tout te dire je n'ai jamais croisé de toutous à tendance loup
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
······ and that's who i am ······
Pacificateur Asarien

Nombre de messages : 95
Localisation : dans son labo, au centre de recherches ou au QG des Pacificateurs
Age du personnage : 27 ans
Côté coeur : Pense que l'amour n'est pas pour lui
Points : 0



MessageSujet: Re: Aaron Williams Ven 24 Mai - 19:42:40

Tu ne perds pas grand chose, je suis complètement insipide comme personne, si on exclut mes recherches ...

Je me disais bien... Ce n'était pas possible que je connaisse une fille pareille ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
······ and that's who i am ······
Pacificateur Humain

Nombre de messages : 581
Localisation : L'orphelinat
Age du personnage : 29 ans
Côté coeur : C'est compliqué
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Maniement des armes et combat au corps à corps
Appartenance: Humain Pacificateur
Activité: Résponsable de l'orphelinat


MessageSujet: Re: Aaron Williams Sam 25 Mai - 16:01:49

Bienvenue et bon jeu Aaron Wink


...Avancer...mais ne jamais oublier !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
······ and that's who i am ······
Pacificateur Asarien

Nombre de messages : 95
Localisation : dans son labo, au centre de recherches ou au QG des Pacificateurs
Age du personnage : 27 ans
Côté coeur : Pense que l'amour n'est pas pour lui
Points : 0



MessageSujet: Re: Aaron Williams Sam 25 Mai - 19:34:08

Merci Alexander ! Ohh un frère de cause... Je vais aller lire ta fiche et tes liens tiens ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


······ and that's who i am ······
« Invité »
Invité




MessageSujet: Re: Aaron Williams Sam 25 Mai - 21:50:42

Bienvenue, blondinet et comparse animorphe.

Sympa, le brushing
Revenir en haut Aller en bas

avatar
······ and that's who i am ······
Pacificateur Asarien

Nombre de messages : 95
Localisation : dans son labo, au centre de recherches ou au QG des Pacificateurs
Age du personnage : 27 ans
Côté coeur : Pense que l'amour n'est pas pour lui
Points : 0



MessageSujet: Re: Aaron Williams Sam 25 Mai - 22:12:01

Merci monsieur le gros serpent §

*ose à peine un Woof de remerciement*

oui, j'ai renoncé à me peigner ... Mes cheveux finissent toujours emmêlés à force de passer la main dedans quand je réfléchis ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


······ and that's who i am ······
« Invité »
Invité




MessageSujet: Re: Aaron Williams Sam 25 Mai - 22:17:43

Un woof de remerciement...

J'l'aime bien, lui xDD

* Stop le flood & see ya Wink *
Revenir en haut Aller en bas

avatar
······ and that's who i am ······
Rebelle Humain

Nombre de messages : 623
Localisation : Asaria, ses plaines et ses dômes...
Age du personnage : 27 ans
Côté coeur : Un vide qu'elle a laissé...
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: La capacité de faire plier les nouvelles technologies à mes envies.
Appartenance: Rebelle / Binôme de la Tornade Rouge
Activité: technicien-informaticien / Serveur à la Taverne de l'Enfer


MessageSujet: Re: Aaron Williams Lun 27 Mai - 5:45:11

Bienvenue Chippendales !





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
······ and that's who i am ······
« Kyra Reed »
Mercenaire Humaine

Nombre de messages : 538
Localisation : Dans l'ombre.
Age du personnage : 29 ans
Côté coeur : Mon coeur est à toi...Michael
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Maniement des armes, experte en combat
Appartenance: Mercenaire
Activité: Au service des Pacificateurs


MessageSujet: Re: Aaron Williams Lun 27 Mai - 7:56:53

Bienvenue Allié et bon jeu parmi nous x)






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


······ and that's who i am ······
« Invité »
Invité




MessageSujet: Re: Aaron Williams Lun 27 Mai - 9:34:02

Welcome o/
Revenir en haut Aller en bas

avatar
······ and that's who i am ······
Pacificateur Asarien

Nombre de messages : 95
Localisation : dans son labo, au centre de recherches ou au QG des Pacificateurs
Age du personnage : 27 ans
Côté coeur : Pense que l'amour n'est pas pour lui
Points : 0



MessageSujet: Re: Aaron Williams Lun 27 Mai - 16:57:02

Merci pour l'accueil diversifié ^^


Il faut que j'aille éclaircir un point à savoir comment je peux être allié d'une mercenaire humaine ... Enfin , allier nos corps peut toujours être une option. Je vais voir ce que nous cache Kyra ...

Oui, tu as vu ça Jesse, les tablettes de chocolat et tout... Une vraie gravure de mode bien superficielle... J'aime comme ma couverture fonctionne bien ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
······ and that's who i am ······
« Kyra Reed »
Mercenaire Humaine

Nombre de messages : 538
Localisation : Dans l'ombre.
Age du personnage : 29 ans
Côté coeur : Mon coeur est à toi...Michael
Points : 0


Informations Complémentaires
Pouvoirs ou Capacités: Maniement des armes, experte en combat
Appartenance: Mercenaire
Activité: Au service des Pacificateurs


MessageSujet: Re: Aaron Williams Lun 27 Mai - 17:22:53

Je ne cache rien Aaron, je suis au service des Pacificateurs Wink






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
······ and that's who i am ······
Pacificateur Asarien

Nombre de messages : 95
Localisation : dans son labo, au centre de recherches ou au QG des Pacificateurs
Age du personnage : 27 ans
Côté coeur : Pense que l'amour n'est pas pour lui
Points : 0



MessageSujet: Re: Aaron Williams Lun 27 Mai - 17:26:24

Encore un truc que j'avais mal compris... Je croyais que seul le gouvernement avait des mercenaires pour faire le sale boulot (parce qu'il faut les payer et cher ... ) les pacificateurs ne sont donc pas si pacifiques qu'ils veulent bien le faire croire ... Les vils ...


Dans ce cas, bienvenu ma collègue ... Je peux t'engager comme garde du corps ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


······ and that's who i am ······
« Invité »
Invité




MessageSujet: Re: Aaron Williams Mar 28 Mai - 5:07:43

Bienvenue beau blond !
Revenir en haut Aller en bas

avatar
······ and that's who i am ······
Pacificateur Asarien

Nombre de messages : 95
Localisation : dans son labo, au centre de recherches ou au QG des Pacificateurs
Age du personnage : 27 ans
Côté coeur : Pense que l'amour n'est pas pour lui
Points : 0



MessageSujet: Re: Aaron Williams Mar 28 Mai - 22:11:35

Merci belle brune !!!

Et côté coeur alors ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


······ and that's who i am ······
« Invité »
Invité




MessageSujet: Re: Aaron Williams Mer 29 Mai - 9:13:49

Mon coeur fonctionne bien, merci x)
Organe en très bonne santé qui assure la circulation du sang !

Non ? Oui ? C'était la question ? ^^
Revenir en haut Aller en bas

avatar
······ and that's who i am ······
Pacificateur Asarien

Nombre de messages : 95
Localisation : dans son labo, au centre de recherches ou au QG des Pacificateurs
Age du personnage : 27 ans
Côté coeur : Pense que l'amour n'est pas pour lui
Points : 0



MessageSujet: Re: Aaron Williams Ven 31 Mai - 23:19:55

Citation :
Côté coeur: Vous pouvez répéter la question ?

Je n'ai fait qu'obéir, beauté !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


······ and that's who i am ······
« Contenu sponsorisé »




MessageSujet: Re: Aaron Williams

Revenir en haut Aller en bas

Aaron Williams

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» The third temptation [Aaron]
» Aaron Ekblad
» Aaron Howell [REPRIS] ~ Gryffondor (7e année)
» Jake Aaron Buckley
» Aaron de Nagan
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Asaria, terre de prophétie :: Prologue :: Registres-